Soigner les maux de l'été

Voilà, le 4 juillet 2014 annonce officiellement le début des grandes vacances scolaires. Cette période est souvent très attendue par la jeunesse, mais aussi par l’ensemble de la population. Il est fini le temps d’aller à l’école ou de rester enfermé à la maison. A la période estivale, on pratique généralement des activités de plein air (barbecue, jardinage, sports en plein air, etc.). Sans le savoir, on court parfois quelques risques avec les petits bobos de l’été.
 
1 -  DÉFINITION :
Les bobos de l’été sont multiples. Ils sont appelés ainsi car ils ont tous en commun une petite particularité. Ils surviennent à la belle saison lorsque le soleil pointe le bout de son nez  et qu’il réchauffe aisément l’air ambiant. Les bobos de l’été sont tout aussi bien les petites blessures, les piqûres d’insectes que les coups de chaleur, etc. Principe de précaution oblige ! Il est important de s’en prémunir !
 
2 -  CAUSES, SYMPTÔMES & TRAITEMENTS
Les bobos de l’été étant particulièrement nombreux, il est préférable de les énumérer à la suite en présentant également leurs symptômes respectifs et les traitements à réaliser. Tout d’abord, on retrouve :
 
- Les brûlures
Ah qu’il fait bon de faire un barbecue entre amis ou en famille, mais celui-ci peut parfois tourner à la catastrophe. En cas de brûlure très superficielle, les premiers gestes à conseiller sont simples. Il ne faut pas que la brûlure s’étende. Il faut donc refroidir la partie brûlée sous l’eau froide, à environ 15°C pendant 15 à 20 minutes, pendant au moins cinq minutes ou, à défaut, en appliquant un linge propre imbibé d’eau froide. Toutefois, si un patient se présente à votre pharmacie, il faut déterminer son degré de brûlure. Les brûlures du 1er degré entraînent des rougeurs de la peau. Seules les couches superficielles sont touchées. Les brûlures du 2ème degré se traduisent par l’apparition de cloques. Lorsque la brûlure est profonde elle provoque un choc cardiovasculaire et une chute de tension. Les brûlures du 3ème degré sont très profondes, par conséquent elles peuvent détruire les muscles et les tendons et endommager les os.
Dès lors, en cas de brûlure du 1er et 2ème degré est d'utiliser des médicaments et de bien les appliquer. Nettoyez la brûlure avec du sérum physiologique ou avec un savon antiseptique puis désinfectez, par exemple avec de l’hypochlorite de sodium ou de la chlorhexidine sous forme diluée et séchez la brûlure en tamponnant bien la plaie. Appliquez une crème protectrice et cicatrisante à base de sulfadiazine argentique ou de chlorocrésol et la recouvrir d’un pansement stérile qui n’adhère pas à la plaie. Renouvelez tous les 2 jours. En cas de brûlures du 3ème degré, il faut toujours consulter au plus vite un médecin et refroidir la zone brûlée dans l’attente des secours.
Attention si la personne a été brûlée à travers ses vêtements, ne les lui retirez pas, vous risqueriez d'arracher la peau en même temps. Passez-là sous l'eau froide toute habillée !
 
- Les coups
Pendant la saison estivale, les accidents domestiques sont tout aussi nombreux que pendant les autres saisons de l’année. Il faut ajouter à ceux-ci les activités en plein air et un goût prononcé pour faire les 400 coups, mais attention les  bleus et les bosses sont parfois aussi au rendez-vous.
Ainsi pour résorber un hématome et soulager la douleur, il faut mettre du froid sur la zone afin de réduire la douleur et le gonflement. Il suffit pour cela d’appliquer sur la zone concernée un gant de toilette ou un linge propre dans lequel des glaçons auront été déposés. Désormais, les coussins réfrigérants peuvent être aussi une bonne alternative.
 
