La profession invite à vendre des masques chirurgicaux en officine

Le déconfinement approche et l’amélioration des stocks disponibles en masques chirurgicaux a généré une forte demande de la part des patients envers les pharmaciens.
Pour répondre à cette demande, l’Ordre national des pharmaciens, les syndicats (FSPF et USPO) et les syndicats de groupements (FEDERGY et UDGPO) représentatifs de l’officine, « invitent les pharmaciens à vendre les masques chirurgicaux de leur propre stock avec discernement, en les délivrant en priorité aux personnes fragiles ou à risque. Ils rappellent que les masques chirurgicaux du stock d’Etat doivent continuer à être distribués gratuitement, suivant les consignes du Gouvernement ».
Au nom de la santé publique, les représentants de la profession ont relayé jusqu’à présent la consigne de limiter la distribution des masques chirurgicaux, quelle que soit leur provenance, aux professionnels de santé et personnels listés par le ministère de la santé.
Les annonces du Premier Ministre mardi 28 avril et l’amélioration des stocks disponibles en masques chirurgicaux sur le territoire changent la donne. Les représentants de la profession invitent les pharmaciens « à agir avec discernement lors de la vente des masques d’importation qu’ils se sont procurés, suivant la perception qu’ils ont de la situation dans leur environnement immédiat : satisfaction des besoins prioritaires des professionnels de santé, état sanitaire de la population... ».
A ce jour, l’ensemble des pharmacies n’a pas été en mesure de s’approvisionner en masques, quels qu’ils soient, dans des conditions satisfaisantes et cet approvisionnement continuera à se faire progressivement.
La profession rappelle instamment que « cette possibilité de vendre les masques chirurgicaux ne doit pas s’accompagner de messages promotionnels. Le pharmacien doit se comporter avant tout en professionnel de santé en accompagnant ces ventes des conseils adaptés dans le cadre de la protection globale des patients et conformes aux recommandations d’usage ».

Source : CNOP 29/03/2020
Commentaire
Patouillard
12/05/2020
Je persiste à croire que l'intérêt des masques chirurgicaux et je ne parle pas des "lavables" s'il n'est pas nul reste très mineur enregard des autres mesures de prévention. On a tout fait pour focaliser l'attention des badauds sur ces masques et quand ils enaurontilsrisquent de se croire non seulement plus malins que ceux qui n'en ont pas mais quasiment invulnérables et feront n'importe quoi comme on commence à le voir. Cette focalisation est soit le fait des médias relayés par les réseaux sociaux ou la volonté des pouvoirs publics de donner aux foules un os à ronger pour oublier leur trouille. Je vois se préparer en outre une campagne qui visera à dénigrer les pharmacies qui n'auront pas été capables de fournir sans préciser que les dés sont pipés, les capacités de négociations des pharmacies indépendantes ne pouvant être comparées à celles de la GMS ou des grandes enseignes. Et puis je persiste à penser que ce n'est pas notre boulot de vendre des bouts de tissus. Notre boulot c'est le médicament et on ne veut plus nous rémunérer pour cela. PS : Dans cette affaire l'ordre a non seulement fait la preuve de son inutilité voire de sa nuisance mais en plus se couvre de ridicule, il est le fer de lance de ceux qui ont voulu détruire la pharmacie que j'appellerais pour faire simple : " traditionnelle " tout en sachant que ce mot risque d'être mal compris.
gb
30/04/2020
Elle est bien bonne, encore faut il en avoir, ne pas s'être fait arnaquer comme la CERP de 6,5 miliions d'euros pour achat de masques...
YLM
30/04/2020
La saga des masques en France, ce serait risible si la pénurie institutionnelle n'avait pas été à l'origine de décès...
Ajouter un commentaire
No images were found.

Articles similaires