Covid-19 : 5 à 10% des habitants du Morbihan touchés par le virus

Selon une étude menée début mai auprès d’un échantillon représentatif de la population du Morbihan, entre 5,4 et 9,7 % de la population aurait été en contact avec le SARS-CoV2. Ce taux est bien plus élevé que les modélisations proposées par l’Institut Pasteur, qui estimaient à 1,3 % la proportion de personnes contaminées en Bretagne, même s’il ne permet pas de conclure sur le caractère protecteur ou non des anticorps.

Cette étude séro-épidémiologique de terrain a été lancée à l’initiative du Conseil départemental du Morbihan, et placée sous le pilotage d’un Conseil scientifique présidé par le Pr Antoine Flahault, directeur de l’Institut de Santé Globale à l’Université de Genève et ancien directeur de l’EHESP de Rennes.
1252 sérums prélevés en routine dans des laboratoires de ville et établissements de santé du département auprès de personnes préalablement informées du 4 au 12 mai 2020, ont ainsi été testés de façon anonyme par le Laboratoire départemental d’analyse du Morbihan (LDA 56) au moyen de tests sérologiques ELISA anti-SARS-CoV2, dont deux déjà validés par le CNR, de trois fabricants différents. La méthode retenue a consisté à tester la présence de trois immunoglobulines (IgG, IgM et IgA). La coordination, le plan d’échantillonnage et l’analyse statistique des résultats ont été réalisés par la société OpenHealth, spécialiste du traitement des données de santé et conseil des autorités de santé en période de crise sanitaire (notamment de l’ANSM) selon deux axes : un axe géographique distinguant une zone de foyers initiaux (Carnac, Auray, St-Pierre Quiberon) et une zone « reste du département » pour comparer la séroprévalence dans la zone géographique des premiers cas au reste du département ; un axe structure de la population (âge et sexe) échantillonnée selon des critères représentatifs de la population de chacune des deux zones concernées.
Le Conseil Scientifique a recommandé des analyses complémentaires ciblant notamment des catégories de population par strate d’âge, menées sur d’autres périodes. François Goulard, président du Conseil départemental du Morbihan à l’initiative de l’étude, salue « la remarquable mobilisation des acteurs locaux qui a permis en quelques semaines de monter un dispositif opérationnel robuste de suivi de la diffusion de l’épidémie sur le territoire. Nous estimons que de telles études devraient être conduites au plan national sur une large échelle afin de suivre, en temps réel comme de façon rétrospective, la diffusion de l’épidémie et de mieux fonder les mesures de prophylaxie ».

Source : Conseil départemental du Morbihan 28/05/2020
Commentaire
YLM
02/06/2020
De 5.4 à 9.7% : c'est un sacré intervalle ???
Ajouter un commentaire