Serial Quality

L’ambition légitime de rendre les 22 500 officines (entités individuelles disparates) conformes aux normes de qualité ISO se trouve confrontée à des freins structurels puissants : économiques, humains, architecturaux, conjoncturels, législatifs, concurrentiels, historiques et organisationnels.
Les pharmacies réellement homologuées reconnues par l’Inspection de la santé se comptent en quelques petites centaines en France.
On exclut en effet certaines homologations de complaisance (organismes partiaux) ou d’adoubement collectif catégoriel (groupement).
Ce sujet brûlant a été abordé à bon escient par l’Ordre des pharmaciens et…….. enterré.
Pourtant la sérialisation des médicaments effective obligatoire en Février 2019, service effectué gracieusement par l’officinal, garantissant la dispensation d’authenticité des médicaments et de leur origine, sécurisante pour le patient et économique pour l’industriel (chiffre d’affaire du faux médicament dans le monde 400 milliards de dollars par an) va imposer la notion de qualité pour l’officine.
Comme pour la vaccination de la grippe, la pharmacie ne pourra encore longtemps résister aux normes qualité généralisées.
Après les industriels, les grossistes, ces normes offrent pour l’officine grosse ou petite, une sécurité pour les ventes internet, pour le travail du personnel, pour les retraits de lots, les doubles contrôles etc…  et une parade aux ambitions de la GMS qui pourrait utiliser cette lacune contre nous dans une argumentation publicitaire.

A.COGITO
Commentaire
olivier G
11/10/2018
Nous faisons partie de la petite minorité ayant entrepris une démarche volontaire de certification que nous avons obtenue. La qualité du travail s'en ressent et il semble qu'il serait un grand bien pour la profession que cela devienne obligatoire pour tous. Surtout pour la qualité de la dispensation !! Et pour info nous faisons partie des "petites" pharmacies de quartier et il est évident que tout le monde peut le faire !
HB
10/10/2018
La sérialisation ? On n'en veut pas! Que les industriels l'imposent où ils veulent, mais pas sur le marché officinal français qui n'a jamais été pris en défaut sur ce point là!
Ajouter un commentaire

Articles similaires