- Les insectes
Les petites bêtes ne mangent pas les grosses ! Cependant, elles peuvent faire mal. En grande majorité, elles piquent ! Il faut donc connaître les soins à prendre en cas d’attaque !
Les abeilles, les guêpes et les frelons sont eux-aussi en pleine saison. Il est temps de récolter le pollen nécessaire pour passer l’hiver et de se mettre des vivres de côté. Ils sont nombreux dans les jardins d’aller de fleurs en fleurs pour butiner. Gare où vos patients mettent leurs pieds ! Toujours est-il que la guêpe ne perd pas son dard, l’abeille oui. Il faut le retirer avec une pince à épiler propre, puis désinfecter à l’alcool. Les piqûres sont souvent plus douloureuses que dangereuses, sauf si l’enfant est allergique (gonflement, douleur intense), s’il est piqué à un endroit sensible (près des yeux, de la bouche) ou s’il a avalé l’insecte. Mieux vaut alors faire appel à un médecin. Quant au frelon, son dard s’enfonce plus profondément dans la peau. Les piqûres sont plus dangereuses. Il est vivement conseillé de diriger le patient vers son médecin traitant ou les urgences en cas de piqûre près des yeux, de la bouche ou si la personne l’a avalée.
Les plus connus de ses insectes sévissant en août restent sans doute les aoutats. Ces minuscules insectes présents dans les herbes provoquent des plaques rouges et des démangeaisons très importantes en particulier au niveau des plis des membres. Le traitement réside en l’application de crèmes apaisantes.
Les fourmis et les moustiques sont aussi réputés pour se faire des festins de notre corps durant l’été. Même si leurs piqûres ne sont pas dangereuses, elles doivent être nettoyées à l’eau et au savon. Vous pouvez aussi conseiller l’utilisation d’une crème contre les démangeaisons. Le principe de précaution étant utile, vous pouvez recommander l’application d’une lotion anti moustiques sur les zones de peau qui sont découvertes ainsi que sur les vêtements et d’utiliser une moustiquaire.
Les morsures d’araignées sont reconnaissables par deux petits points rouges sur la peau. S'il n'existe qu'une réaction locale, de simples pommades antiallergiques devraient être suffisantes. Cependant, certaines espèces, comme la « veuve noire » dans le midi (Segestri Florentine) ou la « tarentule » en Europe méridionale peuvent donner des réactions plus ou moins violentes avec malaises, œdèmes, maux de tête, voire des hallucinations.
 
- Les plaies
Les écorchures, les égratignures, les entailles et autres griffures sont aussi de la partie. Rien de plus normal lorsque l’on sait que les Français adorent jardiner et bricoler, mais aussi qu’ils ont des animaux de compagnie. Par conséquent, il faut connaître les soins à suivre en cas de plaies. Concrètement, en présence de corps étrangers incrustés, comme des graviers, de la terre, une écharde, des brindilles, de l’herbe, enlevez-les délicatement à l'aide d'une pince à épiler passée préalablement sous l'alcool ou alors à la flamme d'un briquet ou d'une allumette afin d’éliminer les éventuelles bactéries. Il faut ensuite nettoyer les contours avec du savon (idéalement de Marseille sans parfum) ou avec une solution nettoyante. Puis, il faut protéger la plaie par un pansement si elle est exposée à la saleté ou si elle risque de frotter sur un vêtement. Sinon, il est impératif de laisser la plaie cicatriser à l'air libre, en sachant tout de même que contrairement aux idées reçues, l'écorchure cicatrisera plus vite sous l'humidité d'un pansement. Enfin, si des croûtes se forment, il faut les laisser. Elles servent à protéger les plaies de la saleté, et tomberont d'elles-mêmes au moment opportun. Si la plaie est plus profonde, mieux vaut diriger votre patient vers un médecin.
 
