L'incompréhension des ondes

Mon amie d'enfance s'appelle Suzi. Une personnalité assez étonnante. Si elle passait un WISC aujourd'hui je parierais qu'on lui trouverait un QI de 140 au moins. Une sensibilité exacerbée, extrême, comme si tous ses sens étaient décuplés. Et c'est une artiste incroyable. Saxophone, piano, claquettes... tout ce qu'elle touche semble avoir été créé pour elle.
Pourtant au collège et même si elle était appréciée, on disait d'elle qu'elle était bizarre. Ses réflexions ont toujours semblé venir d'ailleurs.
La vie a été compliquée pour elle mais elle a trouvé un équilibre.
Pourtant, quand elle a commencé à se plaindre des effets des ondes sur son cerveau (fatigue céphalées...) je me suis dit « évidemment ça ne pouvait arriver qu'à elle ! » et je m'en suis voulu car elle souffrait au point de partir vivre avec sa famille en Charentes dans un village avec un faible réseau. Elle va mieux et je vous promets qu'il y a un but à mon histoire.
Et si son cerveau qui semble plus développé ou efficient que celui de la plupart des gens était effectivement hyper sensible aux ondes ? Bien souvent pour éviter de passer pour des imbéciles, nous affirmons rejeter des croyances pour lesquelles au fond nous avons un doute. Qui ose dire qu'il croit que les âmes de nos défunts sont avec nous, les vivants ? Personne ! Et pourtant qui a prouvé le contraire ?
Sous prétexte de ne pas passer pour des imbéciles, beaucoup ont des théories du type « je ne crois que ce que je vois », « il n'y a aucune étude sur ce sujet » ...
Vous me voyez venir ?
Et si les imbéciles étaient en réalité ceux qui souhaitant passer pour de grands scientifiques (le nombre d'Avogadro, tout ça...) rejettent en masse ce qui n'a pas encore trouvé d'explication ?
Qui est le plus malin ? Celui qui dit « je sais que je ne sais pas » ou bien l'arrogant qui se vante d'avoir tout compris à la vie ?
Dans le débat sur l'homéopathie j'ai vu des adeptes ne plus oser parler, terrifiés à l'idée que la secte de l'homeobashing ne les cloue au tableau des Forrest Gump.
Dans ce débat, j'ai vu des accusations d'homophobie ou d'antisémitisme qui n'avaient rien à faire dans le sujet !!!! L'intimidation va jusque dans des extrêmes irrationnels !
Une poignée de médecins et de pharmaciens a réussi à réduire au silence confus et honteux des milliers de professionnels de santé qui n'ont pas d'explications mais des résultats empiriques plus que surprenants.
A l'heure où tous les professionnels de santé souffrent de sentiment de mépris, de surcharge de travail et d'abandon et où les patients ont une prise en charge de plus en plus défaillante à l'hôpital comme à la ville, était-il vraiment opportun d'aller sur un terrain comme celui de l'homéopathie pour se déchirer comme de vieux chiffonniers ?
Je souhaite sincèrement que cette névrose qu'est devenue l'homéopathie pour certains soit enfin guérie avec le déremboursement et que les esprits vont se calmer.
On n'a pas toujours d'explications à tout, et moi l'explication qui me manque aujourd'hui c'est comment des gens supposés intelligents ont pu être aussi agressifs sur un sujet aussi anodin.

Delphine Chadoutaud, pharmacien titulaire à Orsay (91)
Commentaire
YLM
24/07/2019
J'ai un gros doute sur l'exclusivité des arguments scientifiques dans le déremboursement de l'homéopathie. Sinon pourquoi s'arrêter à cette pratique de médecine parallèle mais allons au bout du bout de cette logique : déremboursons les consultations des médecins homéopathes, les médicaments en PH2 dont un bon nombre comporte des justifications scientifiques très faibles, etc... Et si cette campagne soudaine, efficace contre cette pratique parallèle avait des raisons non avouées mais bien en rapport avec l'évaluation de la rémunération du dernier maillon de la délivrance ?
