Lait maternel en ligne : une pratique qui séduit certaines Françaises

Certaines mères se tournent vers Internet, où des dons ou achats informels de lait maternel sont proposés, une pratique de plus en plus populaire aux États-Unis, mais également présente en France.
À l'occasion d'une enquête, présentée le 26 octobre à la conférence de l'Académie américaine de pédiatrie, Nikita Sood, chercheuse dans un centre médical pour enfants à New York, a interrogé plus de 650 mères américaines au sujet du don informel de lait maternel. « Près de la moitié de celles qui y ont eu recours n'éprouvait aucune inquiétude quant aux éventuels problèmes de santé que cela pouvait poser, et 80% disaient faire totalement confiance aux donneuses quant à leur état de santé ». Or, selon un rapport ayant analysé la composition de 101 échantillons de lait maternel achetés en ligne, et publié en 2013 dans le journal Pediatrics, 72% des échantillons achetés sur Internet contiennent des bactéries causant des infections (des staphylocoques dans 63% des cas et des streptocoques dans 36% des cas).
En 2011, suite à la création d'un groupe Facebook destiné à l'échange informel de lait maternel, « The Human Milk for Human Babies – France », l'Association des lactariums de France (ADFL) et l'Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM) alertaient sur des risques graves pour l’enfant. Hormis des staphylocoques et streptocoques susceptibles de provoquer des infections sévères (septicémie, méningite) chez le nouveau-né, les virus de l’Hépatite B et C, ainsi que du HTLV et du VIH peuvent aussi être transmis. « Par ailleurs, les conditions de transport et de conservation du lait échangé directement entre mères, via ce réseau sur internet, ne sont pas encadrées et peuvent conduire à une dégradation du produit et un développement bactérien », rappelait l’ANSM.

Source : LCI 06/11/2019 
Commentaire
Soyez le premier à commenter cet article
Ajouter un commentaire