Une rémunération en hausse de 39M€ sur le premier semestre 2019

L’USPO nous livre son bilan économique des officines pour le dernier mois écoulé. 
Avec deux jours ouvrés de moins qu’en 2018, juin 2019 voit en toute logique le nombre d’unités délivrées baisser : -14,4 M (-6,79 %). Sont également en baisse sur juin une série d’indicateurs. Le nombre d’ordonnances et d’ordonnances de 5 lignes et plus diminue de - 2,17 millions d’ordonnances (-4,6 %) mais moins fortement que le nombre d’unités. Les ordonnances complexes diminuent de 0,31 millions (-4,7 %). Le chiffre d’affaire de 60,9 M€ (-2,8 %) et la rémunération de 14,6 M€ ( -3,41 %). Les médicaments remboursables non portés au remboursement sont également en chute de 1,7 million d’unités (-14 %), pour un CA en baisse, et une rémunération de - 1,8 million d’euros ( -13 %). Comme depuis de nombreux mois, on enregistre également une forte diminution de l’homéopathie remboursable : - 1,9 millions d’unités (-15,5 %). 
Sur les 6 premiers mois de l’année 2019, c’est une perte de 8,3 millions d’unités, qui s’ajoute aux 12,2 millions d’unités perdues sur toute l’année 2018. Si l’on compare juin 2019 à juin 2017, malgré la perte deux fois plus importante des unités en 2019 (14,4 millions vs 7,9 millions en 2017), la diminution de rémunération est plus faible qu’en 2017 (14,6 M€ vs 17,3 M€), et « signe encore une fois que la réforme nous protège mieux des baisses de prix et des pertes d’unités » commente le syndicat. « Le 1 euro à la boîte est catastrophique et plombe la rémunération des officines et avec la chute de l’homéopathie c’est encore pire » ajoute Gilles Bonnefond, président USPO.
Sur les 6 premiers mois de l’année, malgré une diminution des unités délivrées de presque 30 millions, le nombre d’ordonnances en légère hausse de presque 1 million (0,34 %), une diminution des ordonnances complexes de 0,8 millions (-1,93 %), le chiffre d’affaire augmente de 228 millions d’euros et la rémunération est en hausse de 39 millions d’euros.
« En 2018, la rémunération a été stabilisée grâce à la modification des paramètres de marge. En 2019, l’introduction des honoraires de dispensation fait passer la profession en positif ce que l’on n’avait pas connu depuis de nombreuses années » conclut Gilles Bonnefond.

