Luc Besançon, directeur général AFIPA : Faire du parcours pharmaceutique un levier du système de santé

Luc Besançon, Directeur Général Afipa

Fondée en 1972, l’Association Française de l’industrie pharmaceutique pour une automédication responsable (Afipa) regroupe à ce jour 29 laboratoires pharmaceutiques qui commercialisent des produits de santé de premier recours et de prévention vendus en officine (médicaments de prescription médicale facultative, dispositifs médicaux et/ou compléments alimentaires) contribuant ainsi à la santé des 80% de Français qui y ont recours chaque année.
Les adhérents de l’Afipa, qui ont produit en grande majorité en France ou en Europe, ont assuré la continuité de la production, la distribution et approvisionnement des produits de premier recours et de prévention auprès des patients et des professionnels de santé durant toute la durée de la crise sanitaire en maintenant une sécurité maximale pour leurs salariés. De plus, les produits de prévention de premiers recours des laboratoires adhérents commercialisés en France, sont produits en grande majorité en France et en Europe.
Suite à la crise, l’Afipa a mené plusieurs études afin de mieux cerner les attentes des patients mais également celles des pharmaciens sur l’accès aux produits de santé et de prévention de premier recours.
Luc Besançon, directeur général Afipa, revient pour nous sur les résultats de ces travaux et les propositions qui en découlent.


Celtinews : Luc Besançon, que vous ont enseigné vos analyses sur le rôle des produits et acteurs de premier secours pendant la crise sanitaire ? Sur quelle démarche s’appuie ces analyses ?

Luc Besançon : Pour déterminer les enseignements de la première vague de la pandémie de Covid 19, nous avons mené deux enquêtes auprès des pharmaciens et des patients en août 2020, en plus d’un retour d’expérience auprès des laboratoires adhérents.

Grâce à la mobilisation des équipes des laboratoires pharmaceutiques, il n’y a pas eu de pénuries malgré des pics de demandes exceptionnels, comme pendant la semaine du 16 au 22 mars 2020, qui a vu un pic de +8,3 millions d’unités de médicaments de prescription médicale facultative (PMF) dispensés sans ordonnance, en particulier du paracétamol.
De plus, les laboratoires ont joué un rôle clé en matière de gel hydroalcoolique : certains laboratoires ont augmenté leur capacité de production par 4 ; d’autres ont adapté leur chaine de production pour commencer à fabriquer du gel hydroalcoolique, qui fut ensuite offert aux différents établissements de santé de leur région. Enfin de nombreux laboratoires ont soutenu les soignants et notamment les équipes officinales par des dons d’équipements, des produits d’hygiène et cosmétiques et des dons financiers pour participer à l’effort national.

Je tiens aussi à souligner le rôle essentiel des pharmacies pendant la crise ; plus que jamais, elles ont démontré qu’elles étaient un acteur incontournable dans les soins de premier recours : 42% des pharmacies ont constaté une augmentation de la demande de conseil entre mars et août 2020 ; 27% des patients ont indiqué qu’ils ont davantage privilégié le passage en pharmacie plutôt que la consultation médicale. Les pharmacies ont reçu 131 millions de visites pour acheter ces produits de santé et de prévention de premier recours - ce chiffre n’inclut pas les visites pour les achats de masques et/ou de gel hydroalcoolique. C’est donc 747 000 visites par jour !

Ces chiffres interpellent sur le rôle souvent sous-estimé des pharmacies dans les soins de premier recours, rendus possibles à travers les produits de santé et de prévention de premier recours mis à disposition par les laboratoires. Ce rôle a notamment vu presque 80% de la population visiter une pharmacie pour acheter un médicament sans ordonnance, un dispositif médical ou un complément alimentaire !

Celtinews : Quels enseignements tirer de la crise Covid-19 pour consolider l’offre de soins de premier recours ?

Luc Besançon : Les soins de premier recours en pharmacie reposent sur de nombreux atouts : une accessibilité géographique et d’une amplitude horaire très large, les compétences des pharmaciens et de l’équipe officinale, mais aussi la confiance et la proximité entre les pharmaciens et les patients : 79% des patients ont confiance envers leurs pharmaciens et les pharmaciens connaissent le nom de 57% de leurs patients entrant dans une pharmacie !
Et la première vague a montré que 80% des patients se sont appuyés sur la pharmacie pour les soins et produits de santé et de prévention de premier recours.

