Assurance maladie : la fraude estimée à près de 300M d'euros en 2019

En 2019, la fraude a atteint 287 millions d'euros, selon les chiffres identifiés par le directeur de la Caisse nationale d'assurance maladie (CNAM) devant la commission d'enquête de l'Assemblée nationale sur la fraude aux prestations sociales. « Les dispositifs de contrôle ont permis d'éviter le paiement de 200 millions d'euros », a précisé Nicolas Revel au Parisien en date du 18 juin. Une fraude qui vient davantage des « offreurs de soins » que d'un abus de cartes Vitale. À elle seule, la fraude opérée par les professionnels et les établissements de santé représente 20 % des cas, mais 48 % du préjudice financier total, soit 135,1 millions d'euros.
Dans le détail, les fraudeurs sont, pour 48 %, des professionnels de santé (pharmaciens, médecins, transporteurs…), tandis que 31 % représentent des établissements de soins, précise le quotidien. Dans 51 % des cas, la fraude est commise par des assurés, mais le montant ne compte que pour 21 % du préjudice total subi par la CNAM.
Les enquêteurs de la CNAM ont pu identifier de véritables « groupes organisés » opérant le plus souvent en ligne. Ils proposent notamment de faux arrêts de travail ou facturent des médicaments à la CNAM qui seront finalement mis à disposition dans d'autres pays. Si chiffrer la fraude relève de l’impossible, selon Nicolas Revel, il semblerait que la fraude à la carte Vitale soit moins importante que prévu. En fin d'année dernière, il y avait en France 58,4 millions de cartes Vitale en circulation pour 59 millions d'habitants de plus de 16 ans.

Source : Le Point 19/06/2020
Commentaire
maignan
24/06/2020
PS : Les boîtes qui font ça sont piégées par la marge super visible que ça degage au moment du bilan...
maignan
24/06/2020
287 millions pour 287 milliards de budget. Ca n'est pas dévastateur. Pour les cartes VITALES trop nombreuses, il y a aussi les vraies, mais qui servent pour la famille...
GG
23/06/2020
Ceci est la partie émergée de l'iceberg et celle approximative des estimations car : 1) Personne ne contredira ceux qui annoncent ces chiffres puisque personne ne possèdent les données exactes en temps réel (rappelez vous on ne sait même pas combien exactement de salariés travaillent à la SS). 2) Si ce sont des fraudes, les fraudeurs non détectés ne vont pas se signaler pour affiner les chiffres par définition de la fraude (cachée). 3) Avec le COVID de nouvelles formes de fraudes apparaissent. 4) La complexité administrative et les "usines à gaz" de virement financiers, sans réels contrôles, permettent au plus "malins" de tirer de l'argent très facilement et sans contrepartie réelle d'efficience ou de résultat. 5) La lenteur d'analyse laisse du temps pour se sauver ou dissimuler la fraude. 6) La fraude est inscrite historiquement dans les gènes des Français versus certains exemple venant "de HAUT" "comme ils disent", les vertueux restant les laissés pour compte (je n'ai pas osé écrire "cocus"). 7) A vous d'écrire la suite .........
Ajouter un commentaire