USPO : 80M d’euros de plus pour la rémunération des pharmacies

Le 19 novembre 2019, l’USPO a signé l’avenant conventionnel n°19. Ce nouvel avenant fait suite à un constat de surperformance de la réforme économique de l’avenant n°11 de 150 millions d’euros pour 2019 et 2020. Sur intervention de l’USPO, la négociation conventionnelle a été privilégiée pour récupérer ce surplus. 
Le syndicat revient sur l’évolution conventionnelle de cet avenant, cohérent avec l’avenant n°11 et soutenu par un investissement supplémentaire de l’Assurance maladie de 80 millions d’euros, soit 295 millions d’euros entre 2018 et 2020 au lieu des 215 millions initialement prévus. L’avenant n°19 maintient la valorisation progressive de l’honoraire pour médicaments spécifiques et de l’honoraire lié à l’âge, qui surperforment l’économie des officines, tout particulièrement en milieu rural. En revanche, au regard de la diminution progressive du nombre d’ordonnances de 5 lignes et plus, l’honoraire pour ordonnance complexe passera à 0,30 euros au 1er janvier 2020. 
Ce nouvel avenant accélère également l’évolution du métier de pharmacien. Il reconnaît, pour la première fois, l’intervention pharmaceutique. « Cet acte sera lié à la dispensation adaptée qui valorisera, dès 2020 et sans attendre la prescription électronique, la non-dispensation par le pharmacien de tout ou partie des traitements à posologie variable » explique Gilles Bonnefond, Président de l’USPO. Il prévoit de définir les modalités de déclaration du pharmacien correspondant, dès 2020, qui pourra ainsi participer au suivi des patients chroniques et âgés en coordination avec les autres professionnels de santé, notamment dans le cadre des CPTS. Enfin, l’avenant n°19 simplifie les bilans partagés de médication désormais ouverts à tous les patients de 65 ans et plus et renforce l’accompagnement des personnes résidant en EHPAD, soit un potentiel total d’un million de patients supplémentaires. 
« L’avenant n°11 signé par l’USPO est favorable à tous les pharmaciens et il n’y a aucun perdant. En 2018, seulement 27 pharmacies d’officine ont bénéficié de la clause de sauvegarde individuelle et ont été compensées par l’Assurance maladie à l’euro près » rappelle encore Gilles Bonnefond. De son côté, l’Assurance maladie constate une amélioration de la marge des pharmaciens de 2.1% et une amélioration globale de l’économie de l’officine de 1,1% pour les neuf premiers mois de l’année 2019. 

Ci-dessous le lien vers la présentation de la vidéo de l’Avenant n°19 :

Source : USPO 21/11/201
Commentaire
CF
22/11/2019
Désinformation totale de l''upso Voici les vrais chiffres / « Les officines de moins de 1 M€ de chiffre d'affaires (CA) ont perdu 6 500 d'excédent brut d'exploitation (F.RE) entre 2017 et 2018, autant qui échappe au titulaire pour rembourser son emprunt, améliorer son niveau de trésorerie et se rémunérer », constate Joël Lecoeur, président du groupement CGP. Les titulaires de pharmacies de CA inférieur à 1 M€ s'octroient d'ailleurs une rémunération modeste de 20 K en moyenne. Autre source /3 589 pharmacies n’ont qu’un seul titulaire exerçant lui-même sans adjoint. Le chiffre d’affaires (CA) HT des pharmacies de moins de 1 M€ de CA a diminué de 2,09 % entre 2017 et 2018 et l’excédent brut d’exploitation (EBE) de 9,19 %. Source : le moniteur des pharmacies... D'après l'Upso TOUT VA BIEN SAUF POUR 27 pharmacies (!!!!!!) seulement qui ont bénéficié d'une clause de sauvegarde !!!!!! Quant aux cèlèbres missions que l'Upso plébiscite, personne n'en veut : L’assurance-maladie espérait 400 000 BPM réalisés en 2018. Il y en a eu 20 000. Un résultat « en deçà de nos attentes », reconnaît le directeur de la CNAM, Nicolas Revel !!! Deuxième vérité : La disparition des honoraires complexes va surtout toucher les petites officines. Troisième vérité : faire disparaitre ou baisser des honoraires permettra à la sécu de ne pas dépenser plus pour entretenir des pharmaciens corvéable à merci, ce qu'elle a l'habitude de faire : .. La CPAM dépense depuis 2013 environ 6,6 milliards d'euros par an pour payer la marge des officinaux, et cette somme identique en 2019, ne bougera pas dans l'avenir, la baisse des prix des médicaments, la suppression d'honoraires compenseront les dépenses liées aux nouvelles missions, bilans, entretiens, vaccinations.. Conclusion, arrêtons de dire que tout va bien et pour tout le monde... ET que l'on négocie bien : tandis que chaque généraliste va toucher 15 000 euros de ROSP annuels en 2019 ... Nous nous perdons 70 millions pour le réseau sans compter les baisses de marge dès janvier 2020.
Ajouter un commentaire