PHARMACIEN PROFESSIONNEL DE SANTE

Si 4 millions de français entrent chaque jour dans une pharmacie, ce n’est pas un hasard ! Selon une étude (avenir pharmacie 2017) le pharmacien est le premier professionnel de santé de proximité. L’officine reste et continue d’être un pôle de santé incontournable du système de santé français. Aujourd’hui, les patients viennent à la pharmacie pour chercher davantage de services et de conseils et le métier de pharmacien se transforme pour s’orienter plus encore vers un accompagnement personnalisé des patients. En plus de dispenser des médicaments et de conseiller ses patients, le pharmacien est également un gestionnaire, manager, commerçant, secouriste, préparateur, et parfois même un psychologue. Certains se spécialisent dans la nutrition, la diététique, l’homéopathie, la phytothérapie, l’aromathérapie, la dermo-cosmétique, la mycologie, le soin aux personnes âgées, aux bébés ou aux animaux de compagnies. D’autres encore se spécialisent dans le maintien et le soin à domicile, dans le petit appareillage en orthopédie ou encore les appareils de mesure connectés pour suivre la tension, la respiration, le sommeil, etc. Le pharmacien doit posséder de nombreuses qualités, comme la rigueur, le sens du relationnel et du travail en équipe, la disponibilité, la patience, le sens de l’écoute, de la décision et l’esprit entrepreneurial. 
Le décret relatif aux nouvelles missions du pharmacien d’officine, publié en octobre 2018, a défini les conseils et prestations que les pharmaciens officinaux pourront proposer aux patients pour favoriser l’amélioration ou le maintien de leur état de santé. A l’avenir, ils détiendront un rôle plus important dans l’éducation à la santé, la prévention et le dépistage de certaines affections, la lutte contre les addictions, des actions de suivi et d’accompagnement pharmaceutique, la prévention de la iatrogénie médicamenteuse ou la participation à des actions d’évaluation en vie réelle des produits de santé. Le pharmacien est réellement un acteur incontournable du système de santé.

1. LE ROLE DU PHARMACIEN
Le pharmacien titulaire d’officine assure un très grand nombre de fonctions. Son activité continue de se diversifier au fil des années. Dans son travail quotidien, il :
- Assure la dispensation et le bon usage du médicament à usage humain et vétérinaire ;
- S’assure de la bonne compréhension du traitement par le patient ;
- Propose au patient un suivi pharmaceutique (Dossier Pharmaceutique et Dossier Médical Partagé) ;
- Contribue avec les autres professionnels de santé à un accompagnement personnalisé du patient (éducation et accompagnement thérapeutiques, réalisation des entretiens pharmaceutiques, etc.) ;
- Réalise des adaptations galéniques ou des préparations magistrales et officinales ;
- Gère les achats, les stocks pour assurer la continuité de l’accès aux médicaments 7 jours sur 7, 24 heures sur 24 ;
- Gère la bonne conservation des médicaments ;
- Garantit en toute circonstance un bon accès aux médicaments ;
- Gère et manage l’officine et son équipe (pharmaciens adjoints, préparateurs, étudiants, secrétaires...) ;
- Encadre et forme les stagiaires étudiants en pharmacie.
 
Depuis le 1er mars 2019, la vaccination antigrippale fait partie des missions pouvant être exercées par les pharmaciens d’officine sur l’ensemble du territoire. Cette nouvelle mission prendra effet quand les modalités seront fixées par décret en conseil d’état. Le pharmacien pourrait également à terme, vacciner pour d’autres pathologies.

De plus en tant que professionnel de santé, il : 
- Participe aux actions de santé publique, de prévention et de dépistage ;
- Répond aux attentes du public en matière de santé : disponible sans rendez-vous, il joue un rôle majeur dans les soins de premier recours (conseil pharmaceutique et/ou orientation vers d’autres professionnels de santé si nécessaire) ;
- Contribue aux dispositifs de sécurité sanitaire (pharmacovigilance, matériovigilance, alertes sanitaires, retraits de lots…) ;
- Coopère avec les autres professionnels de santé au sein des réseaux de santé, des établissements pour personnes âgées et plus récemment des communautés professionnelles territoriales de santé (CPTS).

