Les pharmaciens pouvaient vendre des masques depuis fin mars

Depuis début mars, les pharmaciens étaient persuadés qu’ils avaient une interdiction totale de vendre des masques aux particuliers dans le cadre de l'épidémie de coronavirus au risque d’encourir six mois de prison et 10 000 euros d'amende. 
En réalité ils avaient le droit de vendre des masques depuis fin mars, mais n’en ont pas été informés par l'administration. 
Le 23 mars, le gouvernement décrète que tous les masques présents en France sont réquisitionnés. « Non, les Français ne pourront pas acheter de masques dans les pharmacies » affirme la porte-parole du gouvernement Sibeth N'Diaye le 17 mars. « Si on commence à ouvrir la vente en pharmacie, ce sera une vente qui sera vite tarie » ajoute Olivier Véran le 19 avril.  
Pourtant, un document du ministère de la Santé daté du 30 avril précise « Ne sont pas concernés [par l'interdiction de vente du 23 mars] les stocks de masques importés depuis cette date ». Contrairement à ce que pensaient les pharmaciens, ils étaient donc libres d’importer des masques pour les vendre depuis fin mars, dans la limite de 5 millions par trimestre et par entreprise, ce qu’a confirmé le Conseil d'Etat le 5 mai. 
Il y a un mois, Audrey Lecoq, grossiste en matériel médical qui en avait importé un million d'Espagne et du Portugal, n'a pas réussi à convaincre ses clients pharmaciens de lui en acheter. « Je leur ai fourni le décret, je leur ai fourni une consultation de mon avocat leur disant 'vous avez le droit de vendre des masques', mais on s'est retrouvés avec un Conseil de l'Ordre et des syndicats qui eux disaient aux pharmaciens : 'la consigne est de privilégier les soignants et de ne pas vendre de masques' » même si ces masques importés, dès lors qu'ils n'avaient pas été réquisitionnés à leur entrée sur le territoire, n'étaient plus destinés au stock d'Etat alimentant les soignants.
Le cabinet du ministre n'a pas répondu à la question de savoir pourquoi le ministère de la Santé a laissé passer plus d'un mois avant d'informer les pharmaciens de leur droit de vendre des masques aux particuliers.

Source : France Info 08/05/2020
Commentaire
daumont nathalie
13/05/2020
On va devenir dingue
alindust
11/05/2020
Les errances et les contradictions de ce gouvernement (où chacun attrape le moindre micro qui passe et se croît obligé de dire même ce qui n'est pas encore entériné par Monsieur) vous étonnent encore ? Souvenez-vous "la gripette", "masques parfaitement inutiles"....dans ces conditions, qui croire ? Les messages furent énoncés dans un tel brouhaha que d'aucuns, désormais, ne croient plus du tout en la parole publique. Et ne parlons pas du défilé de tous ces pseudo experts, en mal de notoriété, qui brouillèrent d'autant les messages dits officiels ! La palme de l'absurde revenant à ce grossiste qui, en possession du fameux décret, ne pût toutefois pas vendre son stock !
Marchal Marie Odile
11/05/2020
On pourrait penser que le ministère laissait à la GMS le temps de s'approvisionner .... et quid de notre stock réquisitionné ?
le potard
11/05/2020
Six mois de prison et 10 000 euros d'amende telle était la menace. Et contre ceux qui menacent derrière une soi-disant loi qui n'existe quelle sera la sanction ?
Ajouter un commentaire
No images were found.

Articles similaires