Paracétamol : un message d’alerte ajouté sur les boîtes de médicament

Alors qu'un milliard de boîtes de paracétamol s'écoulent chaque année en France, l’Agence du médicament (ANSM) veut faire passer un message majeur « Surdosage = danger. Dépasser la dose peut détruire le foie ». 
L’ANSM a demandé aux laboratoires concernés de faire figurer des messages d’alerte sur les boîtes des médicaments contenant du paracétamol, leur laissant neuf mois pour se mettre en conformité. Cette mesure fait suite à la consultation publique lancée par l’ANSM en août 2018 pour sensibiliser les patients et les professionnels de santé au risque de toxicité pour le foie en cas de surdosage. Elle concerne plus de 200 spécialités à base de paracétamol commercialisées en France. Le paracétamol est le médicament le plus couramment prescrit et utilisé, comme antalgique (anti-douleur) ou antipyrétique (anti-fièvre) chez les adultes et les enfants. Il est présent dans de nombreux médicaments, seul ou associé à d’autres substances actives. Pour les médicaments uniquement à base de paracétamol, ce message sera également assorti d’informations visant à réduire le risque de surdosage et donc d’atteinte hépatique, sur la face arrière, « verso », de la boîte : dose maximale par prise et par jour, respect du délai entre deux prises, exclusion de la prise d’un autre médicament contenant du paracétamol….
Utilisé à bon escient, le paracétamol est un médicament sûr et efficace mais peut en cas de surdosage, entraîner des lésions graves du foie irréversibles dans certains cas. Le terme surdosage s’entend par l’utilisation d’un dosage non adapté, une dose trop importante par prise ou par jour et un délai minimum entre les prises non respecté. La mauvaise utilisation du paracétamol est la 1ère cause de greffe hépatique d’origine médicamenteuse en France.
Cette mesure s’inscrit dans la continuité des actions entreprises par l’ANSM depuis une vingtaine d’années, telles que la limitation du nombre de comprimé par jour, des campagnes d’information du public ou le fait d’imposer une mention de prudence dans toutes les publicités destinées au public pour les médicaments à base de paracétamol.

Source : ANSM 09/07/2019
Commentaire
alindust
12/07/2019
Depuis des décennies (déjà!....) j'espère une interdiction stricte de toute publicité "GP" pour TOUT médicament. Ce qui vaut a fortiori pour le paracétamol !!! Un milliard de boîtes vendues sans quasiment aucun contrôle ! (et que l'on ne me dis pas que les officinaux déroulent la litanie des précautions d'emploi à chaque passage en caisse....). Il est pour le moins effarant de voir encore aujourd'hui - à la TV notamment- des spots vantant les mérites du paracétamol aux heures de grande écoute ! Nos autorités attendront-elles que des" morts sans ordonnance mais sous paracétamol " fassent la une des journaux ? Et puis, ces mêmes autorités qui clouent au pilori des labos pour des constats d'"écarts" pour la plupart qualifiés de mineurs ! Incompréhensible !
e.vanneuville
10/07/2019
Et dans le même temps les laboratoires producteurs font de la pub dans le métro parisien pour des paracetamol chapeaux et pour des sirops pour enfants au goût de banane, de framboise de fraise etc... comme si c'était du bonbon et tout ça avec l'aval de l'ansm et du ministère de tutelle
José M. Puigjaner
10/07/2019
Je suis pharmacien à Barcelona, Espagne, et je trouve très intéressant les informations que vous donnez.
Ajouter un commentaire
No images were found.

Articles similaires