2. LE PHARMACIEN, DISPENSATEUR
L’acte de dispensation du pharmacien n’est pas anodin ; il doit contribuer à une efficacité optimale des traitements et à une diminution des risques de iatrogénie médicamenteuse. A cette fin, il procède à l’analyse pharmaceutique de l’ordonnance médicale, à la préparation minutieuse des doses à administrer, à la mise à disposition d’informations et de conseils nécessaires au bon usage du médicament avec ou sans prescription du médecin et enfin, au soutien du patient. L’analyse de l’ordonnance nécessite de la part du pharmacien une grande vigilance et une bonne connaissance des médicaments. En effet, plusieurs contrôles sont nécessaires :
- Vérifier la validité de l’ordonnance (date, qualité du prescripteur, identification du malade, mentions réglementaires) ;
- Contrôler la durée légale du traitement et la possibilité du renouvellement du traitement prescrit ;
- Vérifier l’adéquation de la posologie prescrite avec celle mentionnée dans l’autorisation de mise sur le marché du médicament ;
- S’assurer du respect des conditions réglementaires de prescription et de dispensation des médicaments prescrits ;
- S’assurer de l’absence d’interactions entre les médicaments prescrits sur l’ordonnance qui lui est présentée ainsi qu’avec les médicaments qui ont pu être prescrits ou conseillés antérieurement et dont le pharmacien a connaissance ;
- Veiller à ce que les quantités délivrées à l'occasion de dispensations successives soient en adéquation avec le ou les traitements prescrits ;
- Rechercher, en cas de doute ou d’incompréhension, la concertation avec les prescripteurs ainsi que les autres professionnels de santé.

Pendant la délivrance du médicament, le pharmacien apporte aux patients les informations et les conseils nécessaires à la bonne compréhension et à l'observance des traitements, ainsi qu’au bon usage des produits de santé. C’est un élément incontournable d’information, d’éducation et de prévention en matière sanitaire et sociale, à ce titre, il se met à la disposition du patient par une écoute attentive et un questionnement bien orienté. 

Pour favoriser la coordination des soins, les pharmaciens peuvent désormais être désignés comme correspondants au sein de l'équipe de soins par le patient. Ainsi, ils peuvent, à la demande du médecin ou avec son accord :
- Renouveler périodiquement des traitements chroniques ;
- Ajuster, au besoin, leur posologie ;
- Effectuer des bilans de médications destinés à en optimiser les effets.

3. EDUCATION THERAPEUTIQUE DU PATIENT (ETP)
L'éducation thérapeutique s'inscrit dans le parcours de soins du patient. Elle a pour objectif de rendre le patient atteint de maladie chronique plus autonome en facilitant son adhésion aux traitements prescrits et en améliorant sa qualité de vie. Selon les besoins du patient, le pharmacien peut proposer une éducation ou un accompagnement thérapeutique consistant à :
- Aider à la compréhension de la maladie et des traitements ;
- Aider à la compréhension des examens de biologie médicale ;
- Informer et sensibiliser sur le bon usage des médicaments ;
- Apprendre à utiliser les médicaments nécessitant une technique d’administration particulière (par exemple : instillation d’un collyre, inhalation d’un médicament antiasthmatique, application d’une crème…) ;
- Aider dans l’apprentissage de l’autosurveillance de la maladie et des traitements ;
- Soutenir et accompagner le patient tout au long de sa prise en charge.

Si nécessaire, en fonction de la situation, le pharmacien peut également orienter le malade vers une structure locale d’éducation (réseau de santé, maison du diabète, école de l’asthme, association de patients…). 
Dans le cadre d’un accord signé avec l'Assurance maladie, les pharmaciens officinaux peuvent proposer aux patients sous anticoagulants oraux, aux patients asthmatiques sous corticoïdes inhalés et aux patients sous traitement de chimiothérapie orale, de bénéficier d'un accompagnement thérapeutique.
La finalité de l'accompagnement pharmaceutique du patient est de garantir les meilleures conditions d’initiation, de suivi, d'observance et d'évaluation du traitement. 

