Eczéma : de nouveaux traitements à base de thérapies ciblées

La journée nationale contre l'eczéma s’est tenue le 1er juin. A cette occasion, Science et Avenir a pu s'entretenir avec le docteur Pierre-André Bécherel dermatologue à l'hôpital d'Antony et spécialiste de cette pathologie. Nous reprenons ici les extraits de ses réponses aux deux questions concernant les traitements d’avenir de l’eczéma qui touche en France plus de 2,5 millions de personnes en France selon la Société française de dermato-pédiatrie. 
En quoi consistent les nouveaux traitements récemment mis sur le marché ?
« L'eczéma est considéré comme une maladie auto-inflammatoire pour laquelle on ne trouve pas d'allergène. Mais il existe un support génétique, avec des lymphocytes qui réagissent de façon anormale ainsi qu'une mutation des protéines de la peau. Il existe maintenant des biothérapies à base d'anticorps monoclonaux. Elles ont un ciblage très précis contre certaines molécules au contraire des effets beaucoup plus larges de la ciclosporine. Cette thérapie ciblée contient des anticorps contre le récepteur commun aux interleukines 4 et 13 (des protéines sécrétées par les lymphocytes, qui activent les réactions immunitaires, NDLR). Ces interleukines 4 et 13 sont particulièrement impliqués dans les allergies et donc l'allergie atopique.
Ce nouveau dispositif permet de traiter les patients avec une meilleure tolérance dans la mesure où il engendre beaucoup moins d'effets secondaires. Ces traitements s'administrent par voie injectable, en sous-cutané, à domicile. Le geste est facile à faire et cette souplesse change beaucoup de choses pour les patients qui doivent simplement s'injecter une dose toutes les deux semaines ».
D'autres traitements vont-ils bientôt voir le jour ?
« Oui et ceux-ci ne devraient pas être des injectables mais des traitements par voie orale. Des équipes de chercheurs travaillent sur les anti-JAK, les anti-janus kinases : ce sont des petites protéines couplées aux récepteurs présents sur la membrane des cellules. Le but est de flouer la réaction inflammatoire en ciblant le signal de la membrane jusqu'au noyau de la cellule. Voilà une autre façon de couper la réaction de l'organisme qui déclenche les symptômes de l'eczéma. Ces nouveaux médicaments devraient arriver sur le marché d'ici à 2 ans ». 

Source : Sciences et Avenir 01/06/2019
Commentaire
Soyez le premier à commenter cet article
Ajouter un commentaire
No images were found.

Articles similaires