Tiens je vais vous raconter ma matinée…

Et je jure que je n'invente ni ne déforme rien.
Je me suis levée tôt car le plombier devait arriver à 7:45 pour changer une pompe. Dès 8:00 donc la pharmacie était envahie d'une odeur pénétrante d'eaux usées (je reste polie).
C'était bien que je sois très tôt à la pharmacie parce que j'avais une commande à finir de préparer et notamment je devais coller 30 étiquettes sur 30 flacons de 500ml de SHA pour la mairie. Flacons que je suis allée chercher en un aller retour à Paris hier matin (50km donc).
A 9:30, ouverture tardive exceptionnelle de la pharmacie pour cause de covid, tout est prêt, la commande répartiteur est rangée, la commande mairie prête, une autre commande de 200 flacons prête à partir aussi...
Mis à part l'odeur tout s'annonce bien.
Je règle encore 2/3 trucs (demandes par mail, ordonnances déposées dans la boîte à lettre), puis je charge ma voiture, mon confrère et ami m'appelle pour me dire que notre commande groupée est arrivée, donc je livre la mairie, on recompte tout ensemble (compresses, SHA, pansements...) puis je vais chez mon confrère chercher ma commande.
Mon associé (et mari) m'envoie un sms « au secours ».
Je rentre et tout était finalement rentré dans l'ordre mais pendant la 1/2 heure qu'avait duré mon absence, il a fallu gérer des demandes du plombier + l'agent qui venait chercher les 200 flacons et lui faire signer un BL (la dernière fois un flacon avait disparu entre la pharmacie et sa destination finale et j'avais presque été traitée de voleuse par mail) + la cerise sur le gâteau : un petit contrôle de la DGCCRF !
Puis est arrivé un médecin qui venait chercher ses masques sans en avoir fait la demande au préalable, puis une demande par mail de pessaire qui a nécessité 5 coups de fil...
Et enfin à la fermeture à 12:30, la mairie a rapporté les 30 flacons de SHA parce que pour les écoles ils voulaient du GHA et en flacons pompes.
 
Une copine à qui je racontais me disait « mais pourquoi tu te plies en 4 comme ça ? ».
Ben parce que c'est mon rôle.
Parce que l'idée que la mairie aille chercher ses fournitures en grande surface plutôt que dans sa pharmacie de proximité ce n'est pas satisfaisant.
Parce que c'est aussi mon rôle de pharmacien de veiller à la protection de chacun.
 
Donc dans mon récit y a pas un truc qui vous choque ?
Comme une tache ?
Un truc huileux dégueulasse ?
Ben oui le contrôleur de la DGCCRF !
Je ne voudrais pas lui attirer d'ennuis en disant qu'il a été très sympa.
Mon mari lui a expliqué comme ce harcèlement allait conduire à un abandon total de la profession qui allait lâcher masques, SHA, aide, social... soit tout ce que l'on fait sans relâche depuis 2 mois et avec une conscience remarquable.
Le contrôleur a avoué qu'il ne comprenait pas pourquoi on l'envoyait dans les pharmacies et a conscience qu'on vit ces contrôles comme un harcèlement.
Lui aussi est un pion dans la guerre que Bercy mène contre la Santé.
 
Tullius Détritus continue donc son œuvre.
Et aussi découragés, fatigués et démotivés que l'on soit, il faut que l'on tienne bon.
Il faut que la santé montre à Bercy que c'est bien celle des 2 qui est la non corrompue et incorruptible.
Si j'osais et malgré l'odeur qui règne dans ma pharmacie, « nous on a le cul propre ».

