Premières données sur l’obligation vaccinale : ça marche

Les premières données à un an de l'obligation de onze vaccins chez les jeunes enfants indiquent une amélioration de la couverture vaccinale chez les enfants concernés mais aussi chez ceux nés avant le 1er janvier 2018. Et même sur la grippe, la vaccination semble aussi progresser.
Suivant le Quotidien du Médecin «Parmi les nourrissons nés en mai 2018, 97,8% ont reçu leur première vaccination en utilisant les vaccins hexavalents [qui comprennent six sérotypes d'agents infectieux, ndlr] incluant l’hépatite B, contre 92,3% en mai 2017 (+5,5 %). Cela confirme le bénéfice de la vaccination obligatoire pour améliorer la couverture vaccinale contre l’hépatite B.» De plus, selon le Dr Daniel Lévy Brühl, responsable de la vaccination à Santé publique France : «Les couvertures vaccinales bougent dans les mêmes sens. Ainsi, le ROR [rubéole, rougeole et oreillons, ndlr] à quatorze mois, a gagné trois points, passant de 72,4% en janvier-mai 2017 à 75% en janvier-mai 2018. De même le vaccin méningocoque C à l’âge de quatorze mois a gagné plus de cinq points.» Et l’on assiste aussi à un effet d’entraînement pour les plus grands avec le vaccin contre le méningocoque C mais aussi pour le vaccin contre les infections à papillomavirus humains (HPV).
La grippe version 2018-2019 enregistre la même augmentation d’individus vaccinés, alors que ce taux était en baisse depuis plusieurs années. Au point qu’à la mi-décembre, de moins en moins de pharmacies sont en mesure de vacciner contre la grippe, faute d’approvisionnement. «Il y a une pénurie au niveau national. Les pharmacies qui en ont suffisamment commandé en ont toujours en stock, mais d’autres n’en ont plus. Et il est impossible d’en recommander, car il n’y en a plus en réserve chez les grossistes», a expliqué Carine Wolf-Thal, présidente du Conseil national de l’ordre des pharmaciens, dans le Parisien. En Nouvelle-Aquitaine par exemple, le nombre de vaccinations contre la grippe est en hausse de 20% depuis le début de l’automne. «Le fait de pouvoir désormais se faire vacciner en pharmacie dans certaines régions semble bien fonctionner», s’est félicité l’Ordre des pharmaciens. Seuls les professionnels de santé pèchent encore en se faisant trop peu vacciner malgré l’appel lancé par l’ensemble des Ordres !

Source :  Libération 17/12/2018
Commentaire
Denis Moire
18/12/2018
J'espère que les fabricants vont tenir compte du fait que toutes les pharmacies Françaises vont pouvoir vacciner l'an prochain, en mettant sur le marché, une plus grande quantité de doses disponibles...
Ajouter un commentaire
No images were found.

Articles similaires