Cancers : Transgene démarre les essais cliniques de TG4050 en France

Transgene, société de biotechnologie qui conçoit et développe des immunothérapies reposant sur des vecteurs viraux contre les cancers, annonce qu’elle a reçu l’autorisation de l’Agence Nationale de Sécurité du Médicament (ANSM), de mener deux essais cliniques de Phase 1 de TG4050, premier candidat produit issu de la plateforme myvac™.
TG4050 est une immunothérapie individualisée conçue pour permettre au système immunitaire des patients de lutter contre leurs tumeurs.
Un premier essai évalue TG4050 chez des patients atteints de cancer de la tête et du cou HPV-négatif, localement avancé, nouvellement diagnostiqué, après résection chirurgicale et traitement adjuvant. Cet essai multicentrique à deux bras inclura des patients au Royaume-Uni et en France. Les sites cliniques participant à l’essai en France sont l’Institut Curie et Toulouse Oncopole. L’autorité de santé britannique (MHRA) a autorisé le démarrage de cet essai en juillet 2019. Dans un deuxième essai, TG4050 sera administré à des patientes atteintes d’un cancer de l’ovaire ayant subi une chirurgie et reçu une chimiothérapie. Cet essai multicentrique à bras unique sera actif aux États-Unis et en France, à l’Institut Curie. En mai 2019, Transgene a reçu l’autorisation (Investigational New Drug clearance) de la Food and Drug Administration pour lancer cet essai aux États-Unis.
Le Dr. Maud Brandely, PhD, Directeur, Développement Clinique, Opérations Cliniques & Affaires Réglementaires de Transgene, ajoute : « Cette autorisation de l’ANSM fait suite à celles obtenues auprès de la MHRA et de la FDA. Cela nous permet de démarrer les deux essais cliniques de Phase 1 de TG4050 dès cette année. Ces essais, qui bénéficient du financement et de l’expertise en intelligence artificielle de NEC, nous fourniront des données cliniques fondamentales pour poursuivre le développement des immunothérapies individualisées ». NEC, le partenaire de Transgene, apportera sa technologie d’IA de pointe « NEC the WISE » pour analyser les profils de mutation des tumeurs de chaque patient et sélectionner les cibles mutationnelles pertinentes pour la conception du traitement individualisé. Transgene et NEC cofinancent ces deux essais. Par ailleurs, le développement industriel de la plateforme myvac™ s’appuie sur le projet collaboratif NEOVIVA, financé par Bpifrance, combinant bio-ingénierie, bio-informatique et un savoir-faire reconnu en vectorisation. Ce projet permet à Transgene de développer et valider une filière industrielle capable de fournir l’ensemble des solutions techniques pour la mise en œuvre clinique de TG4050.

Source : Transgene 16/09/2019 
Commentaire
Soyez le premier à commenter cet article
Ajouter un commentaire