Les Français pour les tests Covid-19 en pharmacie

Selon le sondage Internet réalisé par Odoxa pour Elsie Santé les 22 et 23 avril auprès d’un échantillon de 1 005 personnes représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus, 9 Français sur 10 plébiscitent l’autorisation des tests sérologiques au COVID-19 en pharmacie.
94 % des Français sont favorables au fait que le gouvernement autorise les pharmaciens à réaliser ces tests rapides au sein des officines et 59 % (6 Français sur 10) y sont même « tout à fait favorables ». La gravité de la maladie et la nécessité d’aller vite incitent près de 2 Français sur 3 à se dire prêts à payer le test sérologique rapide au Covid19 s’il n’était pas remboursé par la Sécurité sociale mais réalisable en pharmacie, et si son prix était de moins de 20 euros.
Trois arguments clés à ce plébiscite. Les Français font totalement confiance aux pharmaciens sur un plan sanitaire, 92 % estimant que les pharmaciens sont des professionnels de santé compétents. Ils sont aussi nombreux (92 %) à penser que cette solution permettrait de ne pas surcharger les laboratoires et les médecins après le déconfinement. Enfin, ils pensent que cela serait fort utile au pays car les pharmacies sont présentes sur tout le territoire et facilement accessibles (94 %).
Pour 8 Français sur 10, la possibilité de mettre en place ces tests en pharmacie serait un atout pour réussir notre déconfinement et en constituerait même une clé de réussite.
Toujours d’après de sondage, 59 % des Français sont allés en pharmacie depuis le 16 mars dernier pour se fournir en parapharmacie ou en médicaments. Seulement 6 % disent ne pas y être allé par peur du Covid19 alors qu’ils en auraient eu besoin.

Source : Odoxa 27/04/2020
Commentaire
anne b
30/04/2020
On ne nous demande jamais notre avis. Toute mon équipe officinale est contre. A chacun son métier. Nous avons assez de travail avec la gestion de l'officine. Je pense que les médecins généralistes devraient réaliser ces tests le samedi.
Josephe
30/04/2020
Je ne suis pas du tout d'accord avec cette façon de nous imposer des idées non réalisables en officine. Nous n'avons ni le temps ni la formation adéquate ni les moyens de se protéger efficacement. Les instances professionnelles devraient nous demander notre avis avant de balancer des informations au grand public.
Ben
28/04/2020
Pourquoi pas, mais avec quel personnel ? Nous sommes déjà surchargés par la gestion du portage au domicile qui a explosé, le remplissage quasi permanent de flacons de gel hydroA et le téléphone concernant les masques, sans oublier nos tâches habituelles.
alindust
28/04/2020
On prélève une goutte de sang, et en 15 minutes, le patient sait s'il est positif. Et à un officinal, répondant à Odoxa, d'ajouter "auquel cas nous l'orientons vers un laboratoire d'analyses médicales pour faire d'autres tests." Or on sait qu'aucun de ces tests à ce jour ne serait parfaitement fiable….Comment dès lors ne pas envisager de faux négatifs ?....et en conséquence, quelle attitude aura donc notre officinal lors de chacun des nombreux résultats négatifs ?(on estime le taux de séropositivité dans le pays à seulement de l'ordre de 6%)
Marie-Odile MARCHAL
28/04/2020
ok nous sommes en démocratie mais il faut arrêter de demander aux français ce qu'ils veulent ; MERCI DE COMMENCER PAR DEMANDER NOTRE AVIS . 1) c'est le boulot des labos 2) on fait quoi des résultats ? 3) quelle est la fiabilité des auto-tests ? donc NON
lastmann Jean Claude
28/04/2020
Je voudrais rappeler que les tests sérologiques sont des tests de biologie clinique réalisés à partir du sérum issu d'un prélèvement au pli du coude. L'identification des anticorps spécifiques du SARS-Cov-2 se fait le plus souvent par la méthode d'immunofluorescence ELISA Par différence, les tests dits rapides sont des tests immunochromatographiques qui mettent en oeuvre la présence d'anticorps anti-immunoglobulines déposés sur la membrane cellulosique. Il me parait essentiel de ne pas confondre ces deux techniques, au risque d'accroître encore l'incompréhension existante. Concernant la pratique des tests rapides en pharmacie, elle nécessiterait de s'assurer de la qualité et de la bonne compréhension du discours tenu auprès du public car les composantes de la situation épidémiologique me semble déjà très complexes. Restera aussi à valider le bien fondé des recommandations qui seront émises au cas par cas dans le public.
Ajouter un commentaire
No images were found.

Articles similaires