Risque de méningiome : deux traitements hormonaux incriminés

L’Agence du médicament vient d’adresser une lettre aux professionnels de santé pour les informer de cas de méningiomes liés à deux traitements hormonaux : le Luteran et le Lutenyl.
Ces médicaments sont des progestatifs de synthèse notamment prescrits dans la prise en charge de la ménopause, des troubles menstruels et de l’endométriose.
L’ANSM lance une grande enquête à partir des données de l’Assurance Maladie sur les femmes qui prennent ces traitements mais considère qu’il faut d’ores et déjà alerter sur les cas de méningiomes identifiés : « On a eu environ 50 cas déclarés dans les bases de données de pharmaco-vigilance avec le Lutenyl, une vingtaine avec le Luteran. Donc ces cas déclarés en pharmaco-vigilance constituent pour nous ce qu’on appelle « un signal », affirme Dr Isabelle Yoldjian, chef de pôle endocrinologie – gynécologie à l’ANSM. « Ce signal doit être porté à la connaissance évidemment des professionnels de santé et des patientes », poursuit-elle.
Les notices de ces deux traitements doivent désormais mentionner les méningiomes parmi leurs effets indésirables potentiels. Pour l’instant, les autorités sanitaires ne conseillent pas aux patientes de réaliser une IRM comme c’est le cas pour celles qui ont pris Androcur.

Sources : ANSM et Allodocteurs.fr 07/02/2019
Commentaire
Soyez le premier à commenter cet article
Ajouter un commentaire