Implants contraceptifs sous-cutanés : deux patientes en danger

Deux jeunes femmes ayant eu recours à un implant contraceptif sous la peau ont toutes deux subi plusieurs chirurgies lourdes pour retirer leur implant de leur vaisseau sanguin et ont évité de justesse une ablation partielle du poumon.
Leur implant contraceptif avait migré dans leur système sanguin puis dans leurs artères pulmonaires entraînant un « risque vital ».
« À ce jour, 30 cas de migration d’implants Nexplanon dans l’artère pulmonaire, ont été signalés à l’ANSM », a commenté l’Agence du médicament (ANSM). Les premiers signalements ont eu lieu en 2016.
Une surveillance renforcée a depuis été mise en place et une dizaine de centres d’excellence à la pose et au retrait d’implant contraceptif ont été créés en France pour former les professionnels volontaires à la pose, des cas de migration continuant à être rapportés malgré ces mesures. « Chaque année, environ 200 000 femmes ont recours » à cet implant du groupe pharmaceutique Merck, précise l’ANSM.
Les implants contraceptifs sont de petits bâtonnets cylindriques de quelques centimètres de long et quelques millimètres de diamètre, qui sécrètent une hormone progestative en continu. Ils sont implantés juste sous la peau, généralement sur la face interne du bras.

Source : AFP 31/10/2019
Commentaire
Soyez le premier à commenter cet article
Ajouter un commentaire