Vapotage : l’usage des dérivés huileux en question

L’alerte donnée par les Centers for Disease Control and Prevention (CDC) concernant des cas de graves pneumopathies (environ 400 patients et plusieurs décès) aux Etats-Unis a généré de nombreuses réactions de la part des addictologues et pneumologues. En France, Santé publique France a mis en place un dispositif de surveillance.
Des images de certains scanners de patients publiées par les CDC montrent l'étendue des lésions provoquées par une pneumopathie lipoïde. Les alvéoles ont été touchées par des substances huileuses qui ont été inhalées par les patients, commente un court article du Généraliste, documents à l’appui. Le New England Journal of Medicine (NJEM) qui a consacré un article sur ce sujet indiquait que « 80 % des vapoteurs malades ont rapporté avoir utilisé des produits nicotiniques et à base de tétrahydrocannabinol (THC) ou de cannabidiol (CBD) ». L’usage de dérivés huileux de cannabis serait donc parfois en cause. Par quel mécanisme ? Ces substances huileuses se déposent dans les alvéoles, altèrent le surfactant et déclenchent localement une réaction inflammatoire qui perturbe fortement les échanges gazeux.

Source : Le Généraliste 28/09/2019
Commentaire
Soyez le premier à commenter cet article
Ajouter un commentaire