STRESS

Le mot « stress » fait aujourd’hui partie du vocabulaire courant, et ce dans le monde entier. Les notions physiologique et psychologique du stress, ont été popularisées par l'endocrinologue Hans Selye, en 1956 dans sa publication intitulée « The stress of life » (Le Stress de la vie). Il y décrit le mécanisme du syndrome d'adaptation, c'est-à-dire l’ensemble des modifications qui permettent à un organisme de supporter les conséquences d’un traumatisme naturel ou opératoire. Quoique naturel, le stress devient problématique et néfaste pour la santé lorsqu’il s’installe dans la durée. Devenu chronique, il peut mener à des troubles anxieux de nature à impacter sérieusement la santé. Ce n’est pas pour rien que le stress est qualifié de mal du siècle. Selon la Fédération Française de Cardiologie, 80% des consultations médicales sont liées au stress. Selon une étude menée sur 30 000 salariés de 2013 à 2017, le cabinet de conseil aux entreprises Stimulus a révélé que 24 % des salariés étaient dans un état d’hyperstress, 52% présentaient un niveau élevé d’anxiété et 29% un niveau dépressif élevé. De nombreuses sources de stress peuvent s’accumuler comme par exemple, des difficultés relationnelles, organisationnelles, conjoncturelles ou encore, des problèmes de santé ou financiers. En bref, une liste inépuisable de causes. Bien que certaines surgissent inexorablement, d’autres peuvent être évitées ou tout au moins atténuées. 
Beaucoup de personnes se tournent vers leur pharmacien afin de trouver des méthodes douces et naturelles pour réduire leur niveau de stress et d’anxiété. Différents traitements efficaces sont disponibles en officine, sans ordonnance, et délivrables sur les conseils avisés du pharmacien.

1. DEFINITION
Le stress est un phénomène d’adaptation naturel indispensable du corps qui permet à un individu de réagir promptement à son environnement. Il peut être aigu en réaction à un évènement ponctuel (mauvaise nouvelle, examen, accident…), ou chronique lorsque le stress s’intensifie et dure dans le temps (mauvaise ambiance au travail, tensions familliales…). Le stress est lié à la perception des pressions ressenties par l’individu. Tous les individus ne réagiront pas avec la même intensité face à la survenue d’un évènement commun. Cependant, tous les organismes réagissent de la même manière face au stress. 
Selon l'endocrinologue Hans Selye, le syndrome du stress évolue suivant trois stades successifs :
- L’alarme : Dès sa confrontation à un évènement jugé stressant, l’organisme agit immédiatement en libérant des hormones produites par la glande médullo-surrénale, les catécholamines. Elles ont pour but d’amener rapidement l’oxygène aux organes brusquement sollicités.
- La résistance : L’organisme se prépare aux dépenses énergétiques que nécessite la réponse à une situation stressante. Si la situation persiste l’organisme sécrète des glucocorticoïdes afin d’augmenter le taux de sucre dans le sang et ainsi apporter l'énergie nécessaire aux muscles, au cœur et au cerveau. La sécrétion des glucocorticoïdes est autorégulée : des récepteurs du système nerveux central détectent les quantités libérées dans le sang et adaptent leur production.
- L’épuisement : Il intervient quand la situation stressante se prolonge ou s’intensifie au-delà des capacités de l’organisme. Les hormones activatrices submergent l’organisme jusqu’à devenir délétères pour la santé.


2. SYMPTOMES
Les principaux symptômes du stress aigu sont :
- Transpiration,
- Palpitations,
- Tremblements,
- Constipation ou diarrhée,
- Maux de ventre,
- Troubles du langage, (bégaiement, débit rapide…)
- Difficulté d’endormissement,
- Sensation de « boule au ventre »,
- Perte d’appétit.
Ces différents symptômes disparaissent quand la situation stressante cesse.

En cas de stress chronique, les symptômes sont plus néfastes et perturbent tant le bien-être de la personne que celui de son entourage. Les symptômes apparaissent en quelques semaines. Ils peuvent être classés en 4 catégories :
- Symptômes physiques : 
o Douleurs (coliques, maux de tête, migraines, douleurs musculaires, articulaires, etc.), 
o Troubles du sommeil, 
o Fatigue,
o Vertiges,
o Troubles de l'appétit et de la digestion, 
o Sensations d'essoufflement ou d'oppression, 
o Sueurs inhabituelles,
o Éruptions cutanées.
- Symptômes émotionnels : 
o Sensibilité et nervosité accrues, 
o Crises de larmes, 
o Angoisse, 
o Excitation, agitation,
o Tristesse, mélancolie,
o Sensation de mal-être, faible estime de soi.
- Symptômes intellectuels : 
o Perturbation de la concentration entrainant des erreurs et des oublis, 
o Difficultés à prendre des initiatives ou des décisions.
- Symptômes comportementaux :
o Tendance à s’isoler,
o Difficultés à gérer les relations sociales,
o Absentéisme au travail, à l’école,
o Addictions.

