Pénurie de masques #FFP2 : l’Etat démasqué

Lors d’une question au gouvernement posée le 3 mars dernier par le député LR et cardiologue Jean-Pierre Door, à l’Assemblée nationale, le ministre de la Santé a affirmé qu’à la suite d’une « grande concertation » post H1N1, la France aurait cessé de renouveler ses stocks de masques FFP2 depuis 2011.
Ni les média, ni les syndicats de médecins n’étaient visiblement au courant de cette décision prise en dépit des recommandations du HCSP de 2011 et de celles de la Société Française d’Hygiène Hospitalière publiées en 2009 après l’épidémie de H1N1.
En 2011, Xavier Bertrand succédait à Roselyne Bachelot comme ministre de la Santé, héritant de la gestion de l’épidémie de grippe H1N1 de 2009-2010 pour laquelle la réponse de l’État s’était révélée surdimensionnée sur l’acquisition de vaccins en particulier.
Selon Olivier Véran, c’est dans ce contexte qu’aurait été prise la décision de ne pas renouveler les stocks de masques FFP2 arrivant à expiration. Les autorités auraient justifié cette décision par « la plus grande disponibilité de certains produits et de leur commercialisation en officine de ville ». « Ce qui n’a peut-être pas été anticipé en 2011, et c’est sans aucune polémique, c’est que parfois des crises sanitaires peuvent entraîner des crises industrielles » plaide Olivier Veran dans sa réponse au député Jean-Pierre Door.
Mais, ce n’est probablement pas la seule chose qui n’a pas été suffisamment anticipée nous livre Caducée.net. Il aura fallu attendre fin février pour qu’une commande de 35 millions de masques FFP2 par mois soit passée par Olivier Véran, nommé en remplacement d’Agnès Buzyn, quand les industriels annoncent entre 4 et 6 semaines de délais. Pendant les 4 semaines de février, et en dépit de l’absence de stocks d’État, de la ruée sur les stocks officinaux, aucune commande de masques FFP2 n’aurait donc été passée par le ministère afin de fournir la protection recommandée pour tous les professionnels de santé libéraux susceptibles d’être exposés au virus en cas d’épidémie.
Pour le directeur général de la Santé, Jérôme Salomon, justifiant son propos par une étude publiée dans le JAMA en 2019 qui montre qu’il n’y a pas de différences significatives en termes d’incidence de la grippe entre des professionnels de santé qui auraient porté des masques FFP2 vs FFP1, « Il y a une équivalence stricte des masques chirurgicaux avec les masques FFP2 pour les virus transmis par voie gouttelettes ». Pourtant, les recommandations en vigueur en France du HSCP et de la SFHH, ainsi que celles en vigueur aux États-Unis et en Chine sont unanimes pour promouvoir l’usage du FFP2 pour les professionnels de santé.
Les professionnels de santé s’inquiètent pour leur propre santé et celle des patients.

Source : caducée.net 05/03/2020
Commentaire
Miquel
22/03/2020
Il est consternant de voir des pharmaciens se désoler que les gels hydroalcooliques leur donnent une MARGE DÉRISOIRE !!! Certes on trouve toujours en temps de guerre ce genre de PROFITEURS, prêts au marché noir. Il y avait par ailleurs 1,4 milliards de masques FFP2 en 2011. Roselyne Bachelot avait fait le job. Son successeur Xavier Bertrand sur les conseils de la Cour des comptes liquide le stock, jamais reconstitué par la suite. La Haute Cour pour les traîtres qui font mourrir nos personnels de santé qui tombent au front SANS PROTECTION. M.
LE POTARD
10/03/2020
Décidément l'information fonctionne mal, et l'anticipation n'est pas une qualité des précédents responsables décisionnaires. La population ne trouve plus de gel hydroalcoolique ni de masque. Le pharmacien est toujours montré du doigt : 1. Prix des gels hydroalcooliques encadré (vendus avec une marge dérisoire) à quand des prix encadrés bas pour les produits de première nécessité (alimentation et carburant). 2. Impossible de vendre des masques FFP2 (à priori réquisition de l'état au niveau des fabricants). Conclusion le citoyen est toujours le laissé pour compte.
Ajouter un commentaire
No images were found.

Articles similaires