Reprise du procès Mediator, après les « excuses » du groupe Servier

Après deux mois et demi d'interruption en raison de la crise sanitaire, le procès Mediator a repris mardi 9 juin avec les plaidoiries des parties civiles. Il est prévu que le procès dure jusqu'au 6 juillet, avant un jugement attendu en 2021.
Devant le tribunal correctionnel, le président du groupe pharmaceutique Olivier Laureau, s’est adressé aux patients et à leurs familles, leur exprimant ses « regrets extrêmement sincères et profonds ».
Présenté comme un antidiabétique mais largement prescrit comme coupe-faim, le Mediator a été utilisé par plus de cinq millions de personnes pendant les 33 ans de sa commercialisation, jusqu'à son retrait du marché en novembre 2009, accusé d'avoir provoqué de graves lésions cardiaques et de nombreux décès.
La maison-mère comparaît notamment, avec neuf sociétés du groupe, pour « tromperie aggravée », « escroquerie » et « homicides et blessures involontaires ». L'Agence nationale de sécurité du médicament (ANSM) est renvoyée à leurs côtés pour avoir tardé à suspendre le Mediator, malgré des alertes répétées sur sa dangerosité, rappelle la dépêche AFP.
« Nous avons commis une erreur d'analyse, d'appréciation du risque du Mediator qui a conduit à ce drame », a assuré Olivier Laureau, lors de « l'interrogatoire de personnalité » du groupe, destiné à évaluer le montant d'éventuels amendes ou versements d'indemnités en cas de condamnation.
« Le groupe a réagi en indemnisant d'abord les patients qui avaient souffert, et en procédant à des évolutions afin d'éviter qu'un tel drame puisse se reproduire. Ce qui est arrivé est à l'inverse de ce qui est notre raison d'être », a souligné le président de Servier.

Source : AFP 09/06/2020 
Commentaire
Soyez le premier à commenter cet article
Ajouter un commentaire
No images were found.

Articles similaires