- Le soleil
Lorsqu’il pointe le bout de son nez, chacun d’entre nous est ravi de le voir apparaître. Sa chaleur nous réchauffe et nous sommes en général de bonne humeur. Toutefois, cet ami peut aussi devenir un ennemi. Il faut savoir s’en protéger et surtout ne pas s’exposer en plein soleil.
Les coups de chaleur concernent principalement les enfants et les nourrissons. Lors d’une exposition prolongée à une température élevée, le corps se met à surchauffer. La peau est brulante et sèche. Le visage est rouge. L’enfant se plaint de maux de tête, vomit, a très soif. Pour éviter des séquelles, (notamment sur le plan neurologique), voire la mort (10 % des cas), il faut sans attendre appeler les secours, placer l’enfant à l’ombre et faire baisser la température à l’aide de compresses humides appliquées sur le corps préalablement déshabillé. Les personnes âgées sont également très vulnérables à la chaleur. De plus, elles ressentent moins la soif et oublient donc de boire ce qui les expose d’autant plus au risque de déshydratation. Toutefois, nul n’est à l’abri du coup de chaleur. Il est bon de rappeler qu’à tout âge, il est formellement déconseillé de s’exposer pendant les heures les plus chaudes de la journée.
Les coups de soleil sont moins dangereux que les coups de chaleur, mais ils peuvent être tout aussi néfastes pour l’organisme à longs termes. Ils peuvent en effet provoquer des cancers de la peau. En cas de coup de soleil, il faut appliquer des compresses d’eau froide plusieurs fois par jour sur les zones rouges, douloureuses et chaudes ainsi qu’une crème ou une lotion analgésique. Si la brûlure est plus importante, que des cloques, la fièvre et des malaises apparaissent, une consultation chez le médecin s’impose.
L’insolation est quant à elle moins importante que les coups de chaleur. Elle se manifeste par des maux de tête, des nausées, des vomissements, une température élevée et un pouls ralenti. Nous reviendrons sur ce sujet à la fin du mois de juillet.
 
- Les serpents
Parfois oubliés des bobos de l’été, il faut pourtant s’en méfier ! En France métropolitaine, le serpent dangereux et le plus commun dans nos régions est la vipère. Certes, ces morsures sont rarement mortelles, mais si elles se produisent, il faut allonger la personne pour éviter que le venin ne se diffuse dans l’organisme et utiliser un dispositif d’extraction du venin.
 
3 -  CONSEILS AU COMPTOIR :
Face à tous ces petits bobos, il est utile de rappeler à vos patients qu’il est indispensable qu’ils aient chez eux ou lorsqu’ils partent en vadrouille, une trousse à pharmacie. Le pharmacien que vous êtes, est à même de composer une trousse parfaitement adaptée à leurs besoins en fonction de l’âge du patient, de la destination et de la durée du voyage. Logiquement, une trousse à pharmacie doit donc contenir :
 
Matériel indispensable :
- Bande de contention et compresses,
- Petits ciseaux, pince à épiler,
- Pansements stériles et sparadraps,
- Thermomètre incassable.
- Préservatifs NF, 
 
Médicaments de base :
- Antiseptiques (à base de chlorexidinepar exemple)
- Antalgiques et antipyrétiques (le paracétamol est vivement recommandé)
- anti-inflammatoires (ibuprofène),
- anti-diarrhéique (lopéramide ou racécadotril),
- laxatif,
- antihistaminique,
- Crème contre les brûlures et celles pour les coups et les égratignures,
 
En fonction de la destination :
- Anti-moustiques (bracelets, spray, etc.)
- prophylaxie du paludisme
- comprimés pour purifier l’eau
 
Cette liste n’est pas exhaustive. A vous de proposer à vos patients, les produits de santé dont ils auront besoin pendant leurs vacances ou leurs aventures. Cependant, il est également préférable d’indiquer à vos patients de créer une trousse de pharmacie propre à leur enfant. En effet, un enfant ne doit prendre que des médicaments qui correspondent à son poids.
Petit rappel : Vous pouvez rappeler à vos patients de vérifier  que leurs vaccinations soient à jour, surtout celle contre le tétanos. Dans le cas des plaies, cela peut être utile.
Il y a aussi des choses à ne pas conseiller comme l’utilisation de coton hydrophile ou de ouate sur les plaies. Ces derniers laissent des fibres qui forment un dépôt. L’alcool même dénaturé peut détériorer les cellules cutanées et ralentir la cicatrisation, sans compter qu’il provoque chez le patient une douleur vive lorsqu’il l’applique sur la peau. Quant aux désinfectants colorés, ils sont à laisser au placard également ! Leur coloration risquerait de masquer un éventuel corps étranger.
Par ailleurs, les traitements présentés ci-dessus vous permettront d’être préparé à bien recevoir vos patients lorsqu’ils se présenteront devant votre comptoir, énervés et inquiets car ils viennent de se faire piquer par une petite bébête ou brûler par une merguez.
Toujours est-il qu’avec leur trousse en pharmacie en  main, vos patients seront protégés des petits tracas de l’été !
 
 
Commentaire
Soyez le premier à commenter cet article
Ajouter un commentaire