Dupont Lajoie
23/07/2019
Oui enfin il faut tout de même garder les pieds sur terre et ne pas tomber dans la sensiblerie à 2 balles sous prétexte que Delphine Chatoudaux a des états d'âme... Il faut réussir à admettre que le principe même de l'homéopathie est absurde et sans aucun fondement scientifique. D'ailleurs les homéopathes sérieux n'ont jamais prétendu guérir des pathologies graves... Tout est dans les effets placebo et psychologique. C'est déjà pas mal. Dénigrer froidement tous ceux qui trouvent des bienfaits dans l'homéopathie et autres Fleurs de Bach, c'est stupide. Après ça s'arrête juste là. Tout le monde sait qu'il n'y a pas de substances actives dans les granules homéopathique ! Restons raisonnables... POUR CERTAINS IL Y A UN GROS TRAVAIL A FAIRE SUR SOIT MEME. en ce moment c'est à la mode l'introspection. Ce que l'on souhaite c'est surtout de conserver les patients dans un circuit rationnel. La cause a été mal négociée, comme souvent. LE PLUS DIFFICILE C'EST DE N'AVOIR AUCUN DOUTE SUR LES LACUNES DE CES THERAPIES (côté scientifique /études / rationalité) ET en même temps RESPECTER TOUS CEUX A QUI "CA REUSSIT". (écoute / empathie / respect). C'est ça le sujet. Pas de savoir si CA MARCHE OU CA NE MARCHE PAS !
jy m
23/07/2019
J'ai tellement de fois vu des homéopathes mettre la vie de leurs patients en jeu en s'acharnant à ne pas vouloir passer à un traitement allopathique quand l'homéo ne donnait rien que je n'arrive pas à prendre la défense de cette "science".
Sincholle Hélène
23/07/2019
Merci Delphine pour ce beau comparatif.
maignan ,
23/07/2019
Ce n'est pas "il n'y a aucune étude sur ce sujet", c'est "il n'y a aucune étude éclairante sur le sujet". Les essais en double aveugle (des lots de granules sans impregnation versus des granules en contact avec la solution médicalement active, donnés a des gens qui ne savent pas par des gens qui ne savent pas non plus ce qu'ils font prendre), comme l'a dit l'ACADEMIE (oui, des ignares, je sais, à la solde de….etc,etc) ça n'a dégégé aucune difference d'action. …..
fardin jean-luc
23/07/2019
Il ne s'agissait pas pour la sécurité sociale de "dénigrer" l'homéo , mais de placer sur un même plan pour obtenir remboursement. Les medoc allopathiques pour lesquels on demande des amm d'1 mètre de haut et nécéssitant des mois de travail et l'homeo pour laquelle rien n'est demandé. Si on valide l'homéo au remboursement sans aucun dossier, alors je peux mettre sur le marché un produit prétendant avoir des vertus médicamenteuses, pourquoi me refuserait on le remboursement par la securité sociale ? Quand aux effets de l'homeo, pour moi c'est purement placebo, et cet effet existait bien avant l'homeo. D'ailleurs je constate chaque jour et depuis 30 ans que nos clients homeo ne sont pas plus malades que n'importe quel bien portant. Donc effectivement c'est assez facile de "guérir" ou d'être soulagé quand on n'a rien. Ceci est mon avis personnel, et je n'essaie pas de l'imposer. Proposition de lecture pour l'été : le livre de Georges Charpak et Henri Broch : "Devenez sorciers, devenez savants" paru en 2002. Bonne journée.
Dupont Lajoie
22/07/2019
Entièrement d'accord avec vous. Et même j'irai plus loin, stigmatiser l'homéopathie et tout sont environnement par des décisions brutales et un dénigrement violent revient à considérer toute une partie de la population qui au final ne demande pas grand chose comme de vulgaires parias. C'est un faute politique, en plus d'un faute psychologique de base. Ca en dit long sur le véritable état d'esprit de certains de nos dirigeant. Je dis ça d'autant plus librement que l'homéopathie n'a jamais eu aucun effet sur moi et j'ai bien réfléchis au sujet avant d'en arriver à cette conclusion : quel intérêt d'aller fracasser un équilibre si fragile ? Quelle connerie.
