David contre Goliath

Le combat de David et Goliath se joue encore une fois actuellement.
A l'heure des signatures des contrats pour 2021, on assiste en effet à de nouvelles pressions des gros laboratoires, pour n’en citer que quelques-uns Sanofi, Bayer, Upsa... qui certainement après une mauvaise année veulent augmenter leurs flux poussés sur la profession qui a eu du mal aussi à liquider ses stocks. Ceux-ci déjà augmentés par les masques, les tests antigéniques, le gel hydroalcoolique... En tant qu'officinaux, nous sommes coincés entre la volonté de ne pas se laisser faire par ces pratiques, de ne pas surstocker et la pression médiatique de la demande client qui nous oblige à référencer un bon nombre de produits incontournables.
Donc soit on s’oppose aux grandes firmes et on propose principalement des produits peu connus mais choisis pour leurs qualités pharmacologiques, soit on devient les vendeurs de ces grandes firmes en répondant à la demande créée par les campagnes publicitaires.
Le dilemme est bien réel et peut-on vraiment choisir entre être professionnel de santé et commerçant ?

Christophe Enderlé, pharmacien titulaire pharmacie Enderlé à Bertry (Nord)
Commentaire
prince c
07/12/2020
Bien sûr que l'on peut choisir. Perso je ne fait pas ni urgo ni bayer, surtout pour finir par voir leur produits finir en grande surface. Franchement ça ne vaut pas le coup de vouloir jouer le jeux. Si tous les pharmaciens faisaient de même ces grands goupes auraient changé leur politique depuis longtemps.
alindust
05/12/2020
Non car vous êtes indissociablement les 2... et ce, depuis belle lurette ! Toutefois, le monde étant ce qu'il est devenu, désormais plus commerçants que professionnels de santé... Il vous reste donc à bien gérer vos stocks ! Alindust
Sylvie DUEZ
05/12/2020
Merci pour votre article qui donne un véritable éclairage. Vous êtes pris en étau sur le marché commercial impitoyable. Nous sommes tous manipulés par ceux qui ne voient que leur intérêt financier, hélas. Mais comment reconnaître ceux qui ont vraiment à coeur de conseiller ? Plus que jamais nous avons besoin d'avoir confiance. Avec tous mes remerciements.
O Godefroy
05/12/2020
L'expérience montre que pour qu'une alternative aux produits dits "incontournables" soit efficace, il faudrait qu'elle soit collective ! Or, nous sommes hélas une profession "ultra-individualiste" où ce genre de réaction collective est tout simplement impossible. Si vous êtes seul à proposer des alternatives, cela prendra avec quelques patients/clients mais hélas la majorité des patients/clients ira acheter son produit "incontournable" chez votre voisin. Triste soumission imposée par la loi du marché.
AB
04/12/2020
Ne pas oublier la complicité des groupements avec ces labos et leurs produits bidons.
Ajouter un commentaire
No images were found.

Articles similaires