Une mission d’intérêt public à rémunérer la préparation des piluliers en maison de retraite (EHPAD)

AUJOURD’HUI 
L’ARS (Agence régionale de santé) depuis un certain nombre d’années déjà, a demandé aux maisons de retraite de sécuriser le circuit du médicament et notamment leur dispensation par le biais de la mise en place de piluliers.
Cette tâche incombe aux professionnels du médicament (pharmaciens) et facilite aussi le travail des infirmières de maisons de retraite.
Les ARS aident au financement individuel de toutes les maisons de retraite de France pour qu’elles puissent, entre autres, optimiser la qualité de leurs services de soins (qualité, embauche de personnel etc…). 
Il ne semble donc pas anormal qu’une étude économique soit entreprise pour qu’une participation financière des ARS permettant d’optimiser ce travail de responsabilité très chronophage soit reversée à toutes les pharmacies impliquées dans les EHPAD.
Ceci se justifie d’autant, qu’en plus des investissements liés à ce service, les impacts économiques liés à la gestion des baisses de marges sur les médicaments d’une part et ceux liés aux rationnements des prescriptions se font déjà sentir. 
 
DEMAIN 
La préparation de piluliers est un véritable service de santé publique, utile aux patients qui évite les confusions, facilite l’observance thérapeutique, assure une meilleure gestion des périmés, meilleure gestion des prises, et qui, proposée par les pharmaciens qui s’engageront s’étendra à tous les FRANÇAIS. 
Il ne semble donc pas anormal que la SECURITE SOCIALE étudie avec les SYNDICATS DE PHARMACIENS, une prise en charge forfaitaire d’indemnisation de ces actes de préparations médicamenteuses qu’est la mise en place DES PILULIERS dont le suivi de prescription et les conseils associés ne peuvent être robotisés. 
Tout le monde y a intérêt ; le PATIENT (parfois très âgé) pour ses soins, les enfants de ces patients qui s’inquiètent des confusions possibles, la SECURITE SOCIALE, LES MUTUELLES, pour une meilleure gestion des frais des assurés sociaux, LES PHARMACIENS qui ont besoin de proposer de nouveaux services rémunérés, sans oublier LES INFIRMIERES (interdisciplinarité) qui ont aussi un rôle à jouer dans cet objectif et des actes à créer pour se faire mieux indemniser.

A.COGITO   
Commentaire
Toselli Nadia
04/06/2019
Tout à fait d'accord, d'autant que le chiffre d'affaire réalisé avec les EPAHD est sorti lors de la vente d'une officine, ce service est chronophage et ne rapporte rien au pharmacien. Il est cependant indispensable et imposé par les grands groupes de la profession.
Blochet caroline
03/06/2019
Le pilulier sécurisé améliore l’observance. Jusqu’à 98% dès le 1er mois. Cette efficacité ouvre de nouvelles perspectives en matière de pertinence et de qualité des soins.
Ajouter un commentaire
No images were found.

Articles similaires