GG
22/07/2019
Il faut RESPECTER tous les points de vues et faire preuve d'humilité face à la science et à la perfection du corps humain. Peut-être que dans mille ans les nanosciences prouveront que vous avez raison mais pour l'instant en 2019 ce qui est en question n'est pas son activité ou pas mais son remboursement SS ou pas. Car chacun est libre d'adhérer ou pas à une méthode ou reconnaitre une efficacité (placebo, réelle ou nocébo) sans être obligé d'y faire cotiser les incroyants (puisque la science ne peut apporter de preuve). J'ai constaté que des personnes étaient soulagées avec de l'homéopathie mais statistiquement ce n'est pas une preuve scientifique, les religions soulagent les grands désespoirs ou les grandes souffrances (pas remboursées SS). Nous vendons ET CONSEILLONS des plantes ou mélanges de plantes (les fondamentaux de la pharmacie) qui ont fait la preuve de leur efficacité depuis des milliers d'années ET POURTANT CES PLANTES NE SONT PAS REMBOURSEES SS. Les FLEURS DE BACH ne sont pas remboursées SS et les pharmaciens qui en vendaient poursuivis comme "charlatans", pourtant beaucoup en achètent ailleurs qu'en pharmacie "cela leur fait du bien". Siune telle décision n'avait pas été prise avec lucidité, objectivité, courage aussi, nous devrions rembourser tout ce qui fait du bien dans un "PARCOURS DE SANTE". Exemple : Dans un cas de déprime, un bon livre de poésie, philosophie ou de psychologie CONSEILLE par SON médecin (on ne sait pas comment cela "marche" mais c'est tonifiant). Les voyages que proposaient le laboratoire en 2005 dans des lieux féériques pour des formations payantes CERTES pas remboursés SS certes, mais nous apportant une part de rêve dans un monde de brut ....etc ...etc Vous voyez bien que la perversité de l'HOMME alliée à sa cupidité aidée en cela par son irresponsabilité financière cautionnée par la SS n'a de limite que dans son imagination et ses manipulations .............seule l'efficacité constatée engage les utilisateurs qui en prônent l'utilisation chacun respectant l'autre sans le culpabiliser ou l'asservir intellectuellement, moralement ou économiquement (SS)
bourrel g
22/07/2019
Ce n'est pas anodin. Vous n'avez pas compris grand chose. C'est interdire à des gens de se soigner à faible coût c'est changer la définition du médicament, c'est interdire la formation, bref il y a moins d'intelligence aujourd'hui qu'il y a 200 ans quand l'académie de médecins a demandé de faire interdire l'homéopathie, lorsque Hahnemann a commencé à exercer .
Thierry Barthelmé
22/07/2019
Deux commentaires : le 1er est qu'on ne compte plus les innovations en santé qui ont d'abord été violemment combattues par les soi-disant savants de l'époque... un exemple : Pasteur ! Le second commentaire est que les médecins en grande généralité ont appris des cas, des "chambre n° X" des études versus placebo, des généralisations par collections de comportements d'individus mais on ne leur a jamais appris la médecine individuelle, la médecine qui prend le patient dans sa globalité sans le comparer de façon hasardeuse à un groupe presque similaire, ce que fait l'homéopathie, pas les autres médecines... Juliette Gréco disait "parlez-moi de moi, il n'y a que moi qui m'intéresse ! Elle a chanté aussi "déshabillez-moi" !!!
