Thierry Moreau-Defarges : Cyclamed tous responsables et athlètes du tri

Thierry Moreau-Defarges, Président de Cyclamed

100% des pharmaciens d’officine, des grossistes répartiteurs et des entreprises du médicament participent à l’éco-organisme Cyclamed !
Cyclamed, association loi 1901 à but non lucratif, agréée par les pouvoirs publics, a pour mission de collecter et valoriser les Médicaments Non Utilisés (M.N.U.) à usage humain, périmés ou non, rapportés par les patients dans les pharmacies. Son objectif est de sécuriser l’élimination de ces M.N.U. afin de préserver l’environnement et la santé publique. Le dispositif de communication mis en œuvre par Cyclamed est puissant. Cyclamed opère également par le biais de partenariats comme celui en place avec la Fondation du souffle afin que les patients rapportent leurs inhalateurs en pharmacie, le géant français Sanofi sur les antibiotiques ou encore Vyv, première mutuelle de France sur le bon usage des médicaments, pour ne citer que les principaux. Où en est Cyclamed ? Où en sont les Français avec les M.N.U. ? Quel impact de la crise sanitaire Covid-19 sur leurs comportements ? Qui mieux que Thierry Moreau-Defarges, Président de Cyclamed pour nous en parler ? Nous le remercions de l’interview qu’il a bien voulu nous accorder et des nombreux éclairages partagés.

https://www.cyclamed.org/

Celtinews : Thierry Moreau-Defarges, quel bilan faites-vous des résultats de Cyclamed pour 2019-2020 ?


Thierry Moreau-Defarges : Notre bilan chiffré est extrêmement précis.
En 2019, 10 675 tonnes de Médicaments Non Utilisés des ménages ont été collectées par les pharmacies françaises et regroupées par les grossistes-répartiteurs, soit une moyenne de 159 grammes par habitant !
Ce chiffre est en baisse par rapport à 2018 de -1,4 % concernant le tonnage de M.N.U. collecté et de -1,85 % pour le nombre de grammes par habitant, ce dont je me réjouis totalement pour trois raisons :

- Les Français consomment de moins en moins de médicaments. La consommation globale de médicaments se concentre sur les traitements à forte valeur ajoutée comme les anti-coagulants ou les anti-cancéreux.
 
- La collecte des M.N.U. est plus qualitative qu’elle ne l’était avant.

- Et Cyclamed maintient sa performance à 62 %.
 
Pour continuer sur ce bilan chiffré, la valorisation énergétique des M.N.U. a été réalisée en 2019 dans 48 unités de valorisation permettant d’éclairer et de chauffer des logements ou des établissements publics.

L’étude barométrique menée par l’institut BVA en avril 2020 révèle que 78 % de nos concitoyens déclarent rapporter leurs M.N.U. chez le pharmacien dont 57 % les rapportent « systématiquement ». Ce geste est particulièrement ancré auprès des retraités (89 %), des plus de 35 ans (86 %), des femmes (83 %) et géographiquement auprès des habitants des localités rurales ou de moins de 20 000 habitants (84 %).

Le « réflexe » Cyclamed est donc acquis par une large majorité de la population. Cette étude révèle également que parmi les personnes qui achètent des produits de parapharmacie en pharmacie, 60 % les jettent dans la poubelle d’ordures ménagères et 22 % les rapportent à la pharmacie.

Enfin, le geste de séparer les emballages en carton et notices en papier pour les recycler dans le tri sélectif du domicile continue de progresser avec 44 % des sondés en 2020 (vs 40 % en 2019).

L’ensemble de ces scores est excellent, sans compter la notoriété de Cyclamed, élément clé d’une communication efficace.

Plus de 6 Français sur 10 connaissent Cyclamed, une notoriété en forte hausse en 2020 grâce aux pharmacies (41 % des sondés, vs 33 % en 2019) qui utilisent le tampon encreur remis par Cyclamed à toutes les pharmacies de la métropole et d’outre-mer. 9 Français sur 10 trouvent le dispositif indispensable ou utile pour préserver l’environnement (85 % d’entre eux) et pour des raisons de sécurité sanitaire (67 %), le dispositif limitant les risques d’intoxications ou de confusions médicamenteuses au sein du foyer. 

Celtinews : La crise sanitaire que nous traversons est majeure. Le confinement, situation inédite, a été difficile à vivre pour beaucoup. Quel a été l’impact de cette crise sur les activités de Cyclamed et la réaction des Français ?
 
Thierry Moreau-Defarges : Durant toute cette période de confinement, Cyclamed s’est fait le relai des messages du gouvernement mais a également mené campagne afin que les citoyens fassent le tri dans leurs armoires à pharmacie, comme ils ont pu le faire dans leurs placards, leurs garages...

Cyclamed les a invités à identifier les médicaments des autres produits de santé, puis séparer les médicaments qui ne sont plus ou ne seront plus utilisés pour préparer le dépôt après le confinement, tout en séparant leurs emballages en carton et notices en vue du tri sélectif pour un recyclage matière.

