De quoi meurent les Français aujourd'hui ?

Selon le dernier Bulletin épidémiologique hebdomadaire (BEH) de Santé Publique France, une baisse générale de la mortalité est observée entre 2000 et 2016, plus particulièrement liée aux infections VIH, aux accidents de transports et aux maladies cardio-vasculaires, quel que soit le sexe. 
En 2016, sur 579 230 décès, les tumeurs arrivent en tête des causes de mortalité avec un taux de 29 %, puis les maladies cardio-vasculaires avec un taux de 24,2 %. 
Le BEH explique la baisse du taux de mortalité toutes causes confondues par une amélioration de la prévention et des prises en charge des maladies. La baisse de mortalité liée aux infections HIV chez les hommes a été de 6 % entre 2000 et 2007 et de 7,4 % entre 2008 et 2016. Sur cette dernière période, la baisse a été de plus de 8 % chez les femmes.
Concernant la baisse de la mortalité des maladies cardio-vasculaires, le BEH met en avant l’amélioration de la prise en charge aiguë des cardiopathies ischémiques et surtout des AVC, malgré un nombre croissant d’accidents neurologiques.
En parallèle, il a été constaté une augmentation des cancers du pancréas et du cerveau qui inquiètent par leur manque d’explications. La mortalité par cancer du pancréas augmente depuis les années 1980, malgré la baisse du tabagisme chez les hommes, considéré comme principal facteur de risque. Concernant les tumeurs du système nerveux, se « pose la question (…) de l’essor des technologies liées aux ondes radiofréquence » souligne le BEH. Chez la femme, on note une forte augmentation de la mortalité des cancers du poumon, des bronches et de la trachée (+ 4,5 % entre 2000 et 2007 et + 2,8 % entre 2008 et 2016)...

Source : BEH 12/11/2019
Commentaire
Soyez le premier à commenter cet article
Ajouter un commentaire