A Saint-Laurent-du-Var, la plus grande pharmacie d'Europe

Elle a ouvert ses portes lundi dans le centre commercial Cap3000 de Saint-Laurent-du-Var : 3500 m2 dont 2500 m2 consacrés à la vente, 46 salariés dont vingt pharmaciens, plus d’une trentaine de caisses, dont 24 dans l’espace réservé aux ordonnances, près de 500 000 boîtes en rayon représentant plus de 50 000 références, des salles confidentielles dont deux dédiées à la vaccination... Voilà en quelques chiffres la plus grande pharmacie d’Europe.
Si on peut évidemment y trouver la classique boîte de Doliprane ou venir chercher son traitement médical, la majorité des clients viennent surtout ici pour tout le reste, qui s’avère immense.
Le gigantisme, c’est un peu la nouvelle façon de concevoir ce négoce. « En tant que professionnels de santé de proximité, les pharmaciens occupent un rôle central dans le parcours et la coordination de soins » explique Véronique Orillard, la directrice générale d’Apothical, le groupement de pharmacies dont fait partie cette pharmacie de Cap 3 000. « Leur rôle est prépondérant quant aux enjeux de santé publique. Ils sont garants de la bonne délivrance des médicaments, mais se voient aussi confier de nouvelles missions de santé publique comme la vaccination, le dépistage, la prise des constantes et la téléconsultation en officine. Ils répondent aussi aux nouvelles attentes des patients en demande d’une médecine douce et préventive, à la recherche de conseils d’experts sur le bien-être et la santé. Leur proximité avec la population fait d’eux le premier relais de santé des Français ».
Pour cette large mission, des techniques empruntées à la grande distribution comme les « corners » thématisés (diététique, aromathérapie, soins du corps…) ou le parcours client qui l’oblige à emprunter les différentes allées avant de trouver la sortie, sont mises en œuvre.
Afin que le client ne s’y perde pas, les responsables de la pharmacie misent sur l’accueil personnalisé avec la création de Mister Fellgood, une sorte de Monsieur Loyal qui prendra en charge le client dès son arrivée. L’idée est de créer de la proximité, de l’humanité malgré l’immensité de l’espace. Sur chaque espace, de l’expertise et du conseil, mais aussi des ateliers et des conférences sont proposés aux clients. Et bien sûr des prix attractifs sur les produits rendus possibles par la taille mais également par la puissance de négociation du groupement Apothical auquel la pharmacie de Cap 3000 appartient.

Source : Nice Matin 08/12/2020
Commentaire
jpb
15/12/2020
Comment l'ordre et les syndicats peuvent ils cautionner et autoriser l'ouverture de ces supermarchés ?
JPM
11/12/2020
"Le gigantisme, c’est un peu la nouvelle façon de concevoir ce négoce"... UN NÉGOCE !... 6 ans pour faire du "négoce" de boi-boites. Avec un "MISTER FELLGOOD" qui accueil le gogo. Mais c'est quoi cette reformulation de notre art ?... Alors grosse, très très grosse pharmacie sans doute, mais PHARMACIE QUAND MÊME. Alors les gars, pas la peine de se fâcher avec la sémantique.
cocula xavier
11/12/2020
Pas besoin d'être aussi énorme pour faire un suivi personnalisé ou des offres de médecines douces (attention quand même : dans le vaste domaine des "médecines douces" se cache du charlatanisme qui n'a rien à faire dans une pharmacie). Avec une mentalité de supermarché, on détourne les patients de leur pharmacie de quartier. D'ailleurs, combien d'officines ce monstre va-t'il faire fermer ? On connait pourtant le destin de certains de ces supermarchés du médicaments : combien ont déposé le bilan, entraînant dans leur chute les pharmacies alentours ? Les pharmacies de proximité, justement celles pourtant louées par la directrice générale : "Leur proximité avec la population [qui] fait d’eux le premier relais de santé des Français"... On croit rêver qu'elle ose utiliser cet argument.
Dudul pharmacien de campagne
11/12/2020
J'ai bien lu ? L'idée est de créer de la proximité !!!!!!!!!!!!!!!!! Journaliste complice de la big pharma. Pas bien !
Ajouter un commentaire