Pas d’antibiothérapie chez les patients atteints de Covid-19

Le 18 mai 2020, le Haut Conseil de la Santé Publique (HCSP), saisi par la Direction Générale de la Santé (DGS), a publié son avis​ relatif à l’usage des anti-infectieux dans la Covid-19.
Le HCSP recommande de manière générale qu’aucune antibiothérapie ne soit prescrite chez un patient présentant des symptômes rattachés à un Covid-19 confirmé (en dehors d’un autre foyer infectieux documenté) du fait du caractère exceptionnel de la co-infection bactérienne.
Le site du ministère de la santé reprend les grandes lignes de ces recommandations :
- En ville, chez un patient ayant une infection respiratoire (haute ou basse) fortement évocatrice de Covid-19, ou confirmée au SARS-CoV-2, il n’y a pas d’indication à prescrire une antibiothérapie.
- En secteur d’hospitalisation conventionnelle, où le patient peut être surveillé, en l’absence de critère de gravité, il n’y a pas d’indication à prescrire une antibiothérapie dans l’attente des résultats microbiologiques et radiographiques. Une fois le diagnostic de Covid-19 confirmé, si les symptômes cliniques et scanographiques s’intègrent dans le tableau de Covid-19, il n’y a pas d’indication à initier ou poursuivre une antibiothérapie.
- Dans l’infection par le SARS-CoV-2, la littérature n’apporte pas d’argument pour proposer la prescription d’azithromycine.
Il semble cependant que les prescriptions d'antibiotiques restent fréquentes, en préventif comme en curatif, chez les patients suspects ou atteints de Covid-19. « Chacun d'entre nous doit œuvrer pour améliorer les pratiques » indique le Pr. Jérôme Salomon, Directeur Général de la Santé.

Source : DGS 09/06/2020
Commentaire
barrau philippe
16/06/2020
"Dans l’infection par le SARS-CoV-2, la littérature n’apporte pas d’argument pour proposer la prescription d’azithromycine" c'est une nouvelle pandémie et des comiques se basent sur de la littérature pour avoir un avis : pitoyable !
RADER Serge
14/06/2020
Quelle compétence et légitimité pour ce HCSP, quels critères de recrutement pour tous ces ronds de cuir qui ne côtoient pas les malades ? Les médecins doivent retrouver leur liberté de prescription et les protocoles déterminés par le lobby pharma abandonnés.
Patouillard
10/06/2020
L'Azithromycine semble une piste intéressante et beaucoup moins risquée que l'hydroxy-chloroquine, en cas d'alerte je n'hésiterai pas à m'automédiquer ! Dès que j'ai pu j'ai d'ailleurs constitué un petit stock de précaution. Le système de santé est en train de crever aussi par la faute de la médecine administrative.
Ajouter un commentaire
No images were found.

Articles similaires