Ségur de la santé : les pharmaciens à la manœuvre

L’Ordre des pharmaciens et les deux syndicats représentatifs de la profession ont été interrogés ensemble dans le cadre du Ségur de la santé dont les résultats sont attendus à la mi-juillet. Les positions exprimées se sont nourries de réflexions rendues publiques cette semaine par la FSPF et l’USPO.
La FSPF a ainsi formalisé 26 propositions qui dépassent largement le cadre du Ségur de la santé principalement centré sur l’hôpital, pour refléter l’ambition de la pharmacie française. Ces propositions s’enrichiront encore après le PLFSS prévu cet automne. Un premier axe principal défend la coordination des libéraux en termes de structures, maisons de santé, équipes de soins primaires ou encore CPTS mais la FSPF va plus loin et demande la création d’équipes de soins ouvertes autour d’un patient sans structuration. De son point de vue, les outils digitaux rendent la structure inutile, ce qui n’exclut pas la mise en place de conventions dans lesquelles le pharmacien correspondant aurait toute sa place.
Le deuxième axe clé défendu par la Fédération est celui de la participation des pharmaciens à la permanence des soins sur un numéro unique pour les français quel que soit leur problème médical. Les pharmaciens pourraient assurer le rôle de régulateurs d’appels au niveau départemental.
De son côté, l’USPO pousse fortement à la coordination des soins entre la ville et l’hôpital. Les sorties hospitalières doivent s’organiser avec le support d’une équipe de soins primaires qui demain pourrait également prendre en charge les chimiothérapies à domicile.
L’USPO souhaite d’autre part que la délivrance en ville de médicaments réservés à l’hôpital se poursuive, à la condition de trouver un modèle économique pour les grossistes répartiteurs et les officines. Au cours d’une grande concertation en ligne organisée mardi 16 juin, l’USPO a balayé un vaste champ de propositions assorti de sondages mesurant l’adhésion des participants : pharmacien correspondant, parcours de soins non programmés, prise en charge des personnes âgées en EPHAD et hors EPHAD, télésoins, téléconsultations, prévention et dépistage, maillage territorial, simplification des règles administratives mais aussi substitution du pharmacien sur les biosimilaires et évaluation en vie réelle des médicaments. Pour l’USPO le Ségur est l’occasion de mettre sur le devant de la scène le travail de plusieurs années de réflexion et de contribution aux avancées du système de santé.

Source : Celtinews 19/06/2020
Commentaire
jl
19/06/2020
Le pharmacien, couteau suisse du médical (remplace médecin, biologique, infirmière à moindre coût), corvéable à merci, servile et docile, fervent adepte du travailler plus pour gagner moins... Puisque la rémunération des officinaux restera à 6,5 milliards d'euros (depuis 2012), promesse tenue jusqu'ici par M. Revel qui n'en doutons ne lâchera rien...
Ajouter un commentaire
No images were found.

Articles similaires