Plus de deux cents fermetures de pharmacies en 2018

Les tendances démographiques observées ces dernières années se sont confirmées en 2018 avec moins d’officines, moins de titulaires, une population qui vieillit et une progression de l’exercice en association qui se concentre de plus en plus sur les SEL (société d’exercice libéral). 
En un an, le nombre de titulaires a baissé de 1,3 % (- 6,9 % sur 10 ans), alors que la population des adjoints continue d’augmenter à un rythme soutenu (+ 5,4 % sur 10 ans), conséquence naturelle de la concentration du réseau au profit d’officines de plus grande taille. Fin 2018, la France métropolitaine comptait 20 966 pharmacies, en baisse de 1,1 % sur un an. Sur 10 ans, 1 496 points de vente (- 6,7 %) ont disparu. Trois régions ont particulièrement été touchées par ces fermetures : l’Île-de-France (- 249 entre 2014 et 2018), la Nouvelle-Aquitaine (- 106) et l’Auvergne-Rhône-Alpes (- 104). Cette tendance s’explique par les impacts de l’ordonnance « réseau » de 2018, laquelle facilite les conditions de transfert et de regroupement sans porter atteinte au maillage territorial et à la proximité des officines. La densité du réseau français reste plus élevée que la moyenne des pays européens. On compte actuellement 32,4 officines pour 100 000 habitants et 3 087 habitants par pharmacie.
Sur les 226 fermetures comptabilisées en 2018, 53 % ont donné lieu à une compensation financière pour le titulaire. 21 % sont des regroupements (- 8 points par rapport à 2017) et 32 % des cessions de clientèle (- 4 points). Les 47 % restants se répartissent à 39 % pour les restitutions de licence (fermeture sans repreneur, en hausse de 4 points en un an) et 6 % pour les liquidations judiciaires. Ces évolutions traduisent les difficultés croissantes rencontrées par les officines réalisant un chiffre d’affaires annuel moyen inférieur à 1 M€. A elles seules, ces officines représentent en effet 70 % des fermetures enregistrées en 2018.

Source : Les Echos Etudes d’après les données du CNOP 05/06/2019
Commentaire
le potard
11/06/2019
Ou accepter de se laisser phagocyter pour ne pas mourir.
Ajouter un commentaire