Homéopathie : un décret fixe le cadre d’un éventuel déremboursement

Dimanche, est paru au JO un décret qui permet à la Haute Autorité de Santé (HAS) de saisir officiellement la commission de la transparence, qui jusqu’à présent ne pouvait se prononcer que sur les médicaments classiques, bénéficiant d’une autorisation de mise sur le marché (AMM) pour une indication précise, deux critères qui ne concernent pas les médicaments homéopathiques dont le statut est particulier.
« Ce décret ajoute la possibilité pour ces médicaments qui ont un statut à part de passer devant la commission », a expliqué à l’AFP, la HAS, qui va publier prochainement le calendrier des réunions de la commission de la transparence. L’évaluation des médicaments homéopathiques sera « la plus rigoureuse et rapide possible », a indiqué la HAS, selon laquelle l’avis de la commission devrait intervenir « à la fin du printemps ».
Selon le décret, « l’appréciation du bien-fondé de la prise en charge prend principalement en compte l’efficacité des médicaments concernés, leurs effets indésirables, leur place dans la stratégie thérapeutique (…), la gravité des affections auxquelles ils sont destinés et leur intérêt pour la santé publique ». Autre précision : « La commission peut rendre un avis global commun à l’ensemble des médicaments homéopathiques ou à un ensemble d’entre eux regroupés par catégorie homogène ». Une fois rendu, l’avis sera communiqué aux laboratoires fabriquant les médicaments homéopathiques concernés qui auront dix jours pour le contester et pourront être entendus par la commission dans un délai de 45 jours après réception de leur demande d’audition.

Source : Celtinews 19/03/2019 
Commentaire
Khoi
21/03/2019
J'avais bien compris l'enjeu du remboursement RO mais il me semble que le collectif fakemed mélange un peu tout (remboursement, charlatan, etc ...) d'où ma remarque. Pour l'efficacité des traitements, pourquoi ne pas envisager une étude versus placebo en toute objectivité sur certaines souches / dilutions ? Je ne parle bien sûr pas des dilutions de RX ou SOL ...
David M.
21/03/2019
Pour répondre à "Khoi", il faut juste garder en tête que naturopathes, acupuncteurs chinois non médecins et autres étiopathes ne sont pas conventionnés ni remboursés par la sécurité sociale. Après, on peut toujours demander leur interdiction mais là, le débat est encore différent.
JPM
19/03/2019
« La commission peut rendre un avis global commun à l’ensemble des médicaments homéopathiques ou à un ensemble d’entre eux regroupés par catégorie homogène ». Voilà bien une phrase stupide au relent de lobbyisme !... COMMENT PEUT-ON DONNER UN AVIS GLOBAL ??? Chaque molécule - et il y en a un paquet - doit être scientifiquement étudiée avec objectivité et sans nostalgie. L’activité réelle versus placebo sera alors clairement établie ou non, et les dosages actifs précisés le cas échéant. On commencera par éliminer les dilutions fantaisistes 30CH quel que soit le produit, puisque que la probabilité de trouver une simple molécule dans le sucre est incertaine. Il est temps de sortir l’homéopathie du ghetto dans lequel on l’a enfermée depuis que les médicaments modernes sont arrivés au milieu du XXème siècle
Phil57
19/03/2019
Commençons par interdire les compléments alimentaires en tout genre qui ne servent à rien
Khoi
19/03/2019
J'aimerais bien demander aux médecins du collectif fakemed ce qu'ils pensent des naturopathes, des acupuncteurs chinois non médecins et autres étiopathes. Je ne pense pas qu'ils voient ce genre de patient qui consulte, pour le coup, des charlatans. Pour l'homéopathie, par contre, le fait est que les patients restent dans le circuit médical avec un médecin et un pharmacien.
Ajouter un commentaire
No images were found.

Articles similaires