Levothyrox : les 4 113 plaignants déboutés

Le tribunal d’instance de Lyon a débouté, mardi 5 mars, les 4 113 plaignants qui poursuivaient le groupe pharmaceutique Merck dans le cadre de l’enquête lancée dans l’affaire du Levothyrox.
Ces plaignants poursuivaient Merck dans le cadre d’une action collective pour « défaut d’information » dans le changement de la formule du Levothyrox qui, selon des malades, provoque des troubles graves (crampes, vertiges, pertes de mémoire, fatigue extrême, insomnies, désordres digestifs). 41,13 millions d’indemnités, soit 10 000 euros par personne étaient réclamés.
Le tribunal a notamment estimé que Merck avait œuvré dans les règles, et de concert avec les autorités sanitaires françaises. Il a également retenu dans son jugement que « la qualité et la valeur thérapeutique du médicament nouvelle formule » étaient « certaines » et que sa notice contenait des informations « suffisamment précises et pertinentes » pour les patients concernés. « Le juge a reconnu la pertinence, au regard du cadre réglementaire en vigueur, du dispositif d’information mis en place lors de la transition, entre mars et septembre 2017, de l’ancienne à la nouvelle formule du Levothyrox », a déclaré le directeur juridique de la filiale française de Merck, Florent Bensadoun, dans un communiqué.
L’avocat des plaignants, Christophe Lèguevaques, n’a en revanche pas caché sa déception et a déclaré à l’agence Reuters que ses clients pourraient faire appel. « C’est une grosse déception pour moi et pour les malades qui attendaient une reconnaissance de la justice de leurs souffrances. Et on leur dit aujourd’hui que c’est simplement un problème sociologique et non pas juridique. Ces termes ne sont pas acceptables pour les malades ».
Une enquête avait été ouverte en septembre 2017 pour « tromperie aggravée, atteintes involontaires à l’intégrité physique et mise en danger d’autrui » et le parquet avait pris le 30 novembre des « réquisitions supplétives » pour « homicide involontaire ».
La formule du médicament, qui est vendu à plus 3,3 millions de personnes en France, a été changée en mars 2017 pour des raisons de conservation. La France a été le premier pays où la nouvelle formule a été introduite. Depuis, la Suisse a suivi sans rencontrer de difficultés et Merck a prévu de la lancer dans 21 pays de l’Union européenne.

Source : Le Monde avec AFP et Reuters 05/03/2019
Commentaire
JPM
06/03/2019
« DEPUIS, LA SUISSE A SUIVI SANS RENCONTRER DE DIFFICULTÉS et Merck a prévu de la lancer dans 21 pays de l’Union européenne », tout est dit. La France est quand même un pays exceptionnel où des troupeaux d’irréductibles aigris, jeunes et vieux, empêchent chaque samedi leurs semblables de travailler, ici ce sont des associations d’hypochondriaques qui font un procès pour « homicide involontaire » au motif que l’un des excipients largement utilisé dans les confitures est remplacé par un autre, lui aussi largement utilisé dans les confiseries. A-t-on intenté un procès analogue à l’encontre de HARIBO, CARAMBAR ou MENTOS pour ces mêmes raisons ?
le potard
06/03/2019
Un médicament aussi ancien que le Levothyrox et aussi peu coûteux à fabriquer devait-il être reformulé pour un simple problème de conservation ? Qui a pu avoir cette idée de reformulation ? Comment se fait-il que ce soit en France que ce changement est été opéré en premier lieu ?
Ajouter un commentaire
No images were found.

Articles similaires