4. ENTRETIEN PHARMACEUTIQUE
Dans le cadre de l’éducation et de l’accompagnement des patients, les pharmaciens instaurent des entretiens pharmaceutiques dans des espaces de confidentialité isolés au sein de l’officine. Bien que suivant la convention au moins deux entretiens pharmaceutiques annuels doivent être réalisés, la fréquence et le nombre d’entretiens s’adaptent aux besoins d’accompagnement du patient et à sa réceptivité aux entretiens déjà réalisés. A ce jour, les entretiens pharmaceutiques permettent de suivre les patients sous antivitamines K (AVK), sous anticoagulant oral direct (AOD) et les patients asthmatiques. En 2019, ils concerneront également les patients sous traitement de chimiothérapie orale. Les entretiens doivent permettre :
- D’évaluer l’adhésion du patient à son traitement ;
- De renforcer les rôles de conseil, d’éducation et de prévention du pharmacien auprès des patients ;
- De valoriser l’expertise du pharmacien sur le médicament ;
- D’évaluer la connaissance de son traitement par le patient ;
- De rechercher et d’évaluer l’adhésion thérapeutique du patient et l’aider à s’approprier son traitement ;
- Améliorer la qualité de vie des patients ;
- Améliorer l’observance pour optimiser l’efficacité d’un traitement à long terme ;
- Améliorer l’observance des patients pour éviter les risques iatrogéniques.

Le bilan partagé de médication : 
Il est réalisé au cours d’un entretien avec toute personne de 65 ans et plus, souffrant d’au moins une ALD, ou toute personne âgée de 75 ans et plus, bénéficiant de traitements pour lesquels au moins cinq molécules sont prescrites pour une durée de six mois. Avec l’accord du patient, le pharmacien peut mettre en place ce bilan, essentiellement pour lutter contre la iatrogénie, mais aussi pour répondre aux interrogations des patients sur le bon usage de leur traitement et pour favoriser l’observance et l’adhésion à son traitement.

5. DEPISTAGE
Les pharmaciens d’officine peuvent réaliser, dans un espace de confidentialité, trois tests rapides d’orientation diagnostique et d’évaluation (TROD) :
Le test capillaire d’évaluation de la glycémie, uniquement dans le cadre d’une campagne de prévention du diabète. Ce test est destiné au repérage d’une glycémie anormale. 
- Le test oro-pharyngé d’orientation diagnostique des angines à streptocoque du groupe A. Un prélèvement réalisé dans le fond de la gorge, sur l'amygdale, à l'aide d'une petite brosse (écouvillon) permet une orientation diagnostique en faveur d’une angine bactérienne.
Le test oro-pharyngé d’orientation diagnostique de la grippe. Réalisé le plus tôt possible après l'apparition des symptômes, ce test permet une orientation diagnostique en faveur d’une grippe.

Les pharmaciens pourraient également prendre part au dépistage du cancer colorectal. A ce sujet, une expérimentation menée en octobre 2017 en Haute Corse a révélé qu’en seulement quelques mois les 10 pharmacies d’officine participantes avaient doublé le taux de dépistage de la région et permis de détecter plus de dix cas de cancer colorectal. 

6. CONCLUSION
Véritable acteur de santé de proximité, le pharmacien endosse aujourd’hui de nombreuses responsabilités qui ne cessent d’évoluer et se diversifier. Ces dernières années, et en accord avec le plan « Ma Santé 2022 », la profession a connu un élargissement de ses missions. Le pharmacien est un professionnel de santé à part entière, dont le rôle ne se limite plus seulement à la délivrance de médicaments, mais concerne également des conseils et entretiens personnalisés avec les patients, la conduite de bilans partagés en coordination avec les autres professionnels de santé ou encore des actes de dépistage. Grâce à ces avancées, le patient bénéficie d’une meilleure prise en charge et d’un meilleur accompagnement dans le suivi de son traitement.

7. SITES WEB
USPO :
https://www.uspo.fr/entretiens-pharmaceutiques/ 
https://uspo.fr/wp-content/uploads/2019/02/7-URPS-Corse.pdf 

Commentaire
Soyez le premier à commenter cet article
Ajouter un commentaire
No images were found.

Articles similaires