« BAS LES MASQUES » ACTE II

Supérieur au Dollar, à l’Euro, au Yen, à ce rythme le masque deviendra bientôt l’unité de mesure référentielle des valeurs monétaires mondiales (une baguette de pain égale un masque etc.). 

Marges colossales, demandes gigantesques, marché noir, importation, exportation, fabrication industrialisée en France ou ailleurs, approvisionnement en matières premières et leurs spéculations boursières, chantage, délais de livraisons, corruption, protectionnisme de normes administratives, surenchères, intermédiaires, sous-traitants, grossistes, détaillants...

Les masques sont plus précieux que l’or, presque des œuvres d’art, à tel point que les risques encourus par les pharmaciens Français pour la vente de masques avant le 11 Mai 2020 sont fortes amendes et années de prison (je ne parle pas de ceux de l’Etat).

Tout le monde se les arrache et tout le monde veut les distribuer. Tous les prétextes sont bons : prix bas, réutilisables ou jetables, utilisations circonstancielles différentes, conseils associés, qualité supérieure, normes x ou normes y, agrément, brassage de clientèles, nombre de clients /jour, emplacements, publicité massive, etc. ... etc. ... on les donne, on les achète, on les veut, ils vont devenir « obligatoires ou recommandés » ! ! On nous ferait presque oublier que l’on parle de santé, qu’ils protègent des vies dans un intérêt préventif évident.

Alors concrètement c’est quoi le prix d’un masque usage unique ?

Sachant qu’il en faut trois à quatre par jour pour tout un chacun, fabriqués par centaines de millions pour l’Humanité et sur des périodes longues (amortissement des machines), je pense que le coût de fabrication d’un masque est de moins de 1 centime d’euro unitaire pour les gros fournisseurs mondiaux.

On nous les propose déjà en France en achat quantitatif, à 80 centimes pièce H.T. (voire plus, la différence de qualité étant un prétexte), origine ; fabrication en France ou d’importation à l’étranger ? Et les prix grimpent chaque jour qui nous rapprochent du 11 Mai 2020.

Une famille nombreuse modeste au regard de la périodicité journalière des remplacements de masques à usage unique ne pourra jamais mettre un tel budget par mois et sur le long terme. Reste pour cette famille à les fabriquer eux -mêmes.

CONCLUSION ;

Pour les circonstances d’utilisations il faut des modèles différents.

Pour la sécurité il faut de la qualité.

Pour l’efficacité il faut des normes.

Pour l’unitaire il faut des prix faibles (le tout gratuit déresponsabilise et gaspille) ou des prises en charges diverses (mutuelles, dons, bons d’achats, etc.).

Pour l’économie familiale il faut du réutilisable.

Pour éviter le racket et les arnaques il faut pour ce produit, des prix encadrés par l’Etat, qui protégeront les patients et garantiront les objectifs recherchés par le gouvernement.

Pour la distribution il faut toutes les bonnes volontés, celles des contacts massifs et celle plus affinée et pointue des professionnels de santé garantissant l’observance.

Et pour notre profession faire preuve d’unité et de compassion en créant une chaine de solidarité nationale, aider notre pays, faire abstraction de toutes notions de concurrences ou commerces, une fois pour ce produit, réunir les forces vives de tous nos groupements et collectivement acheter des dizaines de millions de masques pour les proposer de façon pérenne à nos compatriotes au même prix dans les 22 500 pharmacies... Un rêve qui pourrait devenir une réalité, une pierre édifiant la prévention d’aujourd’hui, celle de demain, dans une nouvelle société à imaginer, une civilisation à construire.

A COGITO
Commentaire
alindust
27/04/2020
à GG : navré d'insister mais "On NE peut donc PAS raisonnablement (plus qu'irraisonnable... carrément absurde !!) "imaginer comme cela est mentionné, que pour les besoins d’un seul Etat sur la base d’un milliard de masques par mois (que pour la France on ne parle pas mondial) le coût de FABRICATION (pas de vente) soit de moins de un centime d’euro par masque." Evidemment nous parlons bien du PRIX (ah oui, faut expliquer : prix de revient industriel) et non du prix de cession !!! Et 1 milliard de masques/mois ?...autre rêve ! 40 années aux commandes d'usines m'autorisent à corriger qqes erreurs basiques qui fleurissent...
Guillaume Isabelle
24/04/2020
Vous n'êtes pas soignant ou particulièrement exposé ? Cessez de réclamer des masques ou vous les aurez bientôt gréffés sur le museau ad vitam aeternam, même si plus aucun cas n'est répertorié dans votre région. On ne sait jamais...
GG
23/04/2020
Pour info au MAROC les masques subventionnés par des fonds spéciaux créés par le ROI du Maroc sont vendus environ 7 centimes d’euros aux populations. Un coût de fabrication inclu effectivement les coûts d’investissements (machine, énergie consommée, matière première, main d’œuvre plus ou moins chère, charges sociales ou pas, etc...) puis l’industriel ou le conseil d’administration ou le fond de pension ajoute leur pourcentage de marge qu’ils auront décidé et qui sera le prix de vente aux laboratoires pharmaceutiques ou ETATS ou autres passeurs d’ordres importants qui eux-mêmes revendront avec leur propre marge aux distributeurs, grossistes divers qui eux-mêmes revendront avec leur marge aux détaillants ou GMS qui eux-mêmes donneront ou vendront avec une marge ou sans marge (prix coutant) à l’utilisateur (cela s’appelle dans le monde "davant" l’économie et le CORONA VIRUS ne l’a pas tué). D’où l'intérêt d’être son propre producteur de fabriquer des masques et de revendre à l’export, c’est ce que fait le MAROC entre autre. On peut donc raisonnablement imaginer comme cela est mentionné, que pour les besoins d’un seul Etat sur la base d’un milliard de masques par mois (que pour la France on ne parle pas mondial) le coût de FABRICATION (pas de vente) soit de moins de un centime d’euro par masque.
alindust
22/04/2020
De nombreuses erreurs ou approximations !... dont celle-ci "je pense que le coût de fabrication d’un masque est de moins de 1 centime d’euro unitaire pour les gros fournisseurs mondiaux". Même produits en très importantes quantités il faut méconnaître totalement le business industriel pour faire une estimation aussi hasardeuse et, disons-le, aussi farfelue ! Un peu comme si on vous disait à vous distributeurs finaux, vous prendrez 1% de marge brute !...
Capdeville Bernard
22/04/2020
Il est des périodes de pénuries providences, des magouilleurs mondialisés ou bien de chez nous qui conduisent les gouvernants à réglementer les marchés. Ce fut le cas après la guerre pour les laits infantiles ôtés des appétits des distributeurs traditionnels et encore il y a peu avec l'affaire des laits contaminés. Il se pourrait bien que face aux scandales en perspective l'Etat prenne les décisions suggérées par votre article !
Paget Nathalie
22/04/2020
Je suis d'accord.
YLM
22/04/2020
Un monde fait d’empathie, de fraternité de responsabilité citoyenne, à l’échelle de notre pays, vous pouvez toujours rêver. A l’échelle du monde, au regard des deux premières puissances économiques, vous pouvez vous préparer à « cauchemarder » et à récolter ce que nous avons semé !
LE POTARD
22/04/2020
A quand la parution de l'arrêté nous autorisant à enfin vendre des masques ?
Ajouter un commentaire
No images were found.

Articles similaires