OPCO : la pharmacie rattachée aux entreprises de proximité

La FSPF revient sur l’arrêté du ministère du Travail publié au Journal officiel du 31 mars agréant l'opérateur de compétences (ou OPCO) des entreprises de proximité en vue notamment de financer la formation professionnelle des salariés des professions libérales de santé (pharmacies d'officine, cabinets médicaux, dentaires, vétérinaires, biologistes, etc.).
La création de ce nouvel opérateur de compétences fait suite à la loi « Avenir professionnel » qui prévoit de remplacer les 20 organismes paritaires collecteurs agréés (OPCA), dont ACTALIANS pour la pharmacie, par 11 OPCO. Ces regroupements s'appuient sur des critères de compétences, de formation (dont l'apprentissage et l'alternance), de mobilité, de services de proximité et de besoins des entreprises. La FSPF a milité pour que la branche Pharmacie d'officine se rapproche des entreprises de proximité, pourquoi ? « Parce qu'il est préférable de se rassembler avec des entreprises qui partagent les mêmes spécificités, en particulier celles des petites entreprises ayant un faible nombre de salariés. Parce que cet OPCO sera un interlocuteur essentiel dans le paysage de l'apprentissage et de l'alternance, élément fondamental pour la Pharmacie d'officine qui forme aujourd'hui près de 7 000 apprentis ». 
Cet OPCO géré par les représentants des employeurs et des salariés, avec la participation d'un représentant de l'Etat, sera organisé en sections professionnelles. L'une d'entre elles sera dédiée aux professions de santé et disposera de son propre budget avec des financements alloués identiques à ceux dont bénéficie aujourd'hui la profession au sein d'ACTALIANS. 
Philippe GAERTNER, président honoraire de la FSPF, co-pilotera cet organisme en tant que premier vice-président. « Nul doute qu'il saura défendre la santé de proximité et l'ancrage de nos entreprises dans les territoires » affirme le syndicat.
 
Source : FSPF 03/04/2019 
Commentaire
A COGITO
04/04/2019
EXCELLENTE INITIATIVE pour plusieurs raisons aussi bien professionnelles qu'économiques , en effet il existe un mouvement de fond important qui voit nos jeunes préparateurs sortir du CFA , formés par le privé ( officine ) payés par le privé ( officine ) et choisir en sortant les structures de santé du publique ( entre autre les HOPITAUX ) alors même qu'il manque cruellement des préparateurs en pharmacie en FRANCE . Ainsi si le choix du préparateur est souhaitable il serait nécessaire désormais de CREER UNE BRANCHE PREPARATEUR EN OFFICINE ET UNE AUTRE EN HOPITAUX ( cela ne choque personne pour les options des PHARMACIENS ) avec bien évidemment des participations financières de l'ETAT pour aider à la formation de ces jeunes futurs préparateurs qui se décident à travailler sous l'ETAT A. COGITO
Vincent Labrege
04/04/2019
Je ne comprends pas pourquoi la pharmacie d’officine ne se trouve pas avec les entreprises de la santé. Même si je suis une entreprise de proximité et que je m’entends très bien avec mon boucher, je suis avant tout un professionnel de santé Choisir la branche santé aurait eu plus de sens, surtout ce jour de sortie du rapport de l’autorite De la concurrence Un syndicat avait fait un sondage pour choisir notre Opco en ce sens il y a quelque mois.... encore une occasion ratée Pourquoi?
LOUIS Bernard
04/04/2019
Si le groupe a son propre budget, il aurait peut-être été mieux d'intégré un OPCO Santé avec d'autres professionnels de Santé plutôt que de voisinner les boulangers, les serruriers, les plombiers, les péripatéticiennes, etc.qui sont, certes, comme nous des entreprises de proximité mais dont la finalité n'est pas la même.....
Ajouter un commentaire
No images were found.

Articles similaires