Ceci n’est pas nouveau : depuis de nombreuses années, les pharmacies sont impliquées dans les soins de premier recours, mais on constate que ce rôle est malheureusement très peu visible ou reconnu, et quasiment systématiquement oublié dans les politiques d’organisation des soins ou les décisions réglementaires. Pourtant, plus de 30 molécules disponibles en pharmacie sans ordonnance (représentant 2500 spécialités pharmaceutiques) sont classées par l’Organisation Mondiale de la Santé comme médicaments essentiels, ce qui illustre que ce n’est pas parce que ces médicaments sont disponibles sans ordonnance qu’ils ne sont pas essentiels !

Alors que de nouvelles missions sont confiées aux pharmaciens, on constate que l’arsenal thérapeutique à leur disposition se réduit du fait des décisions des autorités de santé (par exemple par des relistages).

Notre analyse souligne que les pharmaciens ont été des leviers de résilience du système de santé et d’accès à des soins de proximité de qualité, à travers notamment nos produits… il est temps que ce rôle soit reconnu et consolidé ; les propositions que nous avons formulées vont dans ce sens.

Celtinews : Parmi l’ensemble de propositions formulées par l’Afipa, quelles sont celles que vous définiriez comme indispensables et quel message souhaitez-vous adresser aux pharmaciens d’officines ?

Luc Besançon : Si nos propositions s’adressent avec tout aux décideurs politiques, je souhaiterais en souligner quelques-unes particulièrement pertinentes pour mes consœurs et confrères.
La première est d’assurer une inscription plus systématique des dispensations de tous les médicaments de PMF, ainsi que certains dispositifs médicaux et compléments alimentaires, au niveau du logiciel de l’officine, et idéalement du dossier pharmaceutique. Une telle mesure permettra d’avoir une meilleure détection des interactions, une traçabilité complète de la dispensation, une détection plus facile de cas de mésusages. Elle permet de documenter l’action des pharmaciens, qui sinon est invisible pour les pouvoirs publics. Mais elle permet aussi aux pharmaciens d’avoir à leur disposition des données plus précises sur les différents types de patients qui viennent en pharmacie pour des médicaments sans ordonnance, des dispositifs médicaux et des compléments alimentaires. Une telle inscription permet de mieux connaitre leurs besoins et d’avoir un meilleur pilotage entrepreneurial de sa pharmacie.

Nous promouvons aussi l’instauration d’un vrai parcours de soins officinal, reconnu dans les politiques d’organisation des soins, qui pourra s’appuyer au besoin sur des arbres décisionnels développés par des sociétés savantes et avec une inscription au dossier pharmaceutique.

Nous souhaitons aussi développer le « Réflexe pharmacien » auprès de la population pour tous les maux du quotidien, par exemple à travers des campagnes de communication à l’instar de celle menée par l’assurance maladie en Angleterre qui invite à envisager une visite en pharmacie avant d’aller chez son médecin (Think Pharmacy First).

Enfin au niveau politique, nous demandons que les soins de premier recours en pharmacie fassent l’objet d’une vraie vision et d’une stratégie pour les soutenir et les développer plus encore.

Liste des laboratoires adhérents de l’Afipa au 24/09/2020 : Bayer, Boiron, Cooper, Expanscience, Laboratoires Genevrier, Gifrer, Laboratoires Gilbert, GSK, HRA Pharma, Ipsen, Johnson & Johnson, Laboratoire de l’Abbé Soury, Laboratoires Lehning, Laboratoire Marque Verte, Mayoly Spindler, Melisana Pharma, Perrigo, P&G, Pfizer, Pierre Fabre, Laboratoire PiLeJe, RB, Laboratoire Bouchara Recordati, Sanofi, Therabel, UPSA, Urgo, Weleda, Zambon.

Celtinews, le 09/11/2020
Commentaire
Soyez le premier à commenter cet article
Ajouter un commentaire
No images were found.

Articles similaires