Leem : un plan d’action contre les ruptures de stock

Le rapport du Sénat sur les ruptures de stock de médicaments publié début octobre faisait état de dix fois plus de signalements à l’ANSM entre 2008 et 2014 et au cours de l’année écoulée les exemples ont été légion.
Lors de ses vœux à la presse, Phillipe Tcheng, nouveau  président du Leem, syndicat représentatif des entreprises du médicament, a fait savoir qu’un plan d’action allait être proposé portant sur les ruptures d’approvisionnement des médicaments les plus indispensables.
Ce plan devrait être construit autour de plusieurs axes. « Il faut mieux circonscrire la nature des produits qui doivent être sécurisés car aujourd’hui il y a peut-être trop de médicaments d’intérêt thérapeutique majeur », a expliqué Philippe Tcheng. « Le maintien en Europe des sites de production des matières premières actives » est la deuxième grande ligne de ce plan qui travaillera aussi sur « les mécanismes d’achat à l’hôpital et les conditions économiques d’exploitation de ces médicaments, parfois défavorables sur le territoire ». Philippe Tcheng estime que sur ce sujet il doit y avoir une « amélioration du pilotage interministériel » et un « portage européen ». Sur les pénuries de vaccins, il a rappelé également la « durée incompressible des cycles de production » et le « manque d’harmonisation des calendriers vaccinaux ». Au-delà de ce plan contre les ruptures de stock, le Leem affiche plusieurs objectifs pour 2019 : l’amélioration de l’accès aux patients, la mise en place de « Ma santé 2022 », mais aussi la mise en œuvre d’un dispositif de sérialisation de chaque boîte de médicaments à partir du 9 février. Le Leem suit également de près le Brexit et l’échéance du 29 mars.

Source : Le Généraliste  15/01/2019 
Commentaire
RADER Serge
19/01/2019
Le sempiternel problème des prix des médicaments très variables au sein de la CE. Pour le médicament, pas d'Europe du prix, seulement du business !
ben
17/01/2019
Beaucoup de médicaments en manque fabricant sont dispo dans d’autres pays, et je parle même pas de ceux en statut quota, vendu plus cher en suisse, pour ne pas les citer. Pendant ce temps là, nous officinaux nous travaillons chaque jour pour trouver des solutions sur les ordo... Solutions qui de + en + n’existe pas.
Ajouter un commentaire