mauvoisin michel
22/07/2019
Merci Madame pour votre intervention et votre billet d'humeur. Si la médecine était une science, elle serait enseignée au collège ou au lycée, aux côtés des mathématiques, de la physique ou de la chimie. Si la médecine était une philosophie, elle serait enseignée en terminale, et surtout chez les littéraires. Malheureusement, la médecine n'est rien de tout cela ou bien un peu de tout cela. Mais avant tout, si la pharmacie est un art, la médecine est une pratique EXPERIMENTALE. Malheureusement, la place de l'expérience n'existe plus car cela représente trop de risques. Et en homéopathie, nous le savons bien, les risques encourus sont minimes. La médecine française vit certainement ces derniers jours, mais nous ne nous en rendons pas encore compte. Le nombre de médecins est en forte baisse. Les jeunes installés ont oublié ce qui les motivait en 1ère année et les anciens n'en peuvent plus d'écoper dans ce navire qui sombre. La pharmacie est appelée de plus en plus à seconder le médecin, parfois à le devancer. On demande aux pharmaciens de faire des "miniconsultations", des compte-rendu, bientôt des prescriptions. La pratique de nouvelles (ou parfois d'anciennes) médecines refait surface, en bien ou en mal, seul l'avenir nous le dira. Ces nouvelles médecines permettent souvent de combler des lacunes que les médecins actuels ne voient pas (personnes hypersensibles aux effets secondaires, médicaments trop forts, trop nombreux) ou ne veulent pas voir, oubliant qu'une personne n'est pas seulement une pathologie, mais aussi un être vivant et pensant. La médecine matérialiste essaie encore de se défendre tant bien que mal et réduit l'homme à des problèmes de plomberie ou d'électricité et refuse donc l'homéopathie. André Malraux avait dit que le 21ème siècle serait spirituel ou ne serait pas. Il serait peut-être temps de mettre une certaine dose de spiritualité dans la médecine pour pouvoir accueillir les malades comme il se doit, avec humanité, gentillesse et pourquoi pas, lâchons le mot avec amour.
Philippe Besset
22/07/2019
Merci Delphine pour cette tribune, il est difficile d'avoir un débat apaisé en effet. Notre rôle de pharmacien est d'écouter et non de fermer la porte à toute idée divergente sous peine de perdre la confiance des gens. Stigmatiser les patients qui croient en l'homéopathie va conduire à une perte de chance pour tout ceux qui, se sentant exclu, iront confier leur maux à des charlatans.
Geneviève de Sèvres
22/07/2019
Merci Delphine pour ton témoignage que nombre de pharmaciens et autres professionnels de santé pensent !!! Mais quel est le but au juste de l’État en ce moment ? Prouver chaque année que l'État a réussi à faire des économies sur les frais globaux de la Santé... Et vous savez bien que les seules économies facilement calculables pour avoir des résultats rapides et sûrs (mais qui ne résout pas le réel problème du déficit global de la Santé) sont celles du déremboursement du médicament: c'est mathématiques ! Pas besoin de sortir de St Cyr pour faire leur plan annuel ! Et il est tellement facile de s'attaquer à un sujet qui divise les français !! Diviser pour mieux régner ! Ce n'est qu'un passage de plus vers le déremboursement de la quasi totalité des médicaments... Juste pour info et de source sûre: notre cher Président M. Macron va régulièrement en Suisse pour se soigner... Et devinez avec quel type de médicament ?! De l'homéopathie !!! A la bonne blague ! Heureusement que nos chers hommes politiques se sont attribués d'excellentes mutuelles qui leur remboursent les médicaments non remboursés...
David M.
22/07/2019
Madame Chadoutaud. Merci pour ce billet. Par contre, quand vous dites : "Qui est le plus malin ? Celui qui dit « je sais que je ne sais pas » ou bien l'arrogant qui se vante d'avoir tout compris à la vie ? " Ne prêchez-vous pas contre votre paroisse ? En effet, une personne qui revendique l'efficacité d'une pratique, la véracité d'une théorie ne reposant pas sur une base scientifique validée, elle affirme que "ça marche". Elle croit l'avoir compris puisque pour cette personne, c'est vrai. A l'opposé, quand quelqu'un cherche à rationaliser cette pratique, cette théorie, il va dire justement "je sais que je ne sais pas". C'est peut-être vrai, C'est peut-être faux. J'attends la suite c'est plus sage. On ne peut pas prouver l'inexistence de