Lettre ouverte des syndicats à Olivier Véran

Le 28 mai, Fédergy, la FSPF, l’USPO et l’UDGPO, ont adressé une lettre ouverte au ministre de la Santé au sujet des tests sérologiques qui pourraient être pratiqués en pharmacie, mais restent bloqués par le gouvernement de façon incompréhensible pour ces acteurs du secteur.
Après que la HAS ait confirmé la place des tests sérologiques dans la stratégie de dépistage du Covid-19, les syndicats réclament la publication immédiate de l’arrêté autorisant les pharmaciens d’officine à pratiquer les tests sérologiques TROD pour orienter le diagnostic et ce sans prescription médicale obligatoire. 
« Les pharmaciens d’officine souhaitent pratiquer ces tests sérologiques pour répondre aux interrogations de nos concitoyens sur leur statut vis-à-vis du COVID en collectant les résultats de façon anonyme pour une remontée éventuelle vers les autorités de santé si elles le souhaitent » proposent de concert Fédergy, la FSPF, l’USPO et l’UGDPO.
Cette volonté de contribuer n’empêche pas la colère de gronder au vu de certaines pratiques. 
« Après avoir subi une discrimination préjudiciable dans l’affaire des masques, les pharmaciens d’officine s’étonnent que la DGS puisse tolérer une telle dérive sanitaire quant à l’utilisation des tests sérologiques par certaines entreprises, certaines collectivités qui se sont procuré des tests sérologiques pour les utiliser auprès de leur personnel avant même qu’ils aient été validés par le CNR ». 
Pas question que la compétence qui leur est reconnue, leur proximité et la confiance des patients dans leur professionnalisme puisse jouer contre eux. Les pharmaciens d’officine recherchent avant tout la complémentarité avec les autres professionnels de santé.

Pour en savoir plus, cliquez ici​ 

Source : FSPF, UDGPO 29/05/2020
Commentaire
Le potard
01/06/2020
Toujours la "même logique d'état". Quand on disait aux pharmaciens il est interdit de vendre des masques sous peine de 10 000 euros d'amende voir emprisonnement et pendant ce temps les grandes surfaces stockaient les masques. C'est vrai que ce grand n'importe quoi finit par en exaspérer plus d'un.
Ajouter un commentaire
No images were found.

Articles similaires