10 conseils pour ranger son armoire à pharmacie ont été mis disposition des internautes sous forme d’infographie sur le site www.cyclamed.org​ et relayés sur les réseaux sociaux.

Si la collecte des M.N.U. a chuté de moitié de mi-mars à début mai, plus de 2200 tonnes de médicaments ont été rapportées en pharmacie sur quinze jours début juin, témoignant d’un geste acquis de civilité pour lequel nous n’avons pas manqué de remercier les ménages mais aussi nos partenaires pharmaciens et grossistes-répartiteurs.

Afin de remobiliser nos concitoyens après la crise sanitaire Covid-19, une prochaine vague de sponsoring TV incitant au retour des M.N.U. en pharmacie, sans les produits de parapharmacie, est prévue du 6 juillet au 2 août sur les chaines historiques et TNT en métropole et sur les chaines leaders des DROM/COM.
De même, une campagne d’affichage dans 70 % des stations de métro et RER francilien est programmée du 20 au 26 juillet et une nouvelle campagne d’affichage sur les arrières des bus à Lyon du 25 août au 1er septembre.

Celtinews : J’aimerais que vous reveniez pour nous sur le gisement des médicaments non utilisés dans les foyers.

Thierry Moreau-Defarges : L’évaluation du gisement des Médicaments Non Utilisés des foyers est confiée, depuis 2010, à l’institut CSA Research.

Si elle a pu susciter quelques craintes au départ, cette étude représente pour Cyclamed l’opportunité de mesurer l’évolution du gisement et la performance quantitative de son dispositif.

Il s’agit de la seule étude disponible et validée sur la quantité de médicaments détenus par les Français et aujourd’hui suivie avec rigueur et intérêt par le ministère de la Transition écologique et solidaire et le ministère des Solidarités et de la santé.

Réalisée tous les 2 ans depuis 2010, cette étude montre une diminution régulière et constante de la quantité de M.N.U. La part relative des M.N.U. dans l’armoire à pharmacie de chaque foyer français est ainsi passée de 30 % à 23 % en 8 ans.

Parmi les facteurs expliquant cette baisse, nous pouvons citer :

- La baisse de la consommation des médicaments avec la baisse des ventes unitaires des médicaments entre – 0,2 % et – 1,7 % chaque année sur la période.

- La baisse des prescriptions, les déremboursements et la transformation du statut de certains médicaments en dispositifs médicaux.

- Les campagnes sur le Bon Usage faites par les autorités et les professionnels de santé (médecins, pharmaciens, industriels) pour sensibiliser les patients à une bonne observance.

- Une vigilance accrue des citoyens vis-à-vis des médicaments, pour ne conserver dans leur armoire à pharmacie que les médicaments les plus utiles à leur traitement.

Ces tendances reflètent avant tout des comportements sociétaux et individuels responsables dont nous ne pouvons que nous satisfaire.

En raison de la pandémie liée à la Covid-19 et aux mesures gouvernementales de confinement, l’étude programmée initialement en mars/avril et habituellement réalisée en face/face, a été reportée à l’automne 2020. Dans ce cadre, l’Institut CSA a élaboré, avec notre participation, un protocole alternatif dans le respect des mesures sanitaires mises en place pour protéger l’ensemble des citoyens.

Bien entendu, je vous communiquerai les résultats de l’étude 2020 à l’automne.

En conclusion de cet entretien, je souhaiterais souligner avec fierté le caractère unique du dispositif français autour des M.N.U. qui englobe l’ensemble de la profession et propose un circuit 100 % clos et sécurisé, au service de la sécurité sanitaire et de l’environnement. Les solutions concrètes que nous mettons en œuvre marquent une réelle avance du modèle français.

Celtinews, 01/07/2020
Commentaire
Borderie Fabrice
06/07/2020
Cyclamed, je suis contre, bac +6 pour ramasser les poubelles, gérer les déchets perforants, tout cela gratuitement, et nos instances qui en sont fiers, comment voulez vous que nous soyons pris au sérieux et considéré comme des soignants. Et pourquoi pas un stop définitif à tous ces services gratuits.
GG
04/07/2020
DEUX REMARQUES. L'industrie grâce à nous pharmaciens gratuits ; échappe à la taxe pollueur/payeur, mais nous fait payer la sérialisation obligatoire. La deuxième remarque ; la distribution du médicament à l'unité (contrat signé pour dans quelques années) et dans l'immédiat la dispensation adaptée devrait supprimer CYCLAMED, améliorer l'environnement et du même coup entrainer des baisses de CA pour les industriels, donc de profits qui s'équilibreront sans trop de problèmes avec quelques licenciements mondiaux.
RIERA Vincent
02/07/2020
Baisser les MNU de 30 à 23 %, c'est bien. Pour aller au delà, pourquoi ne pas proposer une visite des armoires à pharmacie au domicile des patients chroniques qui ne le font pas volontairement ? cdt
Ajouter un commentaire
No images were found.

Articles similaires