Un amendement pour que les pharmaciens prescrivent certains médicaments

Thomas Mesnier, député La République en marche (LREM) et rapporteur du projet de loi Santé, va déposer un amendement pour que les pharmaciens puissent délivrer en urgence des médicaments normalement prescrits sur ordonnance, projet qui doit être débattu à l'Assemblée nationale en mars. 
C'est la seconde fois que le député propose cet amendement déjà retoqué par l’Assemblée nationale lors du vote de la loi de financement de la Sécurité sociale.
Cette fois-ci, le texte porté par la majorité, a de grandes chances d'être adopté selon Carine Wolf-Thal, présidente de l'ordre des pharmaciens. « En cas de petite urgence, il est souvent difficile pour les Français d'avoir accès à une solution hormis d'aller aux urgences quand un médecin traitant n'est pas disponible », explique-t-elle. « Ce que nous proposons, c'est que les pharmaciens dans des pathologies qu'on va dire bénignes ou des petites urgences, puissent délivrer un médicament qui est normalement prescrit par un médecin, type cystite, conjonctivite, petite dermatite inflammatoire », poursuit-elle encore.
Le principe serait que les pharmaciens puissent « dépanner » les patients en cas de petite urgence, lorsque leur médecin traitant n’est pas disponible en soirée ou le week-end. La liste des pathologies qui entreraient dans ce cadre reste à préciser. « Dans la vraie vie, ça nous arrive [...] que des pharmaciens délivrent sans l'ordonnance, rappelle Carine Wolf-Thal. C'est donc justement pour encadrer ces pratiques-là, sécuriser ces pratiques-là et faciliter l'accès aux soins que nous serions ravis de voir cet amendement voir le jour [...] pour répondre à cette demande d'accès aux soins non programmés ». Avec cet amendement, cette pratique serait désormais légale, encadrée par des règles strictes et pratiquée en accord avec les médecins traitants. 

Source : France Info 28/02/2019
Commentaire
maignan
02/03/2019
Toujours le même petit jeu pour diviser les professions médicales. Apparemment , Revel a lu Asterix, (la Zizanie).
YLM
01/03/2019
Ce n'est pas encore acquis et attendons de voir les règles qui sous l'influences des syndicats de médecins et des conseillers du ministère risques d'être carabinées (syndrome du carabin) : comme la 1/2H ou le 1/4H de surveillance post-vaccination grippale ...
potard en colère
01/03/2019
Le droit de prescription du pharmacien n'est pas une priorité pour l'instant.( surtout avec le risque de dérives qui pourraient exister, l'ordonnance doit s'imposer surtout lors des gardes de nuits) Par contre le droit de délivrer pour ne plus être en infraction certains médicaments (surtout en l'absence du médecin): pilules, anti-infectieux urinaires, ventoline etc... serait enfin une reconnaissance de notre profession et une solution pleine de bon sens en cas d'urgence en l'absence de médecin de proximité ou de service de garde.
ledoc84
01/03/2019
Le pharmacien ne prescrira rien du tout , il "dépannera" avec "l'accord des médecins traitants", juste une régularisation de faits déjà existants. La vrai révolution aurait-été ,effectivement, que nous puissions "prescrire" certains médicaments listés, ou non, pour de petites affections du quotidien, ET, que notre prescription soit remboursée par la sécurité sociale, au même titre que les prescriptions d'infirmier, de sage femme ou de kiné. Aucune révolution, donc, seulement une régularisation.
Vendange jean-Louis
01/03/2019
ENFIN...... Pharmacien prescripteur
Ajouter un commentaire
No images were found.

Articles similaires