Les pensées de Christophe

Il y a quelques années on parlait beaucoup du problème des marques ombrelles. Aujourd’hui, c’est un peu différent mais proche.
En effet Pierre Fabre comme Bayer effectuent des modifications de statut de leurs produits.
Ainsi le médicament Arthrodont est suspendu et remplacé par l'arthrodontProtect dispositif médical, de même pour le Berroca qui devient BerrocaEnergy.
Mais ce qui est d'autant plus révoltant, outre cette mascarade législative et économique, c'est que la communication et le lancement des produits ne tiennent absolument pas compte des distributeurs comme les pharmaciens qui ont commandé ces produits en début d’année et se retrouvent maintenant avec les médicaments contre la communication des nouveaux. Encore une fois nous serons en retard, en espérant que ces épisodes pèsent sur les négociations 2021.
L'autre fait marquant dans la profession, est celui de l’ouverture d’une nouvelle hyperpharmacie qui a fait la une des médias en présentant un modèle économique bien loin de la santé publique dont les pharmacies d'officine ont la responsabilité.
C’est un argument en faveur de la grande distribution et son fer de lance, Monsieur Leclerc, pour obtenir le droit de vendre des médicaments ou des produits de santé, car c’est bien cela le problème. Aussi en corrélation avec le premier topic, nos officines se vident de leurs médicaments conseils pour laisser la place aux dispositifs médicaux et autres produits cosmétiques, ce que peut très bien faire la grande distribution...

Christophe Enderlé, pharmacien titulaire pharmacie Enderlé à Bertry (Nord)
Commentaire
Hervé B
25/09/2020
C'est comme la lidocaïne. Je pensait que c'était un principe actif et que seuls les médicaments pouvaient en contenir. Et voilà la Cooper qui sort l'Audispray-dolo en DM ! Je n'y comprends rien ! La Cooper ! Un laboratoire que je pensait être notre allié...
GG
24/09/2020
* Le code de la santé publique ne limite pas les surfaces des officines et si tout est en règle, personne ne peut s'y opposer. * Ce concept de grande surface officinale, contredit les idées reçues que les ventes Internet allaient détruire les pharmacies réelles. * Leclerc continue d'agrandir et de créer des hyper parapharmacies. * Enfin les mêmes laboratoires "l'éthique pharmaceutique à la main et la main sur le coeur" se précipitent chez ces revendeurs en traitant les conditions commerciales un cran au-dessus du groupement isolé, même important. Seule solution pour s'en sortir faire une réunion des acheteurs décideurs de tous les groupements de pharmacies qui le souhaiteront et CREER UNE CENTRALE D'ACHAT UNIQUE DE PARAPHARMACIE pour les 22 500 OFFICINES EN FRANCE comme le font les GMS entre elles. Ne me dites pas que c'est utopique, il ya aussi des gens intelligents, des négociateurs pertinents et très compétents en pharmacie.
Ajouter un commentaire
No images were found.

Articles similaires