quelque chose. Prenons l'exemple du monstre du Loch Ness. Siphonnez le lac, draguez le fond de l'étang, on ne pourra jamais certifier à 100% qu'il n'existe pas. Pourtant, il existe un faisceau de preuves suffisamment convergent pour affirmer sans trop de risque que ce brave Nessie vit dans les mythes plutôt que dans un loch écossais. "Qui ose dire qu'il croit que les âmes de nos défunts sont avec nous, les vivants ?" Personnellement, je connais plusieurs personnes également aimables qui osent le dire. Le mot clef dans votre phrase est "croire". Car c'est justement une croyance et comme toute croyance, elle est respectable. Et comme toutes les croyances, elle doit rester à sa place, dans la spiritualité, le personnel, l'intime. En cette période de complotisme, de vérités alternatives et de suspicion généralisée à l'égard des professions de santé, il est important de respecter les croyances et convictions de chacun. Il est également important de rester ferme sur la validité scientifique de nos pratiques et de ne garder dans notre arsenal thérapeutique que celles qui ont fait leurs preuves avec les méthodes validées en vigueur à ce jour. Ce sont deux choses différentes. En plus, avouez, elles ne sont pas si mal ces méthodes. Elles ont fait leurs preuves pour pas mal de choses. C'est un peu grâce à la démarche scientifique quand même si je peux vous lire, qui vivez à Orsay, vous répondre depuis la Gironde. Ce rectangle froid et lumineux qui renvoie nos pensées, c'est elle. Cela ne veut pas dire qu'elle est immuable, évidemment. C'est l'art qui se grave dans le roc. Elle, elle avance à pas de fourmi, emprunte des chemins qui se révèlent être des culs de sacs, trouve parfois des passages secrets qui accélèrent son cheminement. Elle est précautionneuse car elle s'est déjà faite avoir. Alors elle fait attention. Mais si elle sait qu'elle se trompera encore. Elle l'accepte, c'est comme ça qu'on apprend. Elle est vaillante aussi, car son parcours n'a pas de fin. Elle se doute bien que la Vérité n'existe pas, mirage qui s'estompe entre ses doigts, horizon qui recule à mesure qu'elle s'en approche. Car chaque réponse soulève dix nouvelles questions. C'est pour ça qu'elle doit rester humble. Bref, libre à chacun de croire en l'homéopathie, la radiesthésie, l'imposition des mains... Et si un jour preuve est apportée, lien de causalité à l'appui, de leur réelle efficacité, toutes ces pratiques et théories seront les bienvenues dans le corpus des thérapies et merveille, pourront même être objectivées. En attendant, le doute, bienveillant évidemment, est de rigueur. Jusqu'à preuve du contraire. Un tout bête principe de précaution ?
Vincent
22/07/2019
Pour pouvoir vivre en société, il faut accepter la contradiction dans les échanges dans le calme et la tolérance. Tout le contraire des réseaux "sociaux" qui en quelques mois détricotent ce qui c'est bati en plusieurs décennies. Une reflexion profonde sur cette mutation s'impose urgemment.
dudoignon stephane
22/07/2019
100% d'accord... On avait pas vu ça depuis l'affaire de la clause de conscience aux pharmaciens
Lagoutte Muriel
22/07/2019
Voilà un sujet inquiétant tant sur la forme que sur le fond. La violence des attaques des « anti-homeo » a provoqué une rupture dans le monde médical à mon avis irréparables. Les homéopathes, qui ne demandaient rien à personne et ne critiquaient personne, sont blessés à coeur. On lit sur twitter de telles horreurs que 2 camps irréconciliables se sont formés. Ca, c’est pour la forme. Quant au fond, tout le monde sait que l’homéopathie donne grande satisfaction. Et c’est bien là que le bas blesse : la puissance de cette thérapeutique fait sans doute beaucoup d’ombre aux firmes et aux égos de ceux qui ne la connaissent pas... Alors, on n’a encore rien trouvé de mieux que de dire que son chien a la rage avant de lui mettre des plombs autour du cou et de le jeter en mer profonde...
Clotilde
22/07/2019
Moi je préfère voir les mamies prises en charge par ces médecins avec de l'homéopathie que de les voir se diriger vers des charlatans qui, non pro de santé ne verront pas une patho grave. Le remboursement permet de rester dans le parcours de soins et d'éviter les dérives
SP
22/07/2019
Bravo Delphine. Une belle leçon d'humanité à tous ceux qui pensent tout expliquer par la SCIENCE
Ajouter un commentaire
No images were found.

Articles similaires