La profession veut fournir des masques à usage non sanitaire

« Au vu des dernières déclarations du Ministère des Solidarités et de la Santé et de la recommandation de l’Académie nationale de médecine concernant le port de masques alternatifs par la population, l’officine doit pouvoir répondre dès maintenant à cet enjeu de santé publique ».
L’Ordre national des pharmaciens, la Fédération des Syndicats Pharmaceutiques de France (FSPF) et l’Union de syndicats de pharmaciens d’officine (USPO) souhaitent que les pouvoirs publics prennent les mesures nécessaires pour permettre aux pharmaciens de distribuer cette catégorie de masques. Face à la forte demande en masques de la population, des initiatives industrielles ont permis la fabrication de prototypes de masques en tissus, testés par la Délégation Générale de l’Armement. Ces masques non sanitaires à visée collective, spécialement développés dans le cadre de l’épidémie actuelle, offrent, en complément des gestes barrière, une protection adaptée, en dehors du domaine médical. A ce jour, les officines peuvent détenir et vendre des équipements de protection individuelle respiratoire (EPI). Si les masques alternatifs venaient à être inclus dans cette catégorie, les pharmaciens pourraient les commercialiser au public. Si tel n’était pas le cas, les représentants de la profession demandent une évolution de la liste des marchandises pouvant être commercialisées en officine. « L'officine doit pouvoir répondre aux attentes légitimes des patients qui ne peuvent bénéficier des masques médicaux pour l'instant », insistent Philippe Besset, Président de la FSPF et Gilles Bonnefond Président de l'USPO. Ils précisent : « Les syndicats sont favorables, comme cela a été fait pour le prix des gels hydroalcooliques, à un encadrement des prix publics et des prix de cession pour chaque catégorie de masques ». La bonne utilisation de ces masques alternatifs doit être accompagnée d’une information adaptée de la part du pharmacien sur le niveau de protection au moment de la délivrance. « Cette possibilité permettrait de s’adapter à l'évolution de la position du gouvernement de la fin de semaine dernière, dans un objectif de santé publique », ajoute Carine Wolf-Thal, Présidente du Conseil national de l’Ordre des pharmaciens. Face à cette éventuelle nouvelle offre, les représentants de la profession tiennent à rappeler que la doctrine concernant la distribution des masques de protection de type FFP2 et chirurgicaux à destination des professionnels de santé reste inchangée.

Source : CNOP, FSPF et USPO 07/04/2020
Commentaire
Alain Boyer
08/04/2020
On ne règle rien par du blablatage. Des actes... On attend du concret pour une fois... Pensons aussi à nos préparateurs... Ils sont toujours la dernière roue du chariot... Ils sont comme nous en 1er ligne et n'ont pas droit aux masques... Il faut prendre sur nos propres dotation... Honteux, inadmissible et criminel !
Sevissy
07/04/2020
Tout à fait d'accord. Les pharmacies doivent vendre ce type de masques dit non sanitaires. La seule façon de différencier l'utilisation et les performances des différents masques. Et cela ne me parait pas très compliqué de rajouter les masques tissu non sanitaires à la liste des produits autorisés à la vente en officine. Juste une question de volonté de l'Ordre et de l'Etat. De plus cela permettrait d'éduquer les personnes sur une utilisation correcte. Et quand on regarde dans la rue aujourd'hui comment les gens les portent, c'est pas gagné ;-)
PATRICE FIALDES
07/04/2020
"L'officine doit pouvoir répondre aux attentes légitimes des patients" : je suis atterré de lire cette phrase, les patients sont aussi en "attente" d'hydroxy-chloroquine, et en temps normal d'ATB et de contraceptifs oraux sans prescriptions. Donnez-nous les résultats des tests scientifiques et sérieux d'efficacité sur ces masques artisanaux en tissus avant de demander à les "vendre", vous êtes des professionnels médicaux et scientifiques et pas des "vendeurs"
ETS JACQUIEZ
07/04/2020
Nous aimerions recevoir une boite de masque GRATUIT pour les personnes en première ligne. MERCI
Oliver RANVE
07/04/2020
J'étudie la question
Ajouter un commentaire
No images were found.

Articles similaires