Delphine Chadoutaud, pharmacien titulaire à Orsay (91) 
Commentaire
Sincholle Helene
23/05/2020
Je compatis Delphine. Pour ma part, en dehors de ces gueguerres de ministères, je fais le constat amer que nous sommes (les pharmaciens) des marionnettes de l’Etat, qui préférerait nous lobotomiser pour nous rendre encore plus dociles. En début de crise nous avons relayé le «  le masque ne sert à rien, soyez rassurés » comme des moutons de panurge, pour quasiment du jour au lendemain leur dire « restez chez vous, vous risquez de contaminer quelqu’un ». Aujourd’hui je fais le triste de imputes des victimes collatérales du covid-19: les malades psychiatriques déboussolés par l’isolement, les personnes ayant perdu un proche et n’ayant pas pu l’accompagner, les familles ayant des enfants dans les centres spécialisés en coupés de tout contact pendant 2 mois, les foyers déchirés, les futurs naissances dans les foyers irresponsables, les diabétiques abîmés par le confinement et bien d’autres encore. Je fais partie des ravagés par le Covid-19, j’ai perdu ma flamme, j’ai pris conscience que je n’exerce pas mon métier librement, avec conscience. Que je me tue à la tâche mais que si je veux être compétitive je ne gagne pas d’argent, et que les raisons pour lesquelles j’ai choisi ce métiers sont désuètes ( pourtant je n’ai que 48 ans)...
ledoc84
22/05/2020
Tellement vrai, mais tellement épuisant physiquement et moralement que des fois !!! Mais gardons le cul propre !! Malgré tullius detritus
T. Veronique
21/05/2020
Ce que je vous comprends ! Matinée typique d’un titulaire qui court tout le temps. Nous sommes bosseurs et courageux.
Patouillard
21/05/2020
Je ne sais pas si je dois écrire que je vous plains ou que je vous admire. En tout cas je vous remercie pour m'aider à comprendre que je n'ai plus rien à faire dans ce métier. Quand j'ai commencé, il y a près de quarante ans on en était presque encore au pharmacien "gardien des poisons", en tout cas pour moi, il y avait déjà des affairistes évidemment mais ils ne représentaient pas la quasi totalité. Jamais je n'aurais imaginé me faire engueuler parce que je n'ai pas de masque à vendre. Cette affaire de masques je la vois comme le dernier piège à cons qui nous a été tendu. Mais les combinards qui ont réussi à en avoir passeront pour des bienfaiteurs. La pharmacie est devenu l'organe du consumérisme intégral.
alindust
20/05/2020
Pour ma part, j'ai plutôt tendance à imaginer la vraie détresse de milliers de TPE qui n'auront même pas eu la chance de rester ouvertes ces 2 derniers mois (et à ces commerces qui ne sont pas prêts d'y avoir droit... et de penser plutôt aux dizaines de milliers de salariés que ces très nombreuses faillites vont engendrer dans les prochaines semaines !....
ROLLAND Catherine
20/05/2020
Courage Delphine tenez bon comme d'habitude on va y arriver. Mais quelle journée de merde quand même...
Parrot jean ancien president de l ordre
20/05/2020
Bravo pour vos propos n’oubliez jamais : gouverner c’est mentir !! La DGCCRF à toujours été une plaie pour nous sans réussir à nous tuer il faut leur résister et par principe ne jamais répondre aux questions qu’ils posent il faut leur demander de les formuler par écrit et alors comme par magie ... rien n’arrive ce sont de grands courageux courage. J. Parrot
YLM
20/05/2020
Pour BERCY, tous les français sont des fraudeurs en puissance, les pharmaciens en plus osent s'opposer au libéralisme prôné par cette administration dans l'encadrement des plateformes de vente en ligne : il faut contrer à tout prix les sites étrangers de vente en ligne etc. Bon le passé, l'histoire nous montrent que cette administration peut encore faire pire. Il ne faut pas se laisser faire, ni se décourager : alerter les élus, les usagers, si besoin les médias. Proposons la création d'une médaille ZAI ZAI ! : Zèle Administratif Idiot et décernons la à l'unanimité...
RIVIERE FRANCOIS-GUILLAUME
20/05/2020
Courage chère consoeur, une conscience en paix n'a pas de prix. Dieu reconnaîtra les siens !
patin jean marc
20/05/2020
Si Delphine sent encore les odeurs... tout va bien elle n'a pas encore eu le covid...
Ajouter un commentaire
No images were found.

Articles similaires