Produits naturels : les Français dépensent 2 milliards d'euros par an

En 2018, les Français ont acheté pour 1,9 milliard d'euros de compléments alimentaires, en légère augmentation par rapport à 2017, selon des chiffres publiés mercredi par les représentants du secteur. « Trois indications concentrent une grande partie du marché : le sommeil/stress, la digestion et la vitalité », selon le Syndicat national des compléments alimentaires (Synadiet). Près de la moitié des ventes est réalisée en pharmacie (49,6%), devant la vente directe et la vente à distance notamment sur Internet (18,7%), les circuits spécialisés comme les magasins bio (15,5%), les grandes et moyennes surfaces (10,3%) et les parapharmacies (5,9%). 
En pharmacie, les produits les plus vendus sont ceux visant à améliorer la digestion et le transit, devant ceux liés à l'humeur et au stress, alors qu’en grandes et moyennes surfaces et parapharmacie, les produits destinés à la minceur sont les plus demandés. 
Pour autant, la vente des produits minceur diminue de façon globale : -6,7% en pharmacie, -1,3% en parapharmacie et -12,2% en grandes et moyennes surfaces, tirant vers le bas l'ensemble des compléments alimentaires consacrés à la beauté. 
A l'inverse, comme en 2017, ceux censés être bénéfiques pour la santé « sont en croissance », selon Synadiet malgré le scepticisme des scientifiques. Plusieurs études ont conclu, pour la grande majorité des compléments en vitamines ou minéraux, à l'absence d'intérêt prouvé. En février, l'Académie de pharmacie qui consacrait un rapport aux compléments alimentaires à base de plantes, rappelait que certains avaient des effets proches des médicaments sans être aussi bien encadrés et mettait en garde contre un mauvais usage potentiellement à risque (consommation de plusieurs produits, dépassement des doses recommandées). Elle alertait en outre sur les dangers de ceux contenant du suc d'aloe vera ou des racines de rhubarbe, utilisés pour leur effet laxatif.
L'an passé, l'Anses a souligné que les compléments alimentaires contenant de la mélatonine, censés faire mieux dormir, comportaient des risques d'effets secondaires (vertiges, irritabilité, tremblements, migraines, nausées...). 
Malgré ces mises en garde, près de deux tiers des Français (65%, contre 52% l'an passé) pensent que « consommer des compléments alimentaires permet de prévenir ou ralentir certains problèmes de santé », selon un sondage commandé par Synadiet et réalisé en ligne par OpinionWay auprès de 1.000 personnes début janvier.

Source : BFM TV 23/03/2019
Commentaire
David M.
28/03/2019
Pour amender le commenjtaire de M. Tourrasse, l'Aloe vera (qui corresponjd à l'aloès des Barbades) possède bien ces dérivés hydroxyanthracéniques, tout comme l'A ferox (ou aloès du Cap). Ces dérivés se trouvent dans la sève de la plante et non dans le gel. Au-delà de l'aloès, on les trouve dans plusieurs plantes telles que la bourdaine, le séné ou la rhubarbe. Ils possèdent des propriétés laxatives stimulantes et sont suspectées de posséder des effets genotoxiques et cancérigènes. Donc si, ces laxatifs peuvent être dangereux. (Source http://www.efsa.europa.eu/fr/efsajournal/pub/5090)
Dr Michel Tourrasse
25/03/2019
Il s'agit en fait, non pas de l'aloe vera, qui est totalement inoffensif, mais d'Aloe ferox, l'aloès du Cap ou aloès des Barbades. Il contient des dérivés hydroxy anthracéniques qui sont de puissants laxatifs. Ils peuvent entrainer une mélanose colique et des troubles hydroélectrolytiques en cas d'abus ou d'utilisation prolongée. Il faut donc être prudent et demander aux labos de mettre en gros les précautions d'emploi, ou, mieux ne plus les autoriser. Mais il ne faut ne pas dramatiser. Les laxatifs ne tuent pas, la surconsommation médicamenteuse, si !!!
Ajouter un commentaire