L’UDGPO gagne en cassation contre Doctipharma

Par un arrêt du 19 Juin, la cour de cassation casse et annule en son entier l’arrêt de Cour d’Appel de Versailles. Cette décision juge que Doctipharma n’est pas un simple intermédiaire technique mais s’immisce dans la vente de médicaments de façon illégale, cf jugement en pièce attachée au bas de l’article. 
Il est aussi à noter que la cour de cassation a renvoyée le dossier auprès de la Cour d’Appel de Paris, qui avait précédemment jugée une autre plateforme, 1001 pharmacies « avec le résultat que l’on connait » précise Laurent Filoche, Président UDGPO dans un communiqué. 
Doctipharma, bien qu’ayant suspendu la vente de médicaments en France suite au premier jugement remporté par l’UDGPO, venait d’annoncer son intention de se relancer sur ce marché, suite à son rachat par la société propriétaire de la pharmacie en ligne DocMorris. « Sans modifications légales profondes, il sera donc impossible aux marketplaces comme Doctipharma ou Amazon de déstabiliser le réseau officinal. Le gouvernement et l’autorité de la concurrence ont récemment dit souhaiter assouplir les règles de la vente en ligne de médicament. L’action de l’UDGPO a fourni une jurisprudence claire sur les prestataires extérieurs à la pharmacie qu’il conviendra donc de conserver si nous voulons garder le premier réseau de professionnels de santé, présent sur l’ensemble du territoire national » précise encore l’UDGPO par la voix de son Président Laurent Filoche.

Lien vers le document : cliquez ici​

Source : UDGPO 24/06/2019
Commentaire
AB
26/06/2019
Bien parlé cf . Déstabiliser le réseau ? Mais nos amis affairistes de l’UDGPO s’en chargent depuis longtemps. Ils veulent garder leur terrain de chasse et ne pas avoir de la concurrence véritable d’Amazon. Ils ne feront pas le poids comme beaucoup de pharmacies françaises ne font pas le poids devant ces gens de L’ UDGPO et autres. Alors ils préfèrent le statuquo avec la bénédiction des syndicats et autres.
Folco Jean-Patrice
26/06/2019
La rémunération sur le remboursable dépend de la typologie des dispensations et non du niveau et du montant des remises. Pour le NR la question qu'il faut se poser et de savoir à quoi peuvent servir des remises si elles sont données aux clients. Ce qui me dérange c'est que notre modèle économique n'est pas un modèle commercial et que nos représentants syndicaux ou que les groupements agissent comme si notre rémunération ou notre chiffre d'affaires étaient linéaires et liés aux volumes ce qui n'est plus le cas depuis plus de 30 ans.....Le plus grave problème étant que la profession va droit dans le mur la fleur au fusil en pensant que la solution est d'augmenter par tous les moyens ses trafics ce qui conduit à une diminution générale des rentabilités.
cf
25/06/2019
Et à travail égal, rémunérations différentes sur le remboursable, selon le CA.. des officines (à cause des remises laboratoires et grossistes) et bien sûr, sur le NR.. Cela ne vous dérange pas qu'aucun représentant syndical, ordinal, de groupement (ou cumulant les 2, dixit...) ne réagisse pas à cette concurrence déloyale.... C'est pourtant là un grave problème de déontologie.
Ajouter un commentaire