APRIUM Pharmacie, un groupement dynamique et responsable

Laurent Keiser, Directeur général APRIUM Pharmacie

Aprium Pharmacie, ex Parispharma créé il y a 12 ans, est un groupement qui s’appuie sur le partage d’expériences, les échanges, la mutualisation de moyens, les achats groupés. En créant Parispharma, les pharmaciens fondateurs ont voulu un groupe capable de libérer du temps à leurs confrères afin qu’ils puissent se consacrer à leur cœur de métier : l’écoute, le conseil personnalisé, la prise en charge du patient et le management de leur équipe. Ce nouveau nom n’est donc pas un hasard. Aprium, fruit hybride prune/abricot, symbolise les deux aspects de la profession de pharmacien, professionnel de santé et commerçant. Le chiffre d’affaires des 290 officines d’Aprium atteint 3,6M d’euros en moyenne et celui du groupement, où des pharmaciens en exercice sont fortement impliqués dans le fonctionnement de l’entreprise, dépasse le milliard d’euros : 61% pour le médicament, 20% pour la TVA 20% et 19% pour la TVA 5,5-10%. Aprium Pharmacie qui attire plus de 50 pharmacies par an s’appuie sur un ancrage national et une gouvernance régionale et multirégionale. Nous avons rencontré son directeur général Laurent Keiser sur le congrès national des pharmaciens où Aprium Pharmacie était présent pour la deuxième fois.

Celtinews : Laurent Keiser, pouvez-vous s’il vous plait nous en dire plus sur le credo d’Aprium et ses objectifs ?

Laurent Keiser : Absolument. Le credo d’Aprium est que le développement de l’officine passe par l’ordonnance mais aussi par les produits de bien-être et de dermo-cosmétique et des services innovants aux patients. Le modèle de la pharmacie doit s’équilibrer entre ces 3 piliers, c’est pourquoi pas moins de 50 opérations par mois sont proposées aux officines de notre réseau, pour garantir le meilleur prix aux patients tout en maintenant la marge des officines.

Sur les objectifs maintenant, le premier objectif d’Aprium est de faciliter la vie des pharmaciens, véritables leaders de proximité. Par exemple, Le groupement offre une plateforme d’achats de frais généraux à ses membres. Il s’agit là d’une offre unique !

Notre deuxième objectif est de contribuer au développement de leur EBE (excédent brut d’exploitation). Pour soutenir cet objectif, quelques 170 accords sont conclus avec les laboratoires pharmaceutiques et le groupement pour les adhérents. Nous n’avons pas de commerciaux mais des consultants, qui accompagnent le développement des pharmacies sur ce point.

Au final, notre objectif est bien de créer du « plus » au comptoir.

J’ajouterais d’ailleurs que chez Aprium, la formation des équipes est incontournable car ne nous leurrons pas, c’est ce qui nous fera gagner demain sur Amazon ou les autres concurrents. Nous avons internalisé une école de formation, Aprium School.  A ce titre, plus de 1500 formations sont dispensées par an. 

Celtinews : Nous connaissons maintenant vos objectifs. Quels outils sont mis en place pour atteindre ces objectifs ? Que faites-vous chez Aprium Pharmacie que les autres ne font pas ? Et quelle est votre position sur les grands sujets de la profession comme les bilans partagés de médication par exemple ?

Laurent Keiser : Bon, commençons par les outils. En termes d’outils et de degré d’intégration des outils, nous disposons maintenant d’une plateforme digitale complète, « Plug and Play » complètement interfacée avec les LGO du marché.

La carte A+, nationale, valable dans toutes les pharmacies Aprium, lancée en Juillet 2018, est prévue pour que le patient puisse faire du cagnottage sur ses achats de Parapharmacie et recevoir des chèques cadeau à dépenser dans les pharmacies du réseau.

Dans notre politique d’accompagnement, nous aidons les titulaires qui ont des projets de regroupements ou de transferts ou d’agrandissement. Aprium peut les aider à réaliser des travaux grâce à des contrats négociés avec des fournisseurs.

En termes de ressources humaines maintenant, nous apportons toute une palette de services qui va de la fiche d’entretien, à l’aide au recrutement, notamment grâce à un partenariat avec les CFA pour le recrutement de préparateurs. Des outils de gestion, de gestion des plannings, de management et de motivation des équipes ont été élaborés. Aprium dispose aussi de coachs certifiés.

Pour continuer avec les opérations menées auprès des patients nous travaillons sur la prise en charge des maladies et pathologies chroniques (maladies cardiovasculaires, eczéma…) et sur l’adhésion des patients à leur traitement. Une autre opération mise en place auprès des patients est celle « D’été serein » qui nous a valu d’éditer un guide des maladies en 6 langues, pour tous ceux qui voyagent.

Pour nous, le pharmacien a un rôle essentiel à jouer auprès de la communauté des patients. Le patient a confiance en son pharmacien et c’est sur la base de cette confiance que plus de missions peuvent être confiées.  
Alors venons-en aux sujets d’actualité… Concernant les bilans partagés de médication, certes, il n’y a pas d’attente forte du patient comme pour la vaccination, mais quand les bilans sont faits, la confiance est réitérée. La relation avec le patient en est le point d’entrée. En fin d’année, Aprium mènera des pilotes sur la télémédecine venant alimenter sa vision de la pharmacie comme « Hub de santé ». Deux expérimentations démarreront sur Paris.

Et grâce au digital, la pharmacie « Hub de santé » n’est aucunement réservée aux officines qui ont le plus de m2. On peut construire un espace différenciant dans moins de 100 m2. Mais ce qui compte au-delà de la digitalisation du parcours de soins, du click and collect, sur lesquels Aprium n’est pas en reste, c’est de garder une attitude de bienveillance au comptoir et d’utiliser le digital pour simplifier et faciliter les parcours de soins comme la vie du pharmacien. La livraison des médicaments à domicile, grâce au partenariat unique avec la Poste en est l’illustration. C’est en ce sens que nous pouvons parler de pharmacie augmentée.

Celtinews : Vous n’hésitez pas à afficher des valeurs d’acteur responsable de la pharmacie, mais comment cet engagement se manifeste -t-il ?

Laurent Keiser : Une des valeurs très forte d’Aprium est celle de responsabilité qui prend des formes tout à fait uniques, et j’en donnerais deux exemples.

Aprium est partenaire du Téléthon pour la troisième année. Cet engagement correspond à des valeurs partagées de solidarité tout d’abord mais aussi d’un mélange entre scientifiques et non scientifiques pour créer un service au bénéfice des patients. Même si les maladies rares se rencontrent peu au comptoir, ce sont des valeurs qui nous importent, que nous partageons et que nous voulions trouver le moyen d’exprimer.

Le second exemple qui nous tient à cœur est celui de notre partenariat avec l’association ONU Femmes, une branche de l’ONU pour la protection du droit des femmes. Notre clientèle est féminine a plus de 70% et les équipes officinales sont aussi très fortement féminisées. Nous souhaitons nous engager dans un plan de dépistage de la violence faite aux femmes et travailler à un protocole de formation sur les signes de cette violence. Aprium est donc aussi un réseau de pharmacies responsables, en plus d’être dynamiques. Cette valeur et la façon dont elle s’exprime participe à l’attrait de notre groupement, à la confiance et la fidélisation de notre clientèle.

Celtinews, le 28/11/2018​
Commentaire
Soyez le premier à commenter cet article
Ajouter un commentaire
No images were found.

Articles similaires