Mais qu'attendons-nous en 2019 ?

Le mouvement des gilets jaunes (j'exclus les casseurs sans revendications autres que l'envie de violences) a un intérêt non négligeable : il nous pousse à nous interroger sur les attentes des Français. Ces gilets jaunes, nous les connaissons, ce sont nos patients : ils ne peuvent plus s'acheter de viande après le 20 du mois, payer une nourrice/crèche pose la question de la nécessité de continuer à travailler pour un salaire dérisoire, leur budget essence est un des plus importants car ils ne peuvent pas habiter la ville (trop chère) mais leur campagne est peu voire pas desservie du tout par les transports... quant à la dernière paire de baskets à la mode dont rêve leur ado, même pas la peine d'y penser ou alors à la prochaine foire à tout si quelqu'un revend la sienne pourvu que ce soit la bonne pointure. Alors oui ça c'est le concret. Les Français veulent à défaut de luxe pouvoir vivre correctement en regard de ce qu'ils travaillent.
Mais si l'on creuse un peu plus et c'est un débat à la radio qui m'y a fait penser, les Français souffrent de négligence. Dans combien de villes petites ou même moyennes déplore-t-on la disparition des services publics? La trésorerie, le tribunal d'instance, le bureau de poste...
Nous sommes concernés au premier plan car combien d'entre nous souffrent de cette désertification au profit des grandes villes? Vous ne manquerez pas de commenter « oui mais les gens sont prêts à faire 10kms pour acheter 1€ moins cher! » Oui c'est vrai. Pourtant ils nous aiment mais ne réalisent pas le tort que cela nous fait.
Une victoire en coupe du monde de foot ne suffit pas à ressouder un peuple aussi disparate que les Français. Ou alors un instant très éphémère. Les gouvernements adorent surfer sur cette vague soudaine de liesse et de popularité quand un grand événement met les Français en joie mais s'intéressent-ils seulement au sentiment de bien-être de leurs électeurs ?
Alors que veulent ces gilets jaunes qui passent leurs samedis à se rassembler pour crier leur désespoir et leur ras le bol au lieu de se reposer chez eux en famille? Ils revendiquent du pouvoir d'achat mais ils viennent aussi en silence et inconsciemment pleurer leur sentiment d'abandon.
Dans les villes, dans les campagnes, ils sont (nous sommes!) réduits à un numéro de sécurité sociale, un numéro de compte bancaire, un numéro de carte de fidélité... Et d'ailleurs, ce qui les fait revenir pour les actes suivants, c'est bien le plaisir de se retrouver, de former un groupe, de lier de nouvelles amitiés aux travers d'idéaux et de combats !
J'ai la prétention de croire que les pharmaciens font partie de ce qu'il reste de sentiment de bien-être des Français. Nous sommes le VRP multicartes : commerçant, service public, professionnel de santé, ami de la famille, confident souvent et psychologue parfois...
Les Français ne sont pas idiots et voient bien la multiplication inutile et onéreuse des millefeuilles administratifs. Le rapport direct avec la désertification des provinces est facile à faire : on crée un nouveau groupe de travail ultra inutile au conseil général mais on supprime un bureau d'accueil pour la caf ou la sécu dans le petit bourg...

Alors que voulons-nous pour 2019 ?

Une France dans laquelle se recréent du lien social, une envie de solidarité et d'entraide, une vie qui s'éloignerait de la vision de Georges Orwell car aujourd'hui c'est bien celle qui nous semble proposée.
A tous une merveilleuse année.
Qu'elle vous soit douce sur le plan personnel,
Qu'elle se dévoile pleine de richesses professionnelles même si elle apparaît difficile à appréhender avec tous les changements à intégrer,
Qu'elle soit pour tous les Français enfin une année où l'on se redécouvre, où l'on se rapproche, où l'on se préoccupe de l'autre aussi étranger qu'il nous soit.

Delphine Chadoutaud, pharmacien titulaire à Orsay (91) 
Commentaire
CF
18/01/2019
Je vais fermer mon officine tenue depuis plus de 30 ans et qui ne sera pas reprise car suis installé dans un village de 2 000 habitants. Le président du syndicat local, propriétaire d'une officine dans Carrefour (6 assistants), veut bien partager avec moi une seule chose: les gardes de nuit car c'est pas rentable... Cela résume la situation dans notre profession, où les nantis profitent de la situation avec des remises laboratoires considérables qui leur permettent de vendre du médicament moins cher au public, que le prix d 'achat pharmacien grossiste...Ces nantis monopolisent les places syndicales et ordinales puisque nous travaillons souvent seul dans notre officine..Aucune solidarité,sauf pour le montant des cotisations ordinales et les corvées..
maignan
18/01/2019
Les gens se font avoir par les Leclerc et autres : ils ne comptent pas leur deplacement avec un véhicule pour aller pousser le caddy sur leur temps de week end.. Un depanneur vous facture son déplacement sur la même distance 30 euros ! a rajouter a la note a la caisse de l'hyper. Quand au racisme anti riche, c'est le dernier qui n'est pas sanctionné par la loi. A droite, on a le racisme, et a gauche le classisme, qui a fait les mêmes dégats que le racisme depuis 100 ans.. Dans les 2 cas, ce sont des gens qui ont besoin de hair des membres de leur propre peuple, de dénoncer des "complots" de la même façon, tout en appelant à l'union, bien évidemment ! "tous ensdemble, tous ensemble , béé, béé" ensemble mais pas avec les autres, les ennemis de race ou de classe, hein !. maignan.
Le docteur no du 40
17/01/2019
Bravo Delphine pour vos coups de gueule... et pour le temps que vous nous donnez en prenant la peine de nous écrire à tous si longuement. En souvenir de pierre C....
patrick B.
17/01/2019
Je ferme mon officine tenue depuis 28ans en mars.. chiffre d'affaire sans para.. pas de lafayette autour.... commune de 2000 habitants, mais a quelques kilometres d'une pharmacie d'un Carrefour. Ce matin je recoit un courrier de L'ordre me disant que "Le système de soins français se réorganise. 2019 représente une opportunité pour les pharmaciens qui doivent prendre toute leur place" Je vois bien de quelle opportunité on parle....
Olivier G
17/01/2019
Pas d'accord sur le "Pourtant ils nous aiment mais ne réalisent pas le tort que cela nous fait". Ils vont chez Lafayette&Co pour payer moins cher le non remboursable, ils achètent un peu sur Internet et dans les para sans trop regarder les prix puisque dans leur esprit c'est moins cher. Et le mal que cela nous fait, ils s'en fichent royalement !!!! Parce que nous avons une image de nantis, parce que nous gagnons bien assez d'argent même sans les produits qu'ils achètent ailleurs et parce que si l'on se plaint, c'est qu'on est trop gourmands !!! Les bonnes intentions sont bien gentilles, mais se dire "ils ne savent pas" c'est juste leur donner raison... hélas, la réalité reste la réalité !
Ajouter un commentaire
No images were found.

Articles similaires