Mobilisation des pharmaciens pour un OPCO SANTE

Le 31 décembre 2018, les vingt organismes paritaires collecteurs (OPCA), qui collectaient jusqu’à présent les fonds de la formation professionnelle, seront fusionnés en onze opérateurs de compétences (OPCO). Ces nouveaux organismes devront assurer le financement des contrats d’apprentissage et de professionnalisation, aider les branches professionnelles à anticiper les mutations technologiques, les besoins nouveaux en compétences, leurs implications sur la formation et la sécurisation des parcours de salariés.
Certains syndicats tentent d’imposer le choix d’un OPCO entreprises de proximité et de ses salariés (PEPSS) dont les intérêts sont loin de la santé, et ce, sans aucune consultation des pharmaciens d’officine s’inquiète l’USPO. « Les attentes spécifiques et légitimes de cette profession de santé, en termes de formation, d’apprentissage ou d’évolution professionnelle, seraient diluées par d’autres priorités et incomprises par la gouvernance ». L’USPO et les groupements s’interrogent sur la pertinence de ce choix incompatible avec les réformes du Gouvernement et notamment les mesures du « Plan santé 2022 ». « Le regroupement des OPCO doit être guidé par la cohérence et non par des intérêts particuliers, éloignés des préoccupations des professionnels de santé et des patients. Ces nouveaux opérateurs doivent permettre de partager les informations, de renforcer la coordination dans les territoires de santé entre professionnels mais également avec les établissements de santé, et ainsi de répondre à la nouvelle organisation des soins et aux attentes des patients ».
Selon le sondage mené par l’USPO du 31 octobre au 5 novembre auprès de l’ensemble des pharmaciens et salariés de l’officine, sur 1133 votants, les titulaires choisissent à plus de 95% l’OPCO de la  santé et à plus de 97% pour les salariés.

Source : Communiqué USPO, FEDERGY, UDGPO, PHR, CNGPO 29/11/2018
Commentaire
Denis Moire
03/12/2018
Attention, lors du sondage, on ne nous a pas tout dit ! Il y a juste un petit problème, que le sondage ne présentait pas. C'est que l'OPCO santé pourrait regrouper non seulement les pharmaciens d'officine mais aussi les laboratoires pharmaceutiques et peut être les groupements hospitaliers. J'ai peur, que même si les intérets pourraient sembler proches, que la taille des structures ne soit pas compatible et que tous ne souhaitent pas la même évolution pour leur salariés...
HB
03/12/2018
Sauf qu'en terme de taille d'entreprise et de nombre de salariés, les officines sont beaucoup plus proche des autres professions libérales que des hôpitaux et cliniques !
Ajouter un commentaire