L’homéopathie sévèrement jugée par le conseil scientifique du CNGE

Dans un communiqué publié le 7 janvier, le Conseil scientifique du Collège national des généralistes enseignants (CNGE) conclut de façon sévère à l'absence d'efficacité spécifique des médicaments homéopathiques. Selon lui, « la réalité est clairement et solidement démontrée : l'efficacité de l'homéopathie n'est pas différente de celle du placebo » et « le remboursement à 30 % de l'homéopathie repose sur une dérogation ministérielle arbitraire ».
L'analyse du CNGE s'est faite en deux temps. Son conseil scientifique s’est d’abord intéressé aux principes même de l'homéopathie en remontant sur ses bases fondamentales, avant de travailler sur une synthèse de la littérature scientifique comme celle publiée dans The Lancet en 2005 et la méta-analyse australienne publiée en 2018, jugées d’une grande valeur méthodologique. La synthèse de l'avis du CNGE est publiée dans le dernier numéro de la revue Exercer. Le conseil scientifique du CNGE précise que « de manière plus globale, la pratique de l'homéopathie arguant d'une activité spécifique n'apparaît pas compatible avec les principes et la définition européenne de la médecine générale (Wonca), ni avec la médecine fondée sur les preuves (EBM) ».
Suite à la communication de son Conseil scientifique, le CNGE devrait publier d'ici quelques jours un autre communiqué tenant compte de cet avis. Le ministère de la Santé attend par ailleurs l'avis de la HAS qui devrait intervenir au printemps, sur l'efficacité de l’homéopathie, avant de se prononcer sur un éventuel déremboursement.

Source : Le Généraliste 07/01/2019
Commentaire
pat
12/01/2019
il n'a jamais testé ? vous voulez dire un test en double aveugle avec un nombre de participants significatif au niveau statistique (je suppose que vous n'entendez pas par la essayer lui même... ce qui n'a bien sur pas la moindre valeur...)
RADER Serge
11/01/2019
Ce que pense le CNGE, on s'en tamponne le coquillard ! il avait aussi prôné la liberté vaccinale...
JPM
08/01/2019
Depuis le temps que l'on en parle, il serait temps de conclure. Il s'agit désormais plus de savoir COMMENT l'annoncer que de POURQUOI supprimer ces remboursements. Sans doute la crainte que nos ronds-points soient squattés par des opposants à cette mise à jour scientifique et financière.
Gérard LEBORGNE
08/01/2019
L'avis du conseil scientifique du collège national des généralistes présidé par le Professeur Vincent RENARD n'est pas très objectif !! C'est comme si vous demandiez au Président MACRON de donner un avis sur le programme des communistes !!! Le Professeur RENARD combat l'homéopathie depuis son plus jeune âge ! Il se base sur des essais scientifiques et n'a jamais testé ne serait ce qu'une fois une granule ou une dose !!
Ajouter un commentaire