« BAS LES MASQUES »

L’APPROVISIONNEMENT en masques n’est plus un justificatif « scientifique » mais politique.
Quand il n’y en a pas de disponibles, cela ne sert à rien pour se protéger et quand il y en a, il en faut à tout le monde pour se déconfiner.

L’APPROVISIONNEMENT en masques n’est plus un justificatif « scientifique » mais publicitaire.
Ceci pour préparer le commerce de « l’après corona ». Le plus bel exemple sont les sociétés de matériel médical qui d’un côté VENDENT à leurs pharmaciens distributeurs pour leurs usages personnels et de l’autre ces mêmes sociétés s’autorisent à en DONNER directement aux patients de leurs propres pharmaciens distributeurs (qui ne doivent pas savoir « donner » faut croire).
Je ne parle même pas des sociétés de Maintien à Domicile, indépendantes ou prestataires, pharmaceutiques ou non, qui font une publicité nationale et vendent directement les masques aux milliers de patients qui en demandent.

L’APPROVISIONNEMENT en masques n’est plus un justificatif « scientifique » mais économique.
Les quantités nécessaires, les sommes engagées sont colossales et pérennes. Qui va payer ? Qui va fournir et engranger les marges bénéficiaires (réseaux, structures publiques, privées, associations, etc.) ? Qui va fabriquer ? En France, à l’étranger ? Quel prix ? Faut-il rembourser SS ou mutuelles ou rien ? Faut-il des monopoles de distribution (publics, privés) ? Quelles normes prendre en France et en Europe ? Quelles normes imposeront des fabrications qui deviendront des monopoles technologiques de grandes industries avec appuis législatifs ? Qui va déterminer les qualités ? Les surveiller ? Faut-il encadrer les prix d’achats, ceux de ventes ? Qui va récolter les dons pour s’en procurer ? Qui va contrôler l’usage de ses dons ? Faut-il empêcher ou stimuler les fabrications artisanales, briser les initiatives sincères mais mal appropriées ou laisser la liberté d’entreprendre ? Faut-il donner ? A qui, où ? Et vendre comment (virtuel / réel) ? Qui croire ? Où est la vérité ? Où sont les solutions ? Qui décide (cette interrogation est la plus importante) ?
A l’instar, des gants, des solutés hydro-alcoolique et des médicaments... il faut du temps pour réfléchir à ces questions (15 jours) et pour lancer les paradigmes économiques d’une nouvelle société.
En conclusion ; ces tergiversations et manipulations seraient risibles s’il n’y avait pas des professionnels de santé, comme des patients, qui par faute de masques se contaminent tous les jours et elles deviennent carrément lamentables quand ils en meurent.

A COGITO
Commentaire
YLM
17/04/2020
Un article du Monde indique une non réponse de l'ARS suite à une demande des journalistes du nombre de professionnels de Santé décédés suite à une contamination au COVID 19 : le prétexte avancé par les autorités est le "secret médical". Sous les masques, en secret, j'ai parfois envie de pleurer.
biervois dominique
17/04/2020
Je suis pharmacien d'officine rurale. Il y trois semaines un ambulancier vendeur de matériel médical a vendu 5 700 masques chirurgicaux à 3 euros aux infirmiers libéraux et clients de la région. Il a été dénoncé à l'ARS de Bordeaux et passe en jugement fin mai 2020. Il sévit dans la région depuis 20 ans sans aucun diplôme ni BTS d'orthopédie tout est remboursé sur prescription par la CPAM du département ? VOUS TROUVEZ ça normal ? Il n'a eu aucune interdiction d'exercer alors que les inspecteurs de la DGCCRF du département contrôlent leur factures ! VOUS VOUS RENDEZ COMPTE S'ILS GAGNAIENT UN PEU LEUR VIE !
Ajouter un commentaire
No images were found.

Articles similaires