Pour consulter bilan économique Juin 2019, suivez-ce lien

Source : USPO 24/07/2019
Commentaire
maignan
27/07/2019
Quand Bonnefons dit que "le changement de paramètres de marge nous protége mieux des baisses de prix et des baisses du nombre de boîtes vendues", il faut comprendre "il y a donc bien baisse de marge +baisse des unités vendues". Ensuite, "nous protége mieux", en langage Bonnefons, c'est "nous protège moins mal" qu'il faut comprendre. Si ça ne nous faisait rien perdre, la Secu aurait déjà annoncé qu'elle souhaite revoir ce qui lui est défavorable.
cf
26/07/2019
Si nos présidents syndicaux voulaient simplement se pencher sur le problème des conditionnements trimestriels qui font chuter la marge en supprimant des honoraires, (vis-à-vis des conditionnements mensuels), on aurait déjà fait un petit pas contre l'autoflagellation ... Mais ça c'est trop concret alors que c'est un problème majeur.. Seuls les titulaires au comptoir peuvent comprendre..
GG
26/07/2019
Toute blagues à part nos deux Présidents de Syndicats respectifs (USPO et FSPF) sont des "Mecs " bien IL FAUT LES SOUTENIR, la seule chose que je critique ouvertement c'est cette manière bien Française de manipuler les chiffres car tout le monde sait le faire, exemple ; parlez à nos confrères de MARGE : si les calculs se font "EN DEDANS" ou de "marge EN DEHORS" les résultats mathématiques sont tous exactes mais différents en pourcentage pourtant réels et personne, aucun avocat me peut me contre-dire (c'est mathématique) par contre L'INTERPRETATION est toute autre et les impacts économiques pour notre profession aussi etc ............... vous savez pertinemment, tous sans exception, que ces calculs ne peuvent être des arguments politiques puisqu'une société informatique de pharmacie vient d'être accréditée cette semaine d'une augmentation de ses pénalités financières pour fraude au logiciel des déclarations des CA de pharmacie, quel crédit sur des bases de chiffre de vente erronés. EN CONCLUSION ormis quelques exceptions de développement à deux chiffres en pourcentage (cela existe et heureusement), ormis ceux qui sont en voie de déposer le bilan faute de patients ou d'incompétence de gestion mais qui font fluctuer les moyennes nationales, L'ENSEMBLE de la profession RAME et en BAVE, même SI LA SANTE RESTE LE MARCHE DE DEVELOPPEMENT LE PLUS PERTINENT avec celui du grand âge et du tourisme. ALORS FAISONS NOTRE JOB COMME IL SE DOIT AVEC RIGUEUR DANS LA GESTION ET COMPASSION DANS SON EXERCICE, NOUS AURONS ALORS UNE COMPREHENSION SINCERE DE LA PART DES POLITIQUES QUI NOUS SOUTIENNENT, le reste c'est de la prestidigitation mathématique...
Aron M
26/07/2019
Quel courage HB !
GG
25/07/2019
Pourriez-vous écrire de façon compréhensible et limiter les pourcentages pour une meilleure interprétation : exemple réexpliquez moi pourquoi le premier paragraphe de votre intervention jusqu'à "moins 15.5%" n'est pas encourageant pour les officinaux. Puis le deuxième paragraphe je résume "tout va béné" malgré une perte deux fois supérieure 2019 versus 2017, malgré une rémunération plus faible ; conclusion ; "la réforme, nous protège mieux des baisse de prix" "Va comprendre Charles" il faudrait plutôt dire "lancez vous dans les missions pour gagner votre vie dans un futur proche car les prescriptions vont être sériées et les marges qui vous font vivre actuellement sur le générique vont baisser "Ca au moins c'est clair !!!!" Car c'est bien un discours de politique officinale : "moins on vend, plus on gagne", dites la même chose au LEEM et aux industriels, à Boiron comme aux grossistes face à leur bilan de vente en FRANCE (j'exclu les services), ils vont vous recevoir et vous faire rémunérer leurs salariés, leur URSSAF, avec "des ventes en bernes et des marges stabilisées". Bon assez joué aux statistiques ; je retourne au comptoir faire mentir vos pourcentages pour le mois prochain et me confronter à la réalité.
Aron M
25/07/2019
Je réponds à HB : De qui parlez-vous SVP ? Je ne comprends pas ?
Aron M
25/07/2019
Il a tout à fait raison ! C'est sans commentaire.
HB
25/07/2019
Par narcissisme et orgueil, ce monsieur est prêt à dire n'importe quoi ! Mais coupez-lui le micro !
cf
25/07/2019
Soit une perte de marge HT d'environ 3 000 euros par pharmacie sur 6 mois... Pas mal..
cf
25/07/2019
Trucage de chiffres par l'Upso sur les conclusions puisque curieusement ils partent de 2017 au lieu de 2016 pour gonfler leurs chiffres.. Car selon leurs propres données le chiffre d'affaire TTC en 2019 (de janvier à juin) par rapport à 2016 est augmenté de 103 000 000 euros pour une rémunération HT en baisse de 65 000 000 !!!!! La rémunération n'est donc pas du tout passée en positif et nous travaillons toujours plus (nouvelles missions) pour gagner moins qu'en 2016, année référence.. Pourquoi tant de mauvaise fois. (suivez le lien cité ci-dessus du bilan économique de l'UPSO) sauf à ne pas savoir lire..
Ajouter un commentaire