Du coronavirus à la pénurie de médicaments …

Une petite réflexion pour cette semaine. Il y a une épidémie du Coronavirus en Chine. 
Je vous rassure ce n'est pas cela dont je veux vous informer :)
La Chine héberge 70% de la production mondiale de princeps, et comme on apprend petit à petit que les usines sont à l'arrêt, à voir le textile, l'électronique... il n'y a pas de raison que ce soit différent pour les médicaments. Et même si la production reprend, même au ralenti, vu le peu d'attractivité économique de la France, on va vers une belle et longue pénurie de médicaments ! 
Bref que du bonheur ! 
(et il serait temps de relancer l'industrie pharmaceutique en Europe...) 

Christophe Enderlé, pharmacien titulaire pharmacie Enderlé à Bertry (Nord)
Commentaire
alindust
14/02/2020
Au cours des 38 dernières années passées dans de multiples labos j'ai assisté, impuissant, à l'abandon progressif des productions de molécules par les usines européennes, avec un quasi abandon à partir des années 90 ! En cause évidemment le dvpt inexorable des offres asiatiques, Inde puis Chine essentiellement. Les acheteurs (et donc ce qui est plus grave, les dirigeants!!), alors inconscients des conséquences à terme de leur geste, n'avaient qu'un objectif : obtenir des économies de l'ordre de 30 à 50 %... L'appel des sirènes, malgré mes multiples avertissements, gagna la partie… Patron des achats d'un important labo dans les années 95/05 j'ai personnellement refusé d'aventurer mon employeur sur cette piste ; pharmacien de formation, je fus certainement le seul. Ce que ne firent malheureusement pas les autres acheteurs... qui ne voyaient alors pas plus loin que le bout de leur nez ! Nous payons depuis très cher cette énorme erreur stratégique... et pour longtemps croyez-moi ! On ne reconstruit pas en effet par un coup de baguette magique un secteur à technologiquement si complexe ! De profundis la chimie fine européenne...
maignan
14/02/2020
Bien vu Enderlé ! On apprend dans toutes les écoles de gestion qu'il ne faut pas se placer en état de dépendance très forte vis a vis de clients ou de fournisseurs... Et dans le monde de la Santé Publique, gaiement massacré par le CEPS, on le fait !
RF S
13/02/2020
Nous n'avons quasiment plus de capacité de synthèse de pricipes actifs en Europe ! La dernière usine à fabriquer du paracetamol en Europe était celle de Sanofi Aramon si je ne me trompe pas, et elle a fermé voici environ 10 ans. Il serait grand temps que les politiques arrêtent de regarder uniquement le prix ; nous sommes beaucoup trop dépendants, et une fois que les usines sont démembrées, on ne relance pas une production en quelques mois, mais plutôt en plusieurs années, nous sommes à la merci du premier virus venu, de la moindre intempérie ou du moindre incendie, car les synthèses d'un principe actif donné se font de plus en plus dans des usines ultraspécialisées, qui fabriquent sur un seul site les quantités nécessaires pour la terre entière. Imaginons qu'au lieu d'un virus somme toute moins virulent que la grippe, il s'agisse d'une bactérie, la pression populaire en Chine ou en Inde serait telle que les gouvernants seraient obligés d'utiliser les antibios pour leur marché intérieur, privant ainsi le reste du monde de moyens de se soigner. Il est grand temps d'instaurer un quota d'au moins 20% de principe actif Européen dans un médicament qui lui, reste souvent fabriqué en Europe, ainsi, nous garderions une partie de la capacité de production, le savoir faire, et une certaine capacité de réaction. La santé, l'alimentation et l'eau sont essentiels et ne doivent pas être soumis aux mêmes règles que le reste du commerce international. Il serait effectivement urgent que les politiques fassent le travail pour lequel ils sont payés.
VRO
13/02/2020
« Gouverner, c’est prévoir; et ne rien prévoir, c’est courir à sa perte » Émile de Girardin
LOCHER FRANCOIS
13/02/2020
Je pensais que ce point serait soulevé bien plus tôt face à cette épidémie. Il semblerait que l'Académie Nationale de Pharmacie soit une des premières institutions à soulever le problème, à juste raison... "On n'a a priori pas de signal d'alarme sur un effondrement de la production mais on est très attentif", a commenté pour sa part le n°2 du ministère français de la Santé, Jérôme Salomon, mercredi soir lors d'une conférence de presse sur l'évolution de la situation liée au coronavirus en France. Rendez-vous dans quelques semaines. Bon courage pour la suite
ANDRE Pierre
13/02/2020
Le bon sens près de chez nous ! Le médicament coûte cher, certes, mais combien rapporte t-il à la France ?
Khoi
13/02/2020
Je dirais même plus : il est temps de réindustrialiser l'Europe ! Après tant d'années de démantèlement de la part de nos chers politiques. Au fait, qui a dit que ... "gouverner, c'est prévoir" ?
Ajouter un commentaire
No images were found.

Articles similaires