Signature de l’avenant n°19 à la convention pharmaceutique

Hier après-midi, Gilles Bonnefond, président de l’Union des syndicats de pharmaciens d’officine (USPO), et Nicolas Revel, directeur général de l’Assurance-maladie, ont conclu un accord portant sur le rééquilibrage économique de l’avenant n°11 dans l’esprit de la réforme de la rémunération des pharmaciens d’officine. 
Cet avenant n°19 vise d’abord à réduire les 150 millions d’euros de « trop-perçu » par les pharmaciens sur les honoraires spécifiques, à 70 millions, par une suppression de la ROSP RPPS (soit 7 millions d’euros) et une diminution de l’honoraire complexe de 0,50 euro à 0,30 euro en 2020, marquant l’abandon de sa revalorisation à 1,02 euro TTC à cette même échéance. En contrepartie, le réseau officinal bénéficiera en 2020 de simplifications des critères de recrutement des patients pour les bilans partagés de médication (BPM). Il suffira d’être âgé de 65 ans et de suivre un traitement comprenant au minimum 5 molécules pour être éligible et le pharmacien pourra aussi mener des BPM auprès des patients en EHPAD.
L’intervention thérapeutique devrait d’autre part permettre aux pharmaciens d’officine de valoriser la non-dispensation de tout ou partie des traitements à posologie variable. Les modalités de cette nouvelle rémunération ne sont pas encore fixées. 

Source : Celtinews 19/11/2019
Commentaire
Saleil Andre
23/11/2019
Scandaleux: un président syndical accepte une sanction financière pour ses confrères. Faut l’arrêter avant qu’il ne recommence.
NOWOCZYN ALEXIS
20/11/2019
Étant pourtant syndiqué à l'USPO, je suis sidéré qu'un syndicat puisse négocier une rémunération à la baisse !! Le couperet tombe pour une année d'excédant de rémunération alors qu'aucun réajustement à la hausse n'a été fait lorsque chaque officine perdait des milliers d'euros en rémunération.
IUNG Pierre
20/11/2019
Personnellement je m'identifie et ne fais la promotion de personne. J'ai en effet connu des pays où même quand on était pas content il fallait crier bravo, il en existe même encore dont les dirigeants n'ont pas été pendus. Je ne suis le représentant que de mon avis personnel. Désolé aussi, le système canadien ou anglais ne me fait pas rêver mais je ne souhaite pas polémiquer et j'arrête donc la mon intervention. Bonne activité à tous et soyez pro.
Filip VDW
20/11/2019
Arrêtez de râler enfin, une première historique a eu lieu hier avec le paiement de l'intervention pharmaceutique, enfin la profession va être reconnue à sa juste valeur. La profession n'aura donc pas a subir l’arrêté de marge voulu par M. BESSET et la FSPF. ALORS PHARMACIENS CHOISISSEZ ENTRE RESTER BLOQUE AVEC LA MARGE OU ALLER VERS PLUS DE RECONNAISSANCE, PLUS DE SERVICES, PLUS D'HONORAIRES (et des vrais pas du 1€ à la boîte ou 1€ à l'ordonnance de plus 5 lignes) DONC PLUS D'ACTION DE SANTE PUBLIQUE. Vous voulez être bouffé par AMAZON choisissez la FSPF, vous voulez faire comme tous les Pharmaciens du Canada, Suisse, Portuguais et même les Anglais de BOOTS qui s'orientent vers plus de services non captables par Internet choisissez l'USPO.
sp
20/11/2019
@IUNG Pierre, non nous ne sommes pas pénalisés d'avoir trop bien travaillé, il fallait un rééquilibrage parce que l'assurance maladie s'était engagée sur un investissement de 215 M€ et qu'il s'avère que nous en serons fin 2020 à 360, soit 150 M€ de trop et que c'est inacceptable pour les pouvoirs publics. Il valait mieux négocier un accord conventionnel qui va nous permettre de mettre un pied dans l'intervention pharmaceutique dont l'assurance maladie ne voulait pas entendre parler, ouvrant ainsi la porte à d'autres IP
sp
20/11/2019
merci d'avoir évité un arrêté de marge couperet qui aurait récupéré bien plus que 150 M€, on peut faire confiance... ou pas... La réforme devait apporter 215 M€, elle en apportera finalement 80 de plus, les résultats sont déjà là. S'il fallait sacrifier un honoraire, autant prendre celui qui nous a déjà fait perdre 10 M€ depuis son instauration. En temps de maîtrise médicalisée, on ne peut pas payer les médecins pour moins prescrire et nous payer pour des ordonnances avec toujours plus de lignes... n'apportant aucune valorisation pour le virage vers plus de professionnel de santé et moins de commerçant... Reste plus qu'à s'attaquer au 1 € à la boîte qui ne protège de rien, et qui empêche de voir encore plus les résultats de la réforme de l'avenant 11, avec presque 95 M€ perdus depuis janvier 2018
IUNG Pierre
20/11/2019
Pour avoir trop bien travaillé, nous sommes pénalisés ! Il n'y a qu'en France que cette culture perdure. Ce que nous réalisions tous au comptoir et percevions tous, va être remplacé par les hypothétiques BPM (Baffes Par Minutes ?) que tous ne peuvent mettre en place faute de temps, de locaux adaptés ou de personnel. D'ici à ce qu'on nous reproche d'avoir trop vacciné ... Je donne rendez vous aux confrères pour constater que ce que l'on nous retire ne sera pas compensé par cette nouvelle mission qui ne profitera qu'à certains et dont le budget restera non consommé (comme d'autres) ce qui arrange la CNAM. Mais c'est vrai que nous sommes trop nombreux, j'oubliais !
cf
20/11/2019
ps .. les officines de moins de 1 M de chiffre d'affaires (CA) ont perdu 6 500 d'excédent brut d'exploitation entre 2017 et 2018, autant qui échappe au titulaire pour rembourser son emprunt, améliorer son niveau de trésorerie et se rémunérer», constate Joël Lecoeur, président du groupement CGP. Les titulaires de pharmacies de CA inférieur à 1 M s'octroient d'ailleurs une rémunération modeste de 20 K en moyenne, selon CGP. La cpam donne par contre 15 000 euros de ROSP annuel à chaque généraliste..
Ajouter un commentaire
No images were found.

Articles similaires