3. COMPLICATIONS
Les complications concernent le stress chronique. Le corps étant sollicité sur une longue période, il doit sécréter toujours plus d’hormones pour résister. Cela conduit à un emballement des sécrétions qui hyperstimulent tous les grands systèmes de l'organisme, dont le cœur et les articulations, qui à terme s’épuisent. A ce stade, les récepteurs du système nerveux central n’arrivent plus à autoréguler la production des hormones. Au bout de quelques jours, des troubles du sommeil et de la concentration apparaissent, suivis après quelques mois, de maux de dos, de maladies cardio-vasculaires ou encore de dépression. 
Fait alarmant, selon la Fédération Française de Cardiologie, le stress peut augmenter jusqu’à 2,5 fois le risque de trouble cardiaque et peut aller jusqu’à entraîner un infarctus du myocarde. Toujours selon la fédération, il peut aussi entrainer : 
- Une angine de poitrine,
- Une embolie pulmonaire,
- L’accélération du vieillissement,
- Un déficit immunitaire,
- Des ulcères d’estomac,
- Des problèmes de santé mentale,
- Des problèmes gynécologiques,
- Une augmentation de la tension artérielle,
- Une aggravation de maladies comme la migraine, l’asthme et l’obésité,
- Une augmentation du cholestérol LDL et une diminution du HDL,
- Une aggravation de l’obésité,
- Une complication du diabète,
- Une consommation excessive de tabac, ou de médicaments psycho-actifs,
- Davantage de sédentarité.

4. TRAITEMENTS
Traitements médicamenteux 
Face à un stress prolongé, le médecin traitant pourra prescrire un anxiolytique ou un antidépresseur. Si le stress ou l’anxiété provoquent des troubles cardio-vasculaires tels que l’hypertension ou la tachycardie, un bétabloquant sera indiqué.
Traitements homéopathiques
Il existe de nombreux traitements homéopathiques pour soigner l’anxiété et le stress, disponibles en vente libre en pharmacie (Sédatif PC®, Zenalia®…). Pour un traitement plus spécifique et adapté au patient, il faudra se tourner vers un médecin homéopathe qui saura composer le traitement en fonction du patient et des symptômes du stress à traiter.
Phytothérapie
Certaines plantes sont réputées pour leurs bienfaits relaxant et apaisant : passiflore, valériane, lavande, aubépine, ginseng, rhodiole… Le traitement est administré sous forme de tisane, gélules ou de gouttes.
Aromathérapie
De nombreuses huiles essentielles sont reconnues pour leur efficacité relaxante : lavande officinale, petit grain bigaradier, ylang-ylang, marjolaine, camomille romaine… Elles sont disponibles sous forme d’huile de massage, de bain relaxant, spray, roller, gélules ou en diffusion dans l’atmosphère à l’aide d’un diffuseur. 

5. CONSEILS AU COMPTOIR 
Les pharmaciens, par l’observation et l’écoute des patients, savent reconnaitre ceux en proie au stress. Certains viennent directement en officine pour trouver un remède efficace et calmer l’anxiété provoquer par leur stress. La fédération française de cardiologie présente 10 astuces à partager :
- Exprimer ses émotions,
- Écouter les autres, les aider,
- Soigner son sommeil,
- Se faire plaisir au moins une fois par jour,
- S’accorder des moments de détente chaque jour,
- Arrêter la cigarette, qui augmente le risque d’infarctus du myocarde,
- Manger équilibré : 3 repas par jour avec 5 fruits et légumes, moins de graisses, de sucre et de sel, pas de grignotage,
- Boire moins de café et d’alcool,
- Pratiquer une activité sportive d’au moins 30 minutes par jour (marche, jardinage…),
- Consulter un spécialiste de l’aide à la relation comme un psychologue ou un psychothérapeute.

Le pharmacien pourra rediriger ses patients en rééducation après un infarctus, s’ils en ont besoin auprès d’un psychologue, en leur expliquant que le stress qu’ils ressentent est tout à fait normal face à leur situation et qu’il peut être atténué.


6. SITES WEB
Commentaire
Soyez le premier à commenter cet article
Ajouter un commentaire